Interview VIP

Nowitzki, légende du basket passionnée de football

Dirk Nowitzki #41 of the Dallas Mavericks
© Getty Images

À l'occasion de la retraite du légendaire basketteur allemand Dirk Nowitzki, FIFA.com vous propose de redécouvrir l'interview qu'il nous avait accordée en 2015.

Dirk Nowitzki a atteint la barre des 31 540 points, et s'est hissé au sixième rang du classement des meilleurs marqueurs de NBA après avoir dépassé Shaquille O'Neal et Wilt Chamberlain mais avoir été repris par LeBron James. L'Allemand est le premier Européen à atteindre un tel niveau.

A 40 ans, il est considéré comme le plus grand basketteur allemand de tous les temps. Il évolue en NBA depuis 1998, sous les couleurs des Dallas Mavericks. En 2011, il est devenu le premier - et unique - Allemand à remporter le prestigieux championnat américain, se payant au passage le luxe d'être élu meilleur joueur (MVP) des Finales.

Mais Nowitzki ne s'intéresse pas seulement au basket. Le géant de 2m13 est aussi un passionné de football. Il a ainsi commenté toutes les sorties de l'Allemagne pendant la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™. Les deux frères de son épouse sont footballeurs professionnels en Angleterre. Enfin, il a organisé avec le champion du monde Manuel Neuer un match de charité au profit de sa fondation. Dirkules a profité de l'occasion pour démontrer qu'il n'était pas maladroit non plus balle au pied.

Pour FIFA.com, il évoque la signification des récompenses individuelles, les objectifs de sa fondation et la percée du football aux États-Unis pendant la Coupe du Monde.

(L-R) Finals MVP Dirk Nowitzki #41 (holding Bill RUssell Finals MVP trophy) and Jason Kidd #2 of the Dallas Mavericks
© Getty Images

Dirk Nowitzki, en 2014, vous avez organisé un match de football au profit de votre association avec Manuel Neuer. Comment avez-vous fait sa connaissance ?
Manu est un type charmant. Nous nous sommes rencontrés à l'occasion d'un match pour Team Up For Kids et nous nous sommes tout de suite très bien entendus. Malheureusement, je n'ai pas marqué contre lui ! Quand j'ai tiré mon penalty, c'est Ralf Fährmann, l'actuel gardien de Schalke 04, qui se trouvait dans le but. Il m'a tout de même donné un petit conseil pour le battre...

Quels sont les objectifs de votre fondation et à quels projets vous consacrez-vous ?
Au sein de mon association, j'essaye d'aider les enfants socialement défavorisés. À travers le sport, nous voulons leur ouvrir les portes d'autres univers. Nous soutenons des projets qui encouragent la participation des enfants et des jeunes à travers le sport. Pour mieux comprendre ce que nous faisons, vous pouvez visiter notre site internet.

En 2011, vous avez remporté la NBA et vous avez été désigné MVP des Finales. Que représentent ces distinctions individuelles pour un athlète qui pratique un sport collectif ?
Elles sont très importantes à mes yeux mais l'essentiel, c'est de contribuer au succès de l'équipe.

Pendant la Coupe du Monde 2014, vous étiez très présent sur Twitter à chaque fois que l'Allemagne était sur le terrain. Êtes-vous un grand amateur de football ?
Je suis de près l'actualité du football, notamment pendant les grandes compétitions. Je suis toujours le premier fan de la Nationalmannschaft.

Êtes-vous supporter d'un club en particulier ?
Pas vraiment, mais je dois avouer que je suis très impressionné par ce que réalise le Bayern Munich ces dernières années.

Où étiez-vous pendant la Coupe du Monde 2014 et qu'avez-vous fait après la victoire de l'Allemagne en finale ?
J'ai regardé la Coupe du Monde ici, à Dallas, et je portais mon maillot de l'Allemagne à chaque match. Pour la finale, j'étais à Wurzbourg. J'ai suivi le match avec ma femme et mes parents. Quand Mario Götze a ouvert le score, j'ai littéralement bondi de mon canapé.

Êtes-vous ou étiez-vous en contact avec des membres de l'équipe ? On sait que Toni Kroos ne manque jamais une occasion de rappeler qu'il est fan des Mavericks…
Je parle avec Manu, Lukas Podolski et Mats Hummels. Nous nous envoyons des SMS et je les ai naturellement félicités pour leur victoire en Coupe du Monde.

Pendant la Coupe du Monde, les États-Unis se sont pris de passion pour le football. Que reste-t-il aujourd'hui de cet engouement ?
Le football s'est retrouvé sur le devant de la scène. Il y avait beaucoup de retransmissions publiques et tous les matches étaient diffusés en direct. Mais depuis, il me semble que la passion est un peu retombée. Je ne sais pas si les affluences de la MLS ont vraiment augmenté.

Suivez-vous la Bundesliga depuis les États-Unis ?
Le football m'intéresse et je suis la Bundesliga à travers les médias. Je garde aussi un œil sur l'actualité internationale, car les deux frères de ma femme jouent en Angleterre. Quand je suis en Allemagne, j'en profite pour me rendre au stade.

En basket comme en football, les deux équipes tentent de mettre un ballon dans un filet. Peut-on pousser la comparaison plus loin ?
Comme j'ai pu le constater l'année dernière pendant notre match de charité, un terrain de football est beaucoup plus grand… (rires) !

Êtes-vous satisfait de la saison des Mavericks ? (la saison 2014/15)
Je suis satisfait de notre entame. Les nouvelles recrues ont été bien choisies et se sont parfaitement intégrées. Chandler Parsons se déplace très intelligemment sans le ballon et il est efficace lorsqu'il tire de loin. Les retours de Tyson Chandler et JJ Barea à Dallas me semblent également très positifs. Nous avons gagné le championnat ensemble, c'est un lien qui ne s'oublie pas. Notre objectif est d'accéder aux play-offs de la Conférence Ouest. Ensuite, nous verrons bien.

Dirk Nowitzki of team Dirk Nowitzki All Stars fights for the ball with Marcel Schaefer
© Getty Images

Explorer le sujet

Articles recommandés