Live

Renard change l'Ivoire en or

Ivory Coast's players and coach Herve Renard celebrate after scoring a third goal during the 2015 African Cup of Nations semi-final football match between Democratic Republic of the Congo and Ivory Coast in Bata on February 4, 2015.  AFP PHOTO / KHALED DE
© AFP

La Guinée équatoriale avait fait bonne impression avant même le coup d'envoi de la Coupe d'Afrique des Nations de la CAF 2015 en s'offrant comme solution de remplacement in extremis pour organiser le tournoi. Le pays hôte a également fait bonne figure sur le terrain, même si au final, le haut de l'affiche est occupé par la Côte d'Ivoire. Les Éléphants gagnent un deuxième trophée continental qui leur échappait depuis de nombreuses années, malgré leur statut d'éternels favoris sur la scène africaine.

Les champions
La Côte d'Ivoire a eu du mal à mettre la machine en route. En phase de groupes, les Éléphants se sont même retrouvés dans l'obligation de gagner leur dernier match pour rester en course dans la compétition. Ils ont dûment passé la vitesse supérieure contre le Cameroun, pour ne plus rétrograder jusqu'à la ligne d'arrivée. Après avoir facilement négocié leur quart et leur demi-finale, les hommes dirigés par Hervé Renard ont éprouvé plus de difficultés en finale, où ils ont été sauvés par Boubacar Barry. Le gardien, dont c'était le premier match dans cette Coupe d'Afrique des Nations de la CAF, a repoussé le penalty de Razak Braihmah, avant de convertir le sien, offrant ainsi à la Côte d'Ivoire une victoire 9:8 dans l'épreuve des tirs au but.

Les favoris
À l'image de la Côte d'Ivoire, le Ghana est monté en puissance tout au long de la compétition. Au terme de ce qui constituait leur neuvième finale continentale, les Black Stars étaient on ne peut mieux partis dans la série de tirs au but, menant 2:0 après les deux premières tentatives de part et d'autre. Assez incroyablement, les Éléphants ont réussi à renverser la vapeur. La meilleure équipe africaine au Classement mondial FIFA/Coca-Cola, l'Algérie, a redoublé de malchance. Les deux buts tardifs inscrits par le Ghana contre l'Afrique du Sud ont relégué les Fennecs à la deuxième place du groupe, les forçant à disputer un quart de finale contre la Côte d'Ivoire, avec à la clé une défaite 1:3. L'autre équipe du Maghreb, la Tunisie, a également chuté au stade des quarts de finale, face à la Guinée équatoriale (1:2).

Les surprises
Même si sa campagne s'est terminée sur une note décevante, le pays hôte a dépassé les attentes en atteignant les demi-finales. Jusqu'à son accession dans le dernier carré, le Nzalang Nacional a pratiqué un football offensif et attrayant. Le Congo a surpris en enregistrant sa première victoire dans la Coupe d'Afrique des Nations de la CAF depuis 1974. La RD Congo monte sur la troisième marche du podium, et la Guinée et le Mali ont impressionné en tenant en échec la Côte d'Ivoire et le Cameroun respectivement.

Les déceptions
Placée dans le groupe considéré comme le plus difficile, l'Afrique du Sud a déçu en ne parvenant pas à préserver l'avantage acquis dans chacune de ses rencontres du premier tour. Toujours rattrapés après avoir ouvert le score, les Bafana Bafana n'ont au final marqué qu'un seul point. Prestation décevante également pour le Burkina Faso, finaliste en 2013 mais bon dernier du Groupe A cette année. Le Cap-Vert, grande révélation de la dernière édition du tournoi, a réalisé un parcours étrange en Guinée équatoriale, avec trois matches nuls en autant de sorties. Insuffisant pour aller en quarts de finale.

Les stars
Hervé Renard l'a dit : André Ayew a probablement été le meilleur Ghanéen de cette CAN 2015. Utilisé alternativement comme ailier et attaquant, le joueur de l'Olympique de Marseille a porté le brassard de capitaine chaque fois qu'Asamoah Gyan a été absent. Lorsqu'il a pu jouer, Gyan a montré qu'il n'avait rien perdu de ses qualités, en marquant par exemple un but crucial contre l'Algérie. Christian Atsu a de son côté été élu meilleur joueur du tournoi. Dans une Côte d'Ivoire constellée de talents, Gervinho a redoublé d'efficacité à son retour de suspension, tandis que Kolo Touré s'est montré impérial en défense.

Le Guinéen Ibrahima Traoré et le Congolais Thievy Bifouma ont eu quatre matches pour briller, ce qu'ils l'ont fait, tout comme Pierre-Emerick Aubameyang au sein d'un Gabon au demeurant décevant. Rainford Kalaba a été élu à deux reprises homme du match, mais cela n'a pas suffi à la Zambie, vainqueur de l'épreuve en 2012, pour dépasser la phase de groupes. Côté algérien, Sofiane Feghouli a été impressionnant sur l'aile droite.

Les néophytes
Les gardiens Felipe Ovono (Guinée équatoriale) et Fabrice Ondoa (Cameroun), ainsi que les défenseurs Éric Bertrand Bailly (Côte d'Ivoire) et Baba Rahman (Ghana), dont c'était la première participation au tournoi, sont à mettre au rang des révélations. Des joueurs plus âgés ont également fait leurs premiers pas dans la compétition, à l'image d'Emilio Nsue (Guinée équatoriale), de Yannick Bolasie (RD Congo) et de Kwesi Appiah (Ghana).

Le saviez-vous ?
La Côte d'Ivoire aura dû attendre 23 ans entre son premier et son deuxième titre continental. Aucune autre équipe ayant remporté le tournoi au moins deux fois n'a dû patienter aussi longtemps entre ses deux premières couronnes. L'Égypte avait attendu 27 ans entre deux titres, son deuxième (1959) et son troisième (1986).

La stat 480 - C'est le nombre de minutes disputées par les Ivoiriens en finale de la CAN sans marquer ni concéder de but. Les quatre dernières finales jouées par la Côte d'Ivoire se sont soldées par un nul 0:0, suivi d'une série de tirs au but.

Entendu…
"On dédie cette victoire à tout le peuple ivoirien. Le foot a cela de magique qu'il réunit toutes les ethnies, toutes les personnes qui ne pensent peut-être pas de la même façon. La Côte d'Ivoire est plus qu'heureuse aujourd'hui, c'est le plus important." -* Hervé Renard, sélectionneur de la Côte d'Ivoire.*

Explorer le sujet

Articles recommandés