Coupe du Monde de la FIFA™

Morris, jeune premier fait pour briller

Jordan Morris of the United States looks to pass the ball against Serbia
© Getty Images
  • Jordan Morris a honoré sa première sélection avant même de passer professionnel
  • Il a inscrit son premier but avec les Stars and Stripes lors d'une victoire en amical contre le Mexique en 2015
  • Les États-Unis affrontent Trinité-et-Tobago (8 juin) et le Mexique (11 juin) dans les qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA

Le moins que l'on puisse dire, c'est que la première année de Jordan Morris chez les professionnels aura été chargée. L'attaquant américain a honoré sa première sélection en novembre 2014, alors qu'il évoluait encore à l'université de Stanford. Deux ans plus tard, il était élu débutant de l'année par la Major League Soccer (MLS), après avoir conduit le club de sa ville, Seattle Sounders, à son premier triomphe en MLS Cup.

Compte tenu de l'entame pour le moins poussive des Sounders, ce titre peut être considéré comme une vraie bonne surprise. En revanche, la contribution du jeune prodige de 22 ans tient plutôt de la confirmation. Morris, qui avait déjà laissé entrevoir de très belles qualités en équipe des États-Unis, était attendu au tournant.

À Seattle, sa cote ne cesse de monter ; en ce qui concerne les* Stars and Stripes, il lui faut par contre repartir de zéro, suite au limogeage de Jürgen Klinsmann et au retour de l'ancien sélectionneur Bruce Arena. Depuis le début de l'année 2017, Morris et ses partenaires font donc tout leur possible pour se glisser dans les petits papiers de leur nouveau mentor. "Bruce est arrivé et il a tout de suite réalisé de l'excellent travail. Il a su définir une identité de jeu, qu'il souhaite nous voir adopter", explique l'attaquant dans un entretien exclusif accordé à* FIFA.com**. "Je crois que tout le monde adhère au projet. C'est toujours positif d'être sur la même longueur d'ondes et d'avancer dans la même direction. De ce point de vue, on peut dire qu'il fait un sans-faute."

En mars, les dirigeants américains ont récolté les premiers fruits de la méthode Arena. À la peine depuis le début du tour "hexagonal" des qualifications de la CONCACAF pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™, les États-Unis se sont rassurés en écrasant le Honduras 6:0 à San José, avant d'aller chercher le point du nul (1:1) au Panama. "Nous avons obtenu des résultats intéressants contre des adversaires de bon niveau. Nous savions que ces matches seraient difficiles", poursuit Morris. "Au sein du groupe, tout le monde est prêt à travailler dur pour inverser la tendance et arracher un billet pour la Coupe du Monde."

*Des échéances importantes *À un point des premières places directement qualificatives après quatre levées, les États-Unis n'ont plus le droit à l'erreur. Jeudi, ils affronteront Trinité-et-Tobago à Commerce City (Colorado), avant de se rendre dimanche à Mexico pour un duel très attendu face à leur rival de toujours, le Mexique, dans son antre du stade Azteca. Malgré son jeune âge, Morris semble parfaitement conscient des enjeux. "À ce niveau, il faut absolument essayer de gagner tous ses matches à domicile. La première de ces deux affiches s'annonce donc capitale. Il va falloir tout faire pour prendre les trois points."

Si Arena décide de lui donner sa chance ce week-end à l'Azteca, notre interlocuteur se remémorera sans doute son premier but sous le maillot américain au moment de pénétrer sur la pelouse de ce stade mythique. Il était encore étudiant en avril 2015, au moment d'inscrire le but de la victoire (2:0) des Stars and Stripes sur El Tri lors d'un match amical à San Antonio (Texas).

L'international américain ne cache pas son impatience à l'idée de retrouver cette enceinte chargée d'histoire, qu'il a déjà eu l'occasion de découvrir la saison dernière, en Ligue des champions de la CONCACAF. "Je n'ai jamais joué au Mexique avec l'équipe nationale, mais je sais que c'est un stade difficile, où règne une atmosphère bien particulière. Repartir d'ici avec un résultat positif serait donc une belle performance. Je me suis produit à l'Azteca l'année dernière avec les Sounders et, même s'il n'était pas complètement plein, ça reste un stade extraordinaire. L'ambiance était très déstabilisante. Compte tenu de la rivalité entre les deux pays, je m'attends à vivre des moments intenses. Quoi qu'il en soit, j'espère que ce sera une belle expérience."

La perspective de disputer la Coupe du Monde lui traverse l'esprit de temps à autre, de son propre aveu, mais Morris ne sait que trop bien que la route qui mène en Russie est encore longue et semée d'embûches. "J'y pense un peu, mais c'est encore loin. Ça fait effectivement partie de mes objectifs et, pour tout dire, c'est assez excitant. Je vais donc continuer à travailler dur, en espérant être du voyage."

Explorer le sujet

Articles recommandés

Zone CONCACAF : Etats-Unis - Honduras en images

Coupe du Monde de la FIFA™

Zone CONCACAF : Etats-Unis - Honduras en images

25 mars 2017

Head coach Bruce Arena of the United States looks on

Coupe du Monde de la FIFA™

Arena se jette dans un nouveau combat

22 mars 2017

Russie 2017 - J-35 : Les Etats-Unis font tomber l'Espagne

Coupe des Confédérations de la FIFA

Russie 2017 - J-35 : Les Etats-Unis font tomber l'...

13 mai 2017

Le miracle de 1950

Coupe du Monde de la FIFA 1950™

Le miracle de 1950

15 nov. 2012

Costa Rica's midfielder Joel Campbell (L) dribbles past USA's Matt Besler (R) and John Brooks

Coupe du Monde de la FIFA™

Perfection costaricaine et désillusion américaine

16 nov. 2016