#WeLiveFootball

Ruiz gagne terrains et cœurs

Yendrick Ruiz, Jose Rodolfo Alfaro and Alberth Villalobos
© imago
  • FEDEFUTBOL et Recrearte ont réhabilité un terrain au Costa Rica
  • L'objectif : aider au développement des jeunes
  • Le buteur costaricien Yendrick Ruiz a pris part à ce projet

Yendrick Ruiz traverse une période faste. Le buteur costaricien vient de quitter le Club Herediano pour rejoindre la formation bolivienne d'Oriente Petrolero, après une année 2018 pleine : il a remporté le Torneo Apertura et la Liga Concacaf, dont il a terminé meilleur réalisateur avec cinq unités.

Mais les qualités du frère du capitaine de l'équipe du Costa Rica, Bryan Ruiz, ne s'expriment pas seulement sur l'aire de jeu. À quelques heures de son départ pour la Bolivie, il a trouvé le temps d'accompagner la Fédération costaricienne de football dans son canton natal d'Alajuelita pour assister à l'inauguration d'un terrain de futsal pour filles et garçons de la région de Los Geranios.

"C'est un très bon projet. Il contribue essentiellement à réhabiliter les terrains de football pour que les enfants aient un endroit où faire du sport dans les lieux les plus défavorisés d'Alajuelita", explique l'intéressé.

Depuis quelque temps, la FEDEFUTBOL et l'organisation Recrearte se sont associées pour aider les plus jeunes dans leur développement, avec comme moteur un même amour du football. Mais le chemin vers l'inauguration d'un deuxième terrain à Alajuelita, après celui de Tejarcillos il y a quelques années, a été semé d'embûches. Les deux entités ont dû organiser des tournois de golf, des semi-marathons, investir leurs propres ressources, convaincre des sponsors... pour finalement atteindre leur objectif.

"Nous travaillons à Alajuelita depuis dix ans pour les enfants et les jeunes. Ce terrain représente une lutte pour apporter au monde le plein potentiel du football afin de transformer non seulement la vie des gens, mais aussi les communautés où il est pratiqué", a affirmé Ana Cristina Araya, de Recrearte, lors de l'inauguration du terrain.

"Nous savons que le sport éloigne les enfants de la drogue. Ce qui est en train de se faire à Alajuelita est très important" précise Yendrick Ruiz. "Cela permet aux enfants de penser à des choses saines, comme le sport. Et tout cela est très important pour le canton et son environnement. Quand j'étais enfant, il n'y avait pas d'opportunité comme celle qui se présente aujourd'hui. Il n'y avait tout simplement pas ces endroits pour jouer au foot."

Yendrick Ruiz, en bref

  • Né le 12 avril 1987 à Alajuelita, au Costa Rica
  • Formé à Alajuelense, mais sa carrière professionnelle s'est développée chez le grand rival, Herediano
  • C'est un attaquant redoutable, généralement chargé de la finition. Cependant, le sélectionneur Gustavo Matosas l'a récemment placé à un poste plus créatif, celui précisément qu'occupait son frère Bryan
  • En décembre dernier, il a atteint la barre des 100 buts en première division costaricienne
  • Il a joué en Inde (à Pune City) et en Thaïlande (Chiangmai FC)

Un exemple pour les générations futures

Sa présence, aux côtés du président de la FEDEFUTBOL Rodolfo Villalobos, du sélectionneur Gustavo Matosas et d'autres joueurs, a suscité l'émotion des jeunes présents, qui vont maintenant pouvoir profiter de ce nouveau terrain. "C'est un bonheur pour moi, et un espoir. Qu'un enfant arrive et dise qu'un jour il veut être comme moi me motive pour continuer à donner le maximum chaque jour, sur le terrain comme dans la vie, car mon engagement ne s'arrête pas aux limites du terrain," souligne encore Ruiz.

Pour tous les jeunes concernés, il a un message très clair : "Qu'ils rêvent. Ceux qui ont ce rêve, qu'ils fassent tous les efforts possibles pour le réaliser. Moi j'avais ce rêve quand j'étais petit, et j'ai tout donné pour pouvoir l'accomplir".

Ce qui est certain, c'est qu'à 31 ans, il vit une période faste… et continue de rêver. "Ma carrière est dans une très bonne passe et je veux qu'elle progresse encore. Et puis on a toujours le rêve de l'équipe nationale. C'est une fierté, chaque fois que l'on pense à moi, de porter ces couleurs et d'avoir l'écusson de mon pays sur la poitrine". En attendant un éventuel retour en sélection, il continue d'apporter du bonheur dans les vies et à semer les graines d'un monde meilleur.

Explorer le sujet