Angleterre

L’Angleterre se concentre sur la santé mentale

The big screen inside the stadium displays a short film in support of the Heads Up Campaign
© Getty Images
  • Les supporters invités à parler des problèmes de santé mentale à l’occasion du week-end Heads Up
  • Une campagne organisée par la FA et Heads Together
  • Les équipes masculines et féminines participent à l’événement

Dans de nombreux stades anglais, pendant tout le mois de février, le football a la délicate mission d’aborder les problèmes de santé mentale, dans le cadre de la campagne Heads Up, organisée par la FA et l’association Heads Together.

Cette initiative a pour ambition de remettre en question les idées reçues et de montrer que la santé mentale mérite la même attention que la santé physique. Il s’agit aussi, en parallèle, de sensibiliser les supporters et de les encourager à offrir leur aide à leurs proches, en écoutant leur parole.

"Nous souhaitons lancer le plus grand débat de l’histoire du pays sur la question de la santé mentale", explique Godric Smith, président de Heads Up et dirigeant de Cambridge United, à FIFA.com. "C’est aussi l’opportunité pour toute la famille du football de montrer qu’elle prend cette question très au sérieux. Enfin, nous voulons envoyer un message : le football peut jouer un rôle important en encourageant les gens à parler de sujets qui ont longtemps été considérés comme très difficiles. Ces questions ont longtemps été minées par les tabous et les préjugés."

Un effort collectif

Les équipes masculines et féminines de tous niveaux participeront à l’événement les 8-9 février et du 14 au 17 février. Les pensionnaires de Premier League et de Women’s Super League sont concernés, mais tous les échelons apporteront leur contribution, jusqu’aux formations semi-professionnelles de National League.

La cause a reçu le soutien du président de la FA, SAR le duc de Cambridge. En outre, quelques-uns des plus grands joueurs de la planète ont pris une part active au mouvement, en lançant la conversation sur ce thème difficile à travers la campagne Take a Minute ("Prenez une minute"). Tous les matches du troisième tour de FA Cup ont débuté une minute plus tard, afin d’inviter les spectateurs à réfléchir à leur propre santé mentale.

En février, l’objectif est de les faire parler. "La participation des joueurs, qui n’ont pas hésité à prendre la parole pour banaliser ces sujets, va encourager les supporters et tous nos concitoyens à faire de même", estime Smith. "Le moment est venu de parler de questions qui sont traditionnellement considérées comme sombres et très difficiles. Pendant longtemps, la vulnérabilité était vue comme une faiblesse. Il faut inverser la tendance et montrer que la vulnérabilité peut être une force. C’est très important."

Nous avons tous une santé mentale, de la même manière que nous avons tous une santé physique. Et nous ferons tous face à des hauts et des bas qui affecteront notre vie. Il est temps que nous commencions à prendre notre forme mentale aussi au sérieux que notre forme physique, et cela commence par parler. "

Message du Duc de Cambridge inclus dans le programme de chaque match du Heads Up Weekend

Un pas de plus dans la bonne direction

Les joueurs eux-mêmes doivent faire face à différents problèmes, sur le terrain et en dehors, qui affectent leur santé mentale. Heureusement, les clubs ne ménagent pas leurs efforts pour les soutenir, eux et leurs supporters. "Il se passe des choses très intéressantes un peu partout dans le pays. Ce week-end doit aussi permettre aux clubs de mettre ces activités en valeur ; de leur côté, les joueurs ont l’occasion de parler de ces sujets d’une façon peut-être inédite", détaille Smith.

Cambridge United, le club de Smith, a déjà lancé plusieurs programmes dans l’optique de devenir un club "mentalement sain". Les entraîneurs bénéficient désormais de formations pour aider leurs joueurs, des visites sont organisées dans les écoles pour apprendre aux jeunes à gérer certaines difficultés, des services sont proposés aux supporters et un réseau a été mis en place tout autour du club pour accueillir les personnes qui ressentent simplement le besoin de parler.

Impliqué depuis plus de 30 ans dans les campagnes de promotion de la santé mentale, Smith espère que les progrès enregistrés à ce jour marquent le début d’une tendance lourde. "Les comportements ont nettement changé au cours de cette période. C’est encourageant. Il reste encore beaucoup à faire, mais notre société a énormément évolué. Nous avons aujourd’hui l’occasion de faire un pas de plus dans la bonne direction."

Explorer le sujet

Articles recommandés