Football & Cinéma

L'Autre Finale : le plus grand moment des plus petites équipes

The Other Final (2003)
© Hans van der Meer
  • Le film L’Autre Finale est sorti en 2003
  • Le documentaire est consacré à un match unique entre le Bhoutan et Montserrat
  • Le réalisateur, Johan Kramer, parle de cette expérience à FIFA.com

Le football dépasse les notions de victoire et de défaite. Ce concept n’a jamais été aussi évident que dans le superbe film-documentaire L’Autre Finale.

Le réalisateur néerlandais Johan Kramer et Matthijs de Jongh, son collègue dans l’agence KesselsKramer, ont tous deux mal digéré la non-qualification des Pays-Bas à la Coupe du Monde de la FIFA 2002™. Plutôt que de se morfondre, les deux hommes ont eu l’idée d’organiser un match entre les deux équipes les plus mal cotées au Classement Mondial FIFA/Coca-Cola - le Bhoutan et Montserrat à cette époque - le jour-même de la finale de la Coupe du Monde, le 30 juin 2002.

"Je me suis dit qu’un documentaire consacré à la défaite pourrait être intéressant", raconte Johan Kramer à FIFA.com. "J’ai toujours adoré les histoires d’outsiders dans le football. Et puis j’ai trouvé que le Bhoutan et Montserrat formaient un tandem assez improbable entre deux pays qui n’ont rien en commun. Qu’est-ce que ça donnerait de les faire jouer l’un contre l’autre ? C’était une idée très naïve."

The Other Final (2003)
© Hans van der Meer

Deux cultures, un projet

Mais cette idée sortie de nulle part a fait son chemin, si bien que Kramer et De Jongh ont envoyé deux faxes aux deux associations membres concernées afin d’évaluer leur intérêt pour ce projet. Internet n’était pas aussi généralisé qu’aujourd’hui au Bhoutan ou à Montserrat. "Montserrat nous a envoyé une réponse pleine d’enthousiasme dans la foulée. Le Bhoutan a mis trois semaines pour bien y réfléchir, ce qui correspond bien à la sagesse bouddhiste." Il se trouve que De Jongh, qui est devenu producteur du documentaire, est bouddhiste pratiquant.

L’intention de Kramer, qui opère une fusion entre certains éléments fantastiques et la réalité. Le documentaire comporte ainsi des scènes décrivant les rêves des deux capitaines à la veille du match. De plus, les cultures du Bhoutan et de Montserrat sont diamétralement opposées. À tel point que les joueurs de Montserrat ont dû consulter un atlas et une encyclopédie dans une bibliothèque pour situer le Bhoutan. Il était donc assez cocasse de voir ces deux nations se rencontrer sur un terrain de football. Kramer a apporté le plus grand soin à mettre cet aspect en valeur, tout en délicatesse.

Lire également

"L'Autre Finale" : la bande annonce

Un arbitre officiel et des points au classement

D’un point de vue logistique, le film a été difficile à produire. Il a été décidé que la rencontre se disputerait au Bhoutan en raison des meilleures conditions de jeu offertes par le pays mais aussi de la récente éruption d’un volcan à Montserrat. Les Caribéens ne sont pas près d’oublier leur périple : Montserrat - Antigua, Antigua - Saint Martin, Saint-Martin - Curaçao, Curaçao - Amsterdam, Amsterdam - Bangkok, Bangkok - Calcutta, Calcutta - Thimphou !

De son côté, la FIFA a apporté un précieux soutien à la quête désespérée d’un préposé au sifflet pour le match, qui sera finalement dirigé par l’ancien arbitre de Premier League Steve Bennett. L’instance de tutelle du football mondial a également fait en sorte que cette rencontre soit prise en compte dans le Classement Mondial de la FIFA. "Ça me brisait le cœur de voir tous les efforts déployés par ces équipes alors que leur situation est difficile, qu’ils n’ont même pas un bon terrain de football", raconte Kramer. "J’avais beaucoup d’admiration pour les deux équipes. Beaucoup de gens qui n’aiment pas forcément le football aiment le film car c’est davantage une histoire d’hommes qu’une histoire de football."

Cette rencontre pas comme les autres a donné lieu à de belles initiatives. C’est ainsi que des écoles du Bhoutan et de Montserrat ont réalisé des projets ensemble et ont même sorti un timbre commun. "C’est toute la beauté du football", se réjouit Kramer. "Il rassemble tout le monde. C’est la langue universelle. Je le considère comme le plus beau de tous les sports."

Le match

Le fait de jouer à domicile et l’habitude de l’altitude ont forcément donné un avantage au Bhoutan. Le capitaine local, Wangay Dorji, a ouvert la marque d’un coup de tête en début de rencontre. À la pause, le score était de 1-0. "La moitié des habitants de Thimphou sont venus au match", se souvient Kramer. "Ce qui s’est passé en seconde période a été tout simplement extraordinaire. Le Bhoutan menait au score, mais le public se sentait un peu coupable. En tant que bouddhistes, les gens estimaient qu’il ne devait pas y avoir de vainqueur. Pour eux, le résultat idéal aurait été un nul. Du coup, ils se sont mis à encourager les adversaires."

Les locaux ont fini par s’imposer 4-0, leur capitaine Dorji se fendant d’un triplé. Au coup de sifflet final, dans un superbe moment de communion et de camaraderie, les joueurs du Bhoutan se sont rassemblés et ont entonné une chanson que leurs adversaires caribéens leur avaient enseignée : "Hot, Hot, Hot", de l’artiste montserratien Arrow. Un bel hommage à leurs invités.

The Other Final (2003)
© Hans van der Meer

Plus tard, les deux équipes se sont retrouvées à Thimphou pour suivre ensemble la finale de la Coupe du Monde de la FIFA 2002 entre le Brésil et l’Allemagne. "Personnellement, je dois dire que ça été assez effrayant car quand tout cela a été fini, les gens me répétaient que je pouvais arrêter ma carrière car je ne réaliserais jamais un autre projet aussi beau", indique Kramer. "À l’époque, je ne voulais pas les écouter, car je voulais encore faire beaucoup de films. Mais quand j’y repense, 18 ans plus tard, je me dis qu’ils avaient raison. C’est le projet le plus exceptionnel que j’ai réalisé. Toute l’énergie qui l’entourait était authentique. On a eu droit à tellement de moments complètement improbables, tellement de moments à part."

Kramer est entré en contact avec la FIFA pour lui soumettre l’idée de reproduire le concept de L’Autre Finale à intervalles réguliers. Le projet pourrait voir le jour. Pour l’instant, nous pouvons tous rêver d’une finale entre Anguilla et Saint-Marin le 18 décembre 2022.

The Other Final (2003)
© Hans van der Meer

Explorer le sujet

Articles recommandés