Hors Jeu

Racines étranges et origines étrangères

Eljero Elia of FC Juventus shields the ball from Julian Kelly of Notts County
© Getty Images

De la nationalité de leur fondateur à leurs couleurs en passant par leur nom ou leur écusson, de nombreux clubs ont une origine partiellement voire entièrement liée à un pays autre que celui dans lequel ils sont basés. FIFA.com se penche sur ces clubs dont les racines dépassent les frontières nationales.

Certaines de ces origines se reconnaissent facilement, à l'image du Barcelona de Guayaquilen Équateur, de l'Everton de Vina del Mar au Chili, de la Juventus au Brésil - dont les couleurs s'inspirent paradoxalement de celles de la... Fiorentina ! - ou encore du Sparta Prague en République tchèque, dont la tenue est tout simplement celle d'Arsenal en 1906.

Si les origines étrangères de la Juventus brésilienne sont contenues dans l'appellation du club, celles de la Juventus originale sont moins apparentes. Chez la Vecchia Signora, c'est le fameux maillot rayé noir et blanc qui a été importé. Pendant ses trois premières années dans le championnat d'Italie, la Juve a évolué en rose. Cette couleur étant également celle de Palerme, les dirigeants turinois décident d'en changer. La quête d'une nouvelle tenue aboutit grâce à un joueur de la Vieille Dame, l'Anglais John Savage.

Ce dernier, né à Nottingham, s'adresse aux dirigeants de son club favori dans sa ville natale, Notts County, pour leur demander de fournir à la Juventus un jeu de leurs tenues traditionnelles, rayées de noir et de blanc. Le club anglais, qui évoluait à l'époque en première division et existait déjà depuis 40 ans, n'y voit aucun inconvénient et s'exécute. La *Vieille Dame *remerciera Notts County de son geste quelque 108 ans plus tard en invitant le club anglais à disputer le match d'inauguration du flambant neuf Juventus Stadium.

Les diables rouges et noirs
Nottingham semble avoir été prédestinée à imprimer son sceau sur le football du nord de l'Italie. Herbert Kilpin en est originaire et c'est lui qui, dans un bar en compagnie de quatre autres expatriés anglais, que Kilpin a eu l'idée de créer le Milan Football and Cricket Club, devenu depuis l'AC Milan. À ce jour, le club porte toujours le nom anglais de la ville, Milan, et non son appellation italienne, Milano. Kilpin s'est chargé lui-même de concevoir le maillot de la nouvelle institution : "Nous sommes une équipe de diables. Nos couleurs sont rouge comme le feu et noir pour faire peur à l'adversaire", a-t-il un jour expliqué.

Le doyen du football transalpin possède lui aussi des racines anglaises nettement marquées. Le Genoa Cricket and Football Cluba été fondé en 1893, et la filiation est clairement exprimée par la Croix de Saint-Georges qui orne la partie supérieure de son blason. Un peu plus au nord, en Suisse, le Grasshopper a lui aussi été fondé par des étudiants anglais, en 1886. Les couleurs de la formation zurichoise proviennent elles aussi directement du royaume de Sa Majesté. Ce sont celles de Blackburn.

C'est justement un Suisse, Joan Gamper, qui est à l'origine de la fondation de l'un des plus grands clubs du monde, le FC Barcelone. Il y a plus d'un siècle, celui qui s'appelait auparavant Hans Gamper laissera une empreinte à plus d'un titre sur la planète du ballon rond. Une annonce parue dans un journal local, Los Deportes, a suscité suffisamment d'intérêt pour aboutir à la formation d'un club de football… Le reste appartient à l'histoire. Le terrain d'entraînement du Barça est nommé d'après le fondateur du club, qui a en outre effectué cinq mandats à la présidence de l'institution. C'est également lui qui serait à l'origine du fameux maillot blaugrana. Ayant été capitaine du club de sa ville natale, le FC Bâle, dont les couleurs sont le bleu et le rouge, Gamper les aurait tout simplement reprises pour la tenue barcelonaise.

Autre grand club espagnol, l'Athletic Cluba vu le jour grâce à une annonce mettant au défi les Anglais de la ville basque de se mesurer aux autochtones sur le rectangle vert, pour le plus grand divertissement des classes huppées de la ville. La lourde victoire des expatriés n'empêcha pas la fièvre du football de contaminer Bilbao. Au contraire. Dans la foulée, un Basque ayant étudié à Manchester décida de fonder un autre club, le Bilbao FC, qui comporte à ses débuts une bonne moitié d'Anglais dans ses rangs.

Plus tard, le Bilbao FC et l'Athletic Club fusionneront pour former l'Athletic de Bilbao que nous connaissons actuellement. Quant à la question de savoir d'où vient le maillot rayé rouge et blanc des pensionnaires de San Mamés, le débat fait toujours rage entre les supporters de Southampton et ceux de Sunderland. Ce qui est certain, c'est que les premières tenues de l'Athletic Club Bilbao ont été rapportées d'Angleterre.

Racines ferroviaires et maritimes
En Argentine, Newell's Old Boys doit leur nom à Isaac Newell, qui a émigré à Rosario alors qu'il était encore adolescent pour travailler sur les voies ferrées. C'est lui qui a introduit dans le pays la première sphère de cuir ainsi que le premier exemplaire des lois du jeu. Il fonde ensuite et dirige le Colegio Comercial Anglicano Argentino, dont plusieurs étudiants, à commencer par son fils Claudio, sont à la base de la création du club. Isaac était anglais et son épouse allemande, ce qui explique les couleurs du club et de son écusson, le rouge et le noir, qui se réfèrent aux drapeaux anglais et allemand.

L'autre grand club de la ville, Rosario Central, tient lui aussi ses origines de l'Angleterre et du chemin de fer. Le 24 décembre 1889, Thomas Mutton forme une équipe de football composée exclusivement de cheminots. Le fondateur et premier président du club, Colin Bain Calder, nomme donc le nouveau-né du football argentin "Central Argentine Railway Athletic". Le nom du club sera ensuite hispanisé en "Club Atletico Rosario Central", à la demande des immigrés espagnols de plus en plus nombreux dans l'équipe.

Toujours en Argentine, River Plate possède lui aussi un nom anglais, dont l'origine est liée aux docks du Rio de La Plata, où travaillaient la plupart des joueurs de l'équipe à sa fondation. Les containers en provenance d'Angleterre portaient tous l'inscription "River Plate", nom anglais de la rivière. On raconte qu'au moment de chercher une appellation au nouveau club, un responsable de Puerto Rosales lança : "Allons pour River Plate".

Le rival éternel de River, Boca Juniors, a lui aussi une origine étrangère. Il a été fondé par cinq immigrés italiens originaires de Gênes, d'où le surnom de l'équipe : les Xeneizes, qui signifie tout simplement "génois" en génois. Le club avait d'abord été baptisé par ses fondateurs "Independencia Sud", avant d'être renommé "Boca Juniors".  À sa fondation, le club opte pour le noir et le blanc, qui ont comme inconvénient d'être également les couleurs d'un club voisin.

Les deux équipes décident donc de disputer un match, dont le vainqueur aura comme privilège de choisir définitivement ses couleurs. Boca s'incline, après quoi un ouvrier nommé Juan Birchetto, décide d'apporter sa contribution. Il voit arriver dans le port de Buenos Aires un bateau nommé le "Drottning Sophia" ("Reine Sophia" en suédois). L'intéressé propose alors au club d'adopter les couleurs du pavillon suédois. Il sera bien inspiré. Des décennies plus tard, un certain Diego Maradona dira de la tunique de Boca qu'il s'agit du "plus beau maillot du monde".

Au Brésil, des immigrés portugais et allemands qui ont coopéré pour donner naissance, en septembre 1903, à l'un des géants du football national : Grêmio. Fondé quelques années plus tard à São Paulo, Corinthians a quant à lui repris le nom d'une équipe amateur anglaise qui avait fait une tournée au Brésil en 1910 et qui répondait au nom de "Corinthian-Casuals".

Ironie de l'histoire, le "nouveau" Corinthians inspirera à son tour de nombreux autres clubs. on recense notamment le Sport Club Corinthians Alagoano, l'Atlético Clube Coríntians, le Sport Club Corinthians Paranaense, l'Esporte Clube Corinthians, ou l'Esporte Clube Corinthians de Bataguassu... qui ne savent peut-être pas que leur origine est à des milliers de kilomètres !

Explorer le sujet

Articles recommandés