Coupe du Monde de la FIFA™

Schürrle : "Aucune autre équipe ne possède notre force de caractère"

Andre Schuerrle of Germany enters the field
© Getty Images

Nous sommes à la 113ème minute. La tension au Maracanã est à son comble. Sur l'aile gauche, André Schürrle expédie un centre directement sur la poitrine de Mario Götze, en plein cœur de la surface de réparation argentine. Le reste appartient à l'histoire. Cette passe décisive en finale de la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™ a changé le destin de l'ailier allemand.  

A 25 ans, Schürrle compte parmi les habituels titulaires de l'Allemagne. Par sa puissance et son dynamisme, il incarne à la perfection le nouveau style de jeu voulu par le sélectionneur Joachim Löw. Pourtant, le milieu offensif a connu son lot de désillusions depuis cette soirée magique à Rio de Janeiro.

Avec FIFA.com, le joueur du VfL Wolfsbourg évoque la réalisation de son rêve brésilien, ses objectifs ambitieux en France et en Russie, mais aussi les difficultés à surmonter pour un jeune qui a connu les sommets très tôt dans sa carrière.  

*André Schürrle, quelle est la première Coupe du Monde que vous vous souvenez avoir suivie ?  *
C'était Corée/Japon 2002. Je me rappelle encore avoir regardé la finale entre l'Allemagne et le Brésil avec mes parents, sur le canapé du salon. J'étais tellement triste au coup de sifflet final.

*À l'époque, vous imaginiez-vous disputer vous-même une Coupe du Monde ? Peut-être même participer à la finale ? Offrir une passe décisive sur le but de la victoire et soulever le trophée ? *
Les enfants rêvent beaucoup. Quand on voit ses idoles à la télévision, on pense pouvoir marcher sur leurs traces. Mon modèle, c'était Michael Ballack. J'espérais faire du football mon métier, connaître le succès et peut-être même jouer un jour en équipe nationale. Mais en toute franchise, je ne m'attendais vraiment pas à participer à la construction du but décisif en finale de la Coupe du Monde.  

*En Allemagne, vous faites partie des valeurs sûres depuis plusieurs années. À l'étranger, on vous connaît surtout comme l'homme qui a offert le but de la victoire à Mario Götze au Maracanã. Ce moment vous revient-il souvent en mémoire ?  *
Évidemment ! Cet instant et notre triomphe en Coupe du Monde représentent le sommet de ma carrière. L'action qui a amené ce but historique passe souvent à la télévision. J'ai donc fréquemment l'occasion de me remémorer tout ça. Je ne pense pas que j'oublierai un jour ce que j'ai vécu à ce moment-là.

*En quoi votre vie a-t-elle changé, ce 13 juillet 2014 ?
*
Je fais l'objet d'une attention beaucoup plus soutenue, aux quatre coins du monde. Peu importe où je me trouve, les gens me reconnaissent. C'est certainement la différence la plus notable. Jouer une finale de Coupe du Monde permet de mieux gérer la pression. Chaque rencontre a ses propres enjeux mais après une telle expérience, vous savez que vous avez réussi à surmonter la tension inhérente au plus important match de football du monde. Ça permet de se concentrer totalement sur la tâche à venir, quel que soit le niveau. Après un tel événement, rien ne peut entamer votre sérénité.

*Depuis votre triomphe brésilien, vous avez connu des moments difficiles. Comment vit-on ces épreuves, après avoir atteint le sommet de sa carrière ?
*
Je ne cache pas que j'attendais autre chose après notre victoire en Coupe du Monde. J'ai fait un très bon début de saison à Chelsea, mais les choses ne sont pas passées tout à fait comme prévu. En hiver, j'ai émis le souhait de rentrer en Allemagne et j'ai rejoint Wolfsbourg. Mentalement, ce n'est pas une situation facile à gérer, mais je connais mes qualités. Je sais aussi que si je parviens à les exprimer régulièrement sur le terrain, les choses vont vite s'améliorer.  

*Quels sont vos objectifs à moyen terme ?
*
À Chelsea, j'étais cantonné dans un rôle de joker. J'étais donc très attiré par l'idée de me faire une place à Wolfsbourg, une équipe de Bundesliga ambitieuse. Notre objectif est de jouer les premiers rôles en championnat et de nous qualifier régulièrement pour la Ligue des champions. Nous sommes sur la bonne voie, mais il nous reste encore beaucoup de travail à accomplir.

*Vous sentez-vous plus à l'aise en Premier League anglaise ou en Bundesliga allemande ?
*
C'est toujours difficile de comparer deux championnats. En Angleterre, le jeu est un peu plus intense et physique. Il y a de grandes affiches toutes les deux ou trois semaines car plusieurs équipes disposent d'un effectif de qualité. Ce n'est pas tout à fait la même chose en Allemagne. Avec le Bayern Munich, nous avons l'un des meilleurs clubs au monde. Il y a une poignée de formations capables de lui faire de la concurrence. Mais globalement, nos clubs n'ont pas le même rayonnement ni le même niveau que leurs homologues anglais.

*L'Allemagne a validé son billet pour l'UEFA EURO 2016, sans toutefois faire preuve de l'autorité d'un champion du monde. Que faut-il améliorer d'ici la phase finale en France ?
*
L'essentiel est de nous assurer que nos cadres évitent les blessures et soient tous présents en France. Si nous y parvenons, je suis certain que nous aurons encore notre mot à dire dans la course au titre. Après la Coupe du Monde, nous avons perdu Philipp Lahm, Per Mertesacker et Miroslav Klose, trois piliers de notre équipe. Il a fallu reconstruire. C'est la raison pour laquelle il est important de rester fidèles à notre style de jeu.

*L'équipe actuelle est-elle très éloignée de celle qui s'était imposée au Brésil en 2014 ?
*
Nous avons beaucoup de fortes personnalités sur le terrain. Je pense avant tout à Manuel Neuer et Bastian Schweinsteiger, qui jouent au plus haut niveau depuis des années. Il y aussi Thomas Müller, un type extraordinaire. Nous pouvons compter sur des joueurs de classe mondiale comme Mats Hummels et Toni Kroos. J'en suis convaincu : quand nous entrerons dans le vif du sujet, l'Allemagne retrouvera son meilleur niveau.  

*Comment voyez-vous votre rôle en sélection ?
*
Joachim Löw me fait confiance parce qu'il sait ce qu'il peut attendre de moi. Je suis parfois titulaire, parfois remplaçant. Quoi qu'il en soit, je répondrai toujours présent, à chaque fois que le sélectionneur fera appel à moi.  

*Sur le plan technique et tactique, comment l'Allemagne peut-elle encore progresser ?
*
Nous devons innover car nos adversaires nous connaissent de mieux en mieux. Toutes les équipes veulent faire le match de leur vie contre le champion du monde. Durant les qualifications pour l'EURO, nous avons trouvé en face de nous des joueurs qui défendaient assez bas. Nous avons entre 70 et 75 % de possession de balle, mais il faut repérer la faille dans des défenses renforcées. Nous devons donc travailler et profiter de la moindre occasion. Si nous passons du temps ensemble et que nous disposons de trois ou quatre semaines pour régler les automatismes, nous serons en mesure de venir à bout de tels adversaires.

*Pouvez-vous remporter le titre en France ?
*
Certainement ! Nous sommes champions du monde en titre et nous avons une excellente équipe. Remporter l'EURO n'a rien d'utopique. En tout cas, je ne vois aucune autre sélection qui possède notre force de caractère.

*L'Allemagne peut-elle remporter la Coupe du Monde 2018, devenir le premier pays depuis le Brésil en 1962 à défendre son titre mondial et devenir la nouvelle référence après l'Espagne ?
*
Bien entendu, les trois titres remportés par l'Espagne entre 2008 et 2012 feront date. Si je me souviens bien, au cours de cette période, elle * *n'a eu à déplorer aucun départ majeur. Personnellement, je pense que nous sommes sur la bonne voie. Les autres équipes ont beaucoup de respect pour nous et pour notre football. Mais il encore trop tôt pour dire quoi que ce soit à ce sujet. Ce qui est certain, c'est que le chemin sera difficile et qu'au final tout se jouera sur des détails, comme toujours.

Explorer le sujet

Articles recommandés

Le vestiaire de l'Allemagne en fête

Coupe du Monde de la FIFA™

Le vestiaire de l'Allemagne en fête

14 juil. 2014

Interview de Toni Kroos

Coupe du Monde de la FIFA 2014™

Interview de Toni Kroos

02 mars 2015

Interview de Philipp Lahm

Coupe du Monde de la FIFA 2014™

Interview de Philipp Lahm

18 mars 2015

DIE MANNSCHAFT : La bande annonce

Coupe du Monde de la FIFA 2014™

DIE MANNSCHAFT : La bande annonce

13 nov. 2014

DIE MANNSCHAFT - Bande annonce II

Coupe du Monde de la FIFA 2014™

DIE MANNSCHAFT - Bande annonce II

14 nov. 2014