Brésil 2019

L'Europe dans les starting blocks

Marvin Weiss of Germany scores against Republic of Ireland - U17 International Friendly
© Getty Images
  • Quatre villes irlandaises accueillent la phase finale de l’EURO U-17
  • Cinq sésames seront distribués pour la Coupe du Monde U-17 de la FIFA, Brésil 2019
  • Trois équipes visent une première qualification

Après une longue compétition préliminaire, l’heure du Championnat d’Europe U-17 est enfin arrivée. C’est la dernière épreuve continentale distribuant des billets pour la Coupe du Monde U-17 de la FIFA, Brésil 2019.

Ils seront cinq à rejoindre la plus prestigieuse des scènes et FIFA.com fait le point sur tout ce qu’il faut savoir de cette compétition, dont le coup d’envoi sera donné le vendredi 3 mai avec quatre rencontres.

Informations pratiques

  • Villes-hôtes : Dublin, Longford, Waterford et Wicklow, en Irlande
  • Dates : du 3 au 19 mai 2019
  • Équipes participantes : 16
 A general view inside the Tallaght Stadium
© Getty Images

Le format

Le 27 septembre 2018, la phase préliminaire a démarré avec 54 équipes sur la ligne de départ. À l’issue de deux tours de qualification, quinze nations ont été retenues pour se rendre en Irlande.

Les 16 équipes seront réparties en quatre groupes . Les deux premiers de chaque poule disputeront les quarts de finale, qui constitueront le premier tour de la phase à élimination directe.

  • Groupe A: Irlande, Belgique, République tchèque et Grèce
  • Groupe B: Pays-Bas, France, Angleterre et Suède
  • Groupe C: Islande, Portugal, Hongrie et Russie
  • Groupe D: Espagne, Italie, Allemagne et Autriche

La qualification pour le Brésil

Les quatre demi-finalistes se rendront à Brésil 2019. Le cinquième représentant sera issu d’un match de barrages opposant les deux meilleurs perdants des quarts de finale. Les critères permettant de départager les perdants sont disponibles ici.

Les points clés

Les champions du monde anglais
Les tenants du titre dans cette catégorie d’âge sont également titulaires du record de participations dans la phase finale de l’épreuve européenne. Ils chercheront certes à se qualifier pour le Brésil, mais aussi à conquérir une troisième couronne continentale. Le groupe constitué par Steve Cooper comporte six joueurs (sur 20) de Manchester City.

La puissance de feu des Pays-Bas
Sacrés en 2017/2018, les Néerlandais affichent le meilleur bilan offensif des qualifications, avec 34 buts inscrits. Ils comptent notamment sur Naoufal Bannis et Brian Brobbey, qui pointent tous deux à une longueur du meilleur buteur de la compétition préliminaire, le Russe Kirill Shchetinin (8 buts). Ils peuvent également s’appuyer sur deux des meilleurs passeurs : Jayden Braaf et Mohamed Taabouni, avec 4 passes chacun. Cela fait depuis Mexique 2011 que les Oranje ne se sont plus rendus à une compétition mondialiste dans cette catégorie d’âge.

Tel père, tel fils
L’un des grands atouts de l’Islande n’est autre qu’Andri Lucas Gudjohnsen. Sociétaire du Real Madrid, c’est le deuxième des trois enfants d’Eidur Gudjohnsen, ancien du FC Barcelone et meilleur buteur de l’histoire de son pays. Andri a notamment planté un triplé contre l’Allemagne pendant la compétition préliminaire.

Une compétition très fertile
La compétition préliminaire a donné lieu à 441 buts, un record depuis que le format est passé en 2014/2015 à 126 matches. La moyenne est de 3,5 réalisations par match. Faut-il s’attendre aux mêmes statistiques lors de la phase finale ?

Cinq changements
Pour la première fois, il sera possible d’effectuer cinq changements par équipe. Toutefois, pour les opérer, les sélectionneurs ne pourront interrompre le jeu qu’à trois reprises de chaque côté.

Débuts mondialistes ?
Trois sélections visent une première qualification pour une Coupe du Monde U-17 : l’Islande, la Grèce et l’Irlande. Les organisateurs veulent être les premiers, depuis l’Allemagne en 2009, à s’imposer devant leur public.

Explorer le sujet

Articles recommandés