Live

Les pépites du futur asiatique

© Getty Images

L'édition 2015 de la Coupe d'Asie de l'AFC, organisée et remportée par l'Australie, a tenu toutes ses promesses. Plusieurs jeunes espoirs en ont profité pour s'imposer sur le devant de la scène et espèrent faire parler d'elles lors des qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA  2018™. FIFA.coms'est intéressé à cinq de ces talents en devenir.

*Omar Abdulrahman (Émirats Arabes Unis) *Avec sa coiffure originale, Omar Abdulrahman était aisément reconnaissable sur le terrain. Mais le milieu de terrain d'Al Ain s'est également distingué dans d'autres domaines. L'international émirati d'origine yéménite possède à son répertoire une large collection de feintes et de dribbles. Sur le plan statistique, Abdulrahman a été à l'origine de quatre des dix buts de son équipe en Australie. La justesse de ses passes et son entente avec les attaquants Ali Mabkhout et Ahmed Khalil a permis à ces derniers de marquer à neuf reprises. Les EAU s'annoncent comme un sérieux candidat à la qualification pour Russie 2018. International depuis 2010, Abdulrahman semble avoir définitivement trouvé ses marques en équipe nationale.  

*Massimo Luongo (Australie) * Massimo Luongo a été l'un des grands artisans du premier sacre asiatique des Socceroos. Le milieu de terrain a ainsi été élu meilleur joueur du tournoi. Les chiffres plaident en sa faveur : Luongo a été directement impliqué dans six des réalisations de son équipe, dont quatre passes décisives. À 22 ans, il n'était pourtant pas considéré comme un titulaire au début de la compétition. Le milieu tout terrain aime se projeter vers l'avant, combiner avec ses attaquants et trouver des espaces entre les lignes. Le joueur de Swindon était en outre le seul finaliste à évoluer en troisième division. Omniprésent en finale contre la République de Corée, son tacle décisif sur la frappe de Son Heungmin a été suivi quelques minutes plus tard d'un superbe tir en pivot pour l'ouverture du score.

*Sardar Azmoun (Iran) * Sardar Azmoun a signé l'un des plus beaux buts du tournoi sur un contrôle orienté suivi d'une frappe magistrale. En inscrivant l'unique but de la rencontre face au Qatar, il a permis à la *Team Melli *de terminer en tête de son groupe. L'exploit est de taille, surtout si l'on sait qu'Azmoun venait de fêter ses 20 ans quelques jours plus tôt et que son premier but en sélection remontait à deux mois à peine. Ce fils d'un volleyeur international a rejoint le Rubin Kazan à 17 ans. Depuis, la rumeur l'envoie régulièrement dans des clubs européens de premier plan. Grand et athlétique, il possède les qualités pour s'imposer sur le long terme à la pointe de l'attaque iranienne.

*Abdelkarim Hassan (Qatar) *En dépit de la sortie prématurée du Qatar à l'issue de la phase de groupes, le talent du latéral gauche Abdelkarim Hassan n'est pas passé inaperçu. Ancien pensionnaire de l'Aspire Academy de Doha, il brille par son physique et un remarquable sens du jeu. A 21 ans à peine, il dispute pourtant sa cinquième saison chez les professionnels. Aux côtés de l'attaquant Mohammed Muntari, Hassan incarne la nouvelle génération qatarie, qui espère connaître son apogée lors de la Coupe du Monde 2022.  

Lee Jeonghyeop (République de Corée)
Sans aucune expérience internationale avant le début de l'année, Lee Jeonghyeop menait une carrière discrète à Sangju Sangmu jusqu'à ce qu'Uli Stielike décide de faire de lui la clé de voûte de son attaque. Sous son impulsion, les *Guerriers Taeguk *se sont hissés en finale de l'épreuve continentale. Le grand attaquant a célébré chacune de ses deux réalisations par un salut militaire, en référence au service qu'il effectue actuellement. Sa frappe victorieuse contre l'Australie au premier tour et son ouverture du score contre l'Irak en demi-finale ont fait énormément de bien à une sélection sud-coréenne décimée par les blessures et privée des talents de Koo Jacheol et Lee Chungyong.

Explorer le sujet

Articles recommandés