Lahm : "Je suis optimiste pour le triplé"

Philipp Lahm of Bayern Muenchen gestures
© Getty Images

Philipp Lahm compte parmi les meilleurs arrières latéraux au monde. À 29 ans, il a déjà derrière lui une brillante carrière. Capitaine de l'Allemagne, il a participé à deux Coupes du Monde de la FIFA™ en 2006 et 2010, et à trois UEFA EUROS en 2004, 2008 et 2012. Il a en outre été retenu dans l'équipe-type* de quatre de ces tournois. Il n'a toutefois encore jamais décroché de grand titre avec la *Mannschaft.

En club, le capitaine du Bayern Munich a également connu quelques succès. Il compte à son palmarès quatre titres de champion d'Allemagne et trois Coupes nationales. Jusqu'à présent, le défenseur, qui se distingue par ses capacités offensives, n'a pas remporté de titre international avec le club le plus titré d'Allemagne.

Le 25 mai prochain, pour la troisième fois en quatre ans, Lahm et ses coéquipiers auront une chance de gagner la Ligue des champions de l'UEFA. Après leurs défaites de 2010 contre l'Inter Milan et de 2012 à domicile face à Chelsea, ils se mesureront au Borussia Dortmund dans le mythique stade de Wembley, pour une finale 100 % allemande.

À quelques jours de cette rencontre au sommet, lors d'une visite au Siège de la FIFA, Lahm a répondu aux questions de FIFA.com. Il évoque le duel à venir contre le BVB, son rêve de participer au grand rendez-vous mondial au Brésil, ainsi que ses projets sociaux en faveur des enfants d'Allemagne et d'Afrique.

Philipp Lahm, qu'est-ce qui vous amène à Zurich , au Siège de la FIFA ?Je suis venu m'entretenir avec la FIFA au sujet de ma fondation. C'est toujours un sujet passionnant. La fondation se consacre à des enfants et des adolescents d'Afrique et d'Allemagne. Nous sommes surtout actifs dans l'éducation et dans le sport, deux domaines qui vont de pair, selon moi. En Allemagne, le stage d'été Philipp Lahm est sûrement notre plus grand projet.

Quel rôle peut jouer le football, quand il s'agit d'aider sur le plan social ?
Il y a une chose qu'il faut souligner, c'est que le football unit les hommes. Partout dans le monde, les gens aiment jouer au football. Nombreux sont ceux, en particulier les enfants et les adolescents, qui prennent du plaisir à pratiquer ce sport. Mais le football n'est pas seul sport proposé lors de nos stages estivaux. Le projet repose sur trois piliers : le sport, l'alimentation et le développement personnel. Ces trois questions sont liées. Elles ont été et continuent à être très importantes pour moi, dans ma vie comme dans ma carrière.

Qu'est-ce qui vous a décidé à faire quelque chose pour aider les autres ?
J'ai une famille, des amis, le football… J'ai tout simplement envie de transmettre un peu de mon bonheur aux autres. Car il y a malheureusement dans ce monde des enfants qui n'ont pas autant de chance. Mon idée, c'est de leur donner un peu de ce que j'ai reçu et je suis très heureux de le faire.

Vous aviez également l'air heureux récemment lors de la fête pour célébrer le triomphe du Bayern Munich en Bundesliga. Comment jugez vous ce retour au sommet du football allemand ?
Remporter le championnat d'Allemagne, finir la saison tout en haut, c'est toujours quelque chose de spécial. Ce titre, nous le méritons parce que nous avons livré les meilleures prestations pendant 34 journées. De plus, nous avons battu quelques records cette année. C'est donc un moment particulier. Mais la saison n'est pas encore finie.

Avec le riche effectif du Bayern, quelques stars restent souvent sur le banc. Votre entraîneur Jupp Heynckes a malgré tout réussi à garder tous ses joueurs dans de bonnes dispositions. Est-ce la clé de votre succès cette année ?
Dans un club comme le Bayern Munich, qui ne dispose pas que de 11 bons joueurs mais de 24 stars, c'est déterminant. Il faut le dire clairement, l'encadrement a très bien travaillé et géré la situation avec un sang-froid exceptionnel. Chacun a ainsi eu le sentiment d'être important pour l'équipe. Cet état d'esprit est indispensable pour pouvoir être à la hauteur dans trois compétitions différentes.

La finale de la Ligue des champions de l'UEFA aura lieu le 25 mai prochain.  Que représente cette finale 100 % allemande ?
Nous avons déjà vécu l'année dernière un grand moment en disputant la finale chez nous, à Munich. Malheureusement, nous avons perdu. Ce match à Wembley sera bien sûr sensationnel. Le fait que deux équipes allemandes s'affrontent est une bonne chose pour le football allemand mais pour nous, les joueurs, c'est secondaire.

Qu'est-ce qui fera la différence le jour de la finale ? Deux très bonnes équipes vont se retrouver face à face et dans ces cas-là, c'est souvent la forme du moment ou les erreurs individuelles qui font basculer le sort de la rencontre. Nous devrons veiller à être solides sur le plan défensif, comme nous l'avons fait toute l'année. Au niveau offensif, la qualité est tellement présente dans nos rangs que nous arriverons bien à marquer au moins un but...

La présence de deux clubs de Bundesliga en finale de la plus prestigieuse des compétitions européennes prouve que le football allemand a énormément progressé. Que pensez-vous de son évolution sur ces dernières années ?
La réorientation en faveur de la promotion des jeunes talents a débuté il y a quelques années déjà. On a commencé à miser sur les jeunes Allemands. Nos centres de formation deviennent de plus en plus professionnels. C'est de là que vient le changement. Au Bayern, nous sommes en forme sur le plan économique et nous avons acquis de l'expérience. Ces quatre dernières années, nous avons atteint trois fois la finale de la Ligue des champions. Tout cela contribue à notre succès. Il est vrai qu'il y a une progression en Allemagne. Nous avons une très bonne équipe nationale mais il faut que nous décrochions un titre. Dans tous les cas, un club allemand va en gagner un cette année et j'espère bien sûr que ce sera le Bayern.

Si vous remportez la Ligue des champions de l'UEFA avec votre club, quels seront vos objectifs pour la suite ?
Si nous obtenons ce titre, j'espère remporter aussi la Coupe d'Allemagne une semaine plus tard. Ensuite, je partirai en vacances, puis tout recommencera à zéro. Notre équipe a soif de succès, on l'a vu cette saison. Nous ne nous sommes pas laissés déconcentrer par notre grande avance au classement, ni par la finale perdue de la Ligue des champions l'année dernière. Nous avons su garder le cap et ça doit continuer. Nous espérons remporter le triplé et je suis très optimiste à ce sujet. Notre équipe risque de réaliser de grandes choses ces prochaines années, non seulement au niveau national mais aussi sur le plan international.

L'Allemagne semble elle aussi promise à un bel avenir. L'année prochaine aura lieu la Coupe du Monde de la FIFA™ au Brésil. Quelles sont vos ambitions pour ce tournoi ?
Il faut d'abord se qualifier pour la phase finale. Sur le plan personnel, disputer cette compétition serait évidemment fantastique. Après la Coupe du Monde 2006 en Allemagne et la Coupe du Monde 2010 en Afrique du Sud, l'édition 2014 aura lieu sur un nouveau continent, à savoir l'Amérique du Sud. Pour un joueur, c'est une chance de pouvoir participer à la Coupe du Monde sur différents continents, c'est même tout à fait extraordinaire. Je suis impatient. Nous devons d'abord nous qualifier mais une fois que ce sera fait, je m'attends à une ambiance sensationnelle pour cette compétition organisée dans un pays fou de football.

L'année 2014 sera-t-elle celle de la consécration pour la génération dorée de l'Allemagne ?
Nous avons un groupe exceptionnel, cela ne fait aucun doute. Mais nous savons aussi à quel point il est difficile de remporter une Coupe du Monde. Il n'y a pas beaucoup de sélections allemandes qui y sont parvenues. C'est donc une mission très ardue. C'est en tout cas une bonne chose que nous soyons toujours dans la course pour le titre. Ça a toujours été le cas ces derniers temps, que ce soit en Coupe du Monde ou à l'EURO. Chaque compétition a été un moment à part. Au Brésil, notre destin se jouera sur de nombreux petits détails. Nous ne pouvons malheureusement pas le savoir à l'avance mais nous portons un regard optimiste sur cette Coupe du Monde car nous savons que nous avons une super équipe.

Après avoir évoqué vos objectifs pour l'année prochaine, parlez-nous pour finir de vos ambitions à plus long terme. Comment vous voyez-vous dans 15 ans ?
Dans un premier temps, j'ai envie de continuer à faire une belle carrière. J'aimerais ensuite rester dans l'univers du football, c'est certain, car j'adore ce sport. Par ailleurs, je suis déjà pas mal occupé actuellement avec ma fondation et je m'y consacrerai encore plus après la fin de ma carrière de joueur.

Articles recommandés