Coupe du Monde de la FIFA™

Paulinho revient dans la peau du héros

Paulinho avait dû se résoudre à accepter l'idée qu'il ne porterait plus jamais les couleurs du Brésil. Mais la façon dont son histoire avec la* Seleção *s'était terminée lui avait laissé un goût d'inachevé. Il ne s'attendait pas nécessairement à faire l'objet d'un traitement spécial, mais il espérait conclure sa carrière internationale sur une note positive. Malheureusement, ses dernières heures au service du Brésil étaient restées marquées par deux corrections monumentales infligées par l'Allemagne et les Pays-Bas.

De retour en club après une Coupe du Monde de la FIFA 2014™ contrastée, le milieu de terrain a poursuivi sa descente aux enfers. Titulaire à Tottenham, le Brésilien n'a disputé que trois matches suite à l'arrivée de Mauricio Pochettino sur le banc des Spurs, le technicien argentin lui préférant Nabil Bentaleb, Eric Dier ou Ryan Mason. Un temps courtisé par Arsenal, Manchester City, Manchester United, l'AC Milan, l'Inter Milan et l'AS Rome, Paulinho était devenu persona non grata *en Europe. Il n'a donc pas hésité longtemps quand les dirigeants de Guangzhou Evergrande, en RP Chine, l'ont contacté au milieu de l'année 2015. "Tout le monde m'a dit qu'après ça, je ne reviendrais plus jamais. Franchement, je ne rêvais même plus de la *Seleção", confie Paulinho, ignoré par Dunga tout au long de son second mandat à la tête de l'équipe nationale. "Mes six derniers mois à Tottenham ont été une perte de temps. À ce stade, je n'avais qu'une envie : rejouer au football."

C'est donc ce qu'il a fait. Six mois après son transfert, Paulinho remportait la Super League chinoise et la Ligue des champions de l'AFC sous les ordres de Luiz Felipe Scolari. Propulsé en Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, il s'est illustré par ses qualités de buteur. Seul Luis Suarez, du FC Barcelone, s'est montré plus efficace. Il faut dire que cette compétition et le Japon lui* *réussissent plutôt bien. En finale de l'édition 2012, le milieu de terrain avait été l'un des artisans du triomphe de Corinthians sur Chelsea.

Rendez-vous avec l'histoire
 En apprenant que son entraîneur de l'époque, Tite, avait été promu à la tête de la sélection il y a neuf mois, Paulinho s'est pris à rêver de nouveau. Il figurait ainsi parmi les joueurs convoqués pour le premier rassemblement du nouveau sélectionneur. Quelques jours plus tard, il intégrait la première équipe alignée par Tite. Depuis, il a répondu à l'ouverture du score de James Rodriguez lors de la victoire (2:1) sur la Colombie et contribué au large succès (3:0) obtenu aux dépens de l'Argentine. Avec ces résultats, le Brésil pouvait, pour la première fois, aligner sept victoires de suite dans les qualifications mondialistes. La* Seleção *avait donc rendez-vous avec l'histoire en Uruguay.

Ce 23 mars, Paulinho a remis les deux équipes à égalité en marquant un but magnifique. Il est en outre devenu le premier visiteur à signer un triplé en Uruguay dans la compétition préliminaire de la Coupe du Monde. Comme si cela ne suffisait pas, il est aussi le troisième Brésilien à faire mouche à trois reprises contre la Celeste, le premier depuis Paulinho Valentim en 1959. Enfin, il détient le record du nombre de buts en sélection pour un milieu défensif (neuf), laissant loin derrière lui Falcao, Alemao, Cesar Sampaio, Dunga et Emerson (six). Avec tout ça, le triomphe (4:1) de la Seleção serait presque passé inaperçu ! "Comme toujours, nous travaillons dur et ce résultat ne doit rien à la chance", estimait-il au coup de sifflet final. "Nous savions qu'un adversaire difficile nous attendait. Nous avons joué pour gagner, sans jamais nous déconcentrer. Il fallait garder la tête froide. Maintenant, nous devons continuer sur notre lancée et maintenir ce niveau de performance. Je suis sûr que notre équipe a encore beaucoup à offrir."

"La vie et le temps vous aident à grandir", note pour sa part Tite, philosophe. "À 28 ans, j'aurais aimé posséder la maturité de Paulinho. Physiquement, il est en pleine forme. Ses performances et ses buts parlent d'eux-mêmes." Finalement, Paulinho aura peut-être droit un jour à ses adieux en fanfare…

Paulinho of Brazil celebrates after scoring
© Getty Images

Paulinho avait dû se résoudre à accepter l'idée qu'il ne porterait plus jamais les couleurs du Brésil. Mais la façon dont son histoire avec la* Seleção *s'était terminée lui avait laissé un goût d'inachevé. Il ne s'attendait pas nécessairement à faire l'objet d'un traitement spécial, mais il espérait conclure sa carrière internationale sur une note positive. Malheureusement, ses dernières heures au service du Brésil étaient restées marquées par deux corrections monumentales infligées par l'Allemagne et les Pays-Bas.

De retour en club après une Coupe du Monde de la FIFA 2014™ contrastée, le milieu de terrain a poursuivi sa descente aux enfers. Titulaire à Tottenham, le Brésilien n'a disputé que trois matches suite à l'arrivée de Mauricio Pochettino sur le banc des Spurs, le technicien argentin lui préférant Nabil Bentaleb, Eric Dier ou Ryan Mason. Un temps courtisé par Arsenal, Manchester City, Manchester United, l'AC Milan, l'Inter Milan et l'AS Rome, Paulinho était devenu persona non grata *en Europe. Il n'a donc pas hésité longtemps quand les dirigeants de Guangzhou Evergrande, en RP Chine, l'ont contacté au milieu de l'année 2015. "Tout le monde m'a dit qu'après ça, je ne reviendrais plus jamais. Franchement, je ne rêvais même plus de la *Seleção", confie Paulinho, ignoré par Dunga tout au long de son second mandat à la tête de l'équipe nationale. "Mes six derniers mois à Tottenham ont été une perte de temps. À ce stade, je n'avais qu'une envie : rejouer au football."

C'est donc ce qu'il a fait. Six mois après son transfert, Paulinho remportait la Super League chinoise et la Ligue des champions de l'AFC sous les ordres de Luiz Felipe Scolari. Propulsé en Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, il s'est illustré par ses qualités de buteur. Seul Luis Suarez, du FC Barcelone, s'est montré plus efficace. Il faut dire que cette compétition et le Japon lui* *réussissent plutôt bien. En finale de l'édition 2012, le milieu de terrain avait été l'un des artisans du triomphe de Corinthians sur Chelsea.

Rendez-vous avec l'histoire
 En apprenant que son entraîneur de l'époque, Tite, avait été promu à la tête de la sélection il y a neuf mois, Paulinho s'est pris à rêver de nouveau. Il figurait ainsi parmi les joueurs convoqués pour le premier rassemblement du nouveau sélectionneur. Quelques jours plus tard, il intégrait la première équipe alignée par Tite. Depuis, il a répondu à l'ouverture du score de James Rodriguez lors de la victoire (2:1) sur la Colombie et contribué au large succès (3:0) obtenu aux dépens de l'Argentine. Avec ces résultats, le Brésil pouvait, pour la première fois, aligner sept victoires de suite dans les qualifications mondialistes. La* Seleção *avait donc rendez-vous avec l'histoire en Uruguay.

Ce 23 mars, Paulinho a remis les deux équipes à égalité en marquant un but magnifique. Il est en outre devenu le premier visiteur à signer un triplé en Uruguay dans la compétition préliminaire de la Coupe du Monde. Comme si cela ne suffisait pas, il est aussi le troisième Brésilien à faire mouche à trois reprises contre la Celeste, le premier depuis Paulinho Valentim en 1959. Enfin, il détient le record du nombre de buts en sélection pour un milieu défensif (neuf), laissant loin derrière lui Falcao, Alemao, Cesar Sampaio, Dunga et Emerson (six). Avec tout ça, le triomphe (4:1) de la Seleção serait presque passé inaperçu ! "Comme toujours, nous travaillons dur et ce résultat ne doit rien à la chance", estimait-il au coup de sifflet final. "Nous savions qu'un adversaire difficile nous attendait. Nous avons joué pour gagner, sans jamais nous déconcentrer. Il fallait garder la tête froide. Maintenant, nous devons continuer sur notre lancée et maintenir ce niveau de performance. Je suis sûr que notre équipe a encore beaucoup à offrir."

"La vie et le temps vous aident à grandir", note pour sa part Tite, philosophe. "À 28 ans, j'aurais aimé posséder la maturité de Paulinho. Physiquement, il est en pleine forme. Ses performances et ses buts parlent d'eux-mêmes." Finalement, Paulinho aura peut-être droit un jour à ses adieux en fanfare…

Explorer le sujet

Articles recommandés

Chelsea stoppé par Corinthians

Coupe du Monde des Clubs de la FIFA 2012

Chelsea stoppé par Corinthians

17 déc. 2012

Zone CONMEBOL : Les meilleurs moments en images

Coupe du Monde de la FIFA™

Zone CONMEBOL : Les meilleurs moments en images

23 mars 2017

Argentina's coach Edgardo Bauza gestures

Coupe du Monde de la FIFA™

Bauza, objectif simple et double défi

16 mars 2017