Angleterre

Macari change la vie des sans-abris

Lou Macari at the Lou Macari Centre.
  • Lou Macari a fait les beaux jours du Celtic, de Manchester United et de l'Écosse
  • En 2016, il a ouvert un centre pour sans-abris à Stoke-on-Trent
  • À 71 ans, il a été obligé d'introduire d'importants changements en raison de la pandémie de COVID-19

Légende de Manchester United, Lou Macari a participé à une Coupe du Monde de la FIFA™ avec l'Écosse et a fait les beaux jours du Celtic à l'apogée de son art. Après une carrière de 18 ans en tant qu'entraîneur, il est toujours présent à Old Trafford, où il œuvre dans le domaine de la télévision et de l'hospitalité.

En 2016, un sujet dans un média local de sa ville d'adoption, Stoke-on-Trent, a fait sortir l'ancien milieu de terrain de sa retraite et l'a incité à littéralement descendre dans la rue. "Les conseillers municipaux se disputaient sur le nombre de sans-abris dans la région", se souvient Macari, 71 ans. "Certains disaient plus de 100, d'autres affirmaient qu'il y en avait tout au plus une dizaine, donc j'ai voulu en avoir le cœur net. En quelques minutes, j'en avais déjà trouvé plus de 30. Cela m'a fait réaliser que certaines personnes minimisaient le problème, qu'il y avait beaucoup de gens qui souffraient. Je me suis demandé si je pouvais faire quelque chose pour les aider. Mon premier réflexe a été évidemment de me demander comment trouver un bâtiment pour qu'ils aient au moins un toit. Ensuite, je me suis posé la question de savoir comment les nourrir, leur procurer de nouveaux vêtements… Je voulais juste faire quelque chose."

MAcari en parle alors à un ami du conseil municipal et un mois plus tard, le lieu était trouvé. "Ce n'était pas l'idéal, il était tout petit, étroit, ce n'était pas exactement ce que nous cherchions, mais nous en avons fait bon usage pendant trois ans et demi. Personne ne vivait dans le luxe, mais nous avons fait ce qui correspondait exactement à mon idée de départ : nourrir les gens, les habiller et leur donner un toit."

Lou Macari of Manchester United celebrates after Jimmy Greenhoff (on ground, left) has scored against Leeds United during the FA Cup Semi-Final at Hillsborough, Sheffield on 23rd April 1977. 
© Getty Images

Leur nom sur la porte

Le Macari Centre est rapidement devenu un nouvel atout à la fois dynamique et précieux pour la communauté de Stoke. Son importance pour les personnes qu'il abritait a rapidement été renforcée lorsque Macari a lancé un événement annuel pour collecter des fonds et sensibiliser les gens. "Nous organisons une soirée caritative au stade de Stoke City une fois par an, fin janvier-début février. Nous faisons ça dans le hall, un endroit couvert, mais il fait extrêmement froid à cette époque de l'année et cela nous donne un petit aperçu de ce que vivent les gens dans la rue", explique-t-il. "Après une seule nuit dans ces conditions, vous commencez alors à penser aux personnes qui dorment dehors pendant l'hiver britannique, dans le froid glacial et parfois sous une pluie battante, nuit après nuit. C'est insupportable rien que d'y penser."

Cette sombre possibilité est devenue une perspective très réelle pour les résidents du centre Macari avec l'arrivée du COVID-19. L'exiguïté de l'abri a conduit le gouvernement à ordonner sa fermeture, forçant son instigateur à chercher une solution de rechange. "Je suis passé devant un champ et j'ai vu des sortes de cabanons. Quand j'ai vu ça, je me suis dit qu'avec un peu de renfort pour les rendre résistants au froid, ils pourraient très bien faire l'affaire", raconte Macari. "Grâce à ce système, nous avons pu donner à certaines personnes, pour la première fois de leur vie, un endroit à elles, avec un numéro et leur nom sur la porte."

Le Macari Centre pour les sans-abris

Lire également

Le Macari Centre pour les sans-abris

Une adresse et une vie meilleure

Cela donne aux résidents leur propre espace et chacun a même pu recevoir une télévision dans son cabanon grâce la League Managers Association, par le biais de ses sponsors. "Nous avons reçu 46 téléviseurs neufs. Maintenant nous ne voyons parfois plus certains des résidents pendant plusieurs jours. Ça a changé leur vie à bien des égards", estime Macari. ils ont leur propre espace pour se retirer et avoir un peu de temps de repos. Nous les avons vus décorer leurs cabanons. Ils se les sont appropriés en les personnalisant et en sont très fiers."

Grâce à l'action du Macari Centre, ces sans-abris ont désormais une adresse, ce dont ils ont absolument besoin pour s'inscrire au chômage ou avoir un compte en banque. "Cela leur donne l'opportunité d'avoir une vie meilleure que celle qu'ils vivaient avant. C'était toute mon ambition", conclut Macari.

Explorer le sujet

Articles recommandés