#WeLiveFootball

Sunderland, précurseur des salles sensorielles

© Others
  • Sunderland, premier club à se doter d’une salle sensorielle
  • Dispositif à l'usage des personnes atteintes d'autisme
  • D'autres stades joignent le mouvement

Pour de nombreux supporters, l’énergie collective générée par la foule dans les stades fait partie intégrante de l’expérience du match. Ils se délectent de ces ambiances assourdissantes, dans des enceintes pleines à craquer.

Mais, au Royaume-Uni, une personne sur cent ressent un profond malaise dans de telles circonstances. Les autistes ou les individus atteints de difficultés sensorielles éprouvent de l'angoisse lorsqu’ils sont confrontés à d’importants rassemblements ou à un volume sonore excessif. Dans ces conditions, il leur est pratiquement impossible de se rendre au stade pour suivre un match de football.

C’est précisément ce qu’a vécu Nathan Shippey à l’âge de sept ans. Ce jeune supporter de Sunderland, atteint d’un trouble du spectre autistique, se rend pour la première fois au Stadium of Light à la fin de la saison 2013/14. Père et fils s’attendent à vivre un moment de complicité dont ils garderont le souvenir à jamais. Mais, une fois sur place, Nathan connaît des moments difficiles.

"Nous sommes partis au début de la seconde mi-temps", raconte Peter Shippey, son père, à FIFA.com. "Il m’a dit qu’il avait peur et il s’est blotti contre moi. J’ai compris que ça n’était pas la peine d’insister. Je me suis dit qu’il ne pourrait jamais suivre un match de football dans un stade."

Au cours des semaines suivantes, Nathan est littéralement scotché à son poste de télévision, pour suivre la Coupe du Monde de la FIFA 2014™. "Ça l’intéressait manifestement", poursuit Peter. "Il m’a demandé si nous pouvions retourner au Stadium of Light."

La famille Shippey assiste au début de la saison 2014/15 dans un bar ouvert, mais l’expérience se solde par un nouvel échec. L’idée d’entrer et de sortir pour répondre aux angoisses causées par le bruit et la foule ne fonctionne pas. Les Shippey décident alors de passer à l’action. Ils écrivent au club pour s’enquérir de la possibilité de créer un espace protégé pour Nathan et les familles comme la leur. Désireux de permettre à tous de vivre un match en direct, les dirigeants répondent favorablement.

"Nous avons accepté de rencontrer la famille pour trouver une solution qui permette à Nathan de venir voir les matches", explique Chris Waters, agent de liaison des supporters de Sunderland. "Les Shippey nous ont proposé de créer une salle sensorielle au Stadium of Light."

"Après de longues discussions avec Peter, Kate [la mère de Nathan], Nathan, les responsables de son école et les départements concernés au sein du club, nous avons inauguré la salle sensorielle Nathan Shippey en 2015." La salle connaît un tel succès qu’une seconde chambre sensorielle ouvre ses portes en 2018. Sunderland est aujourd'hui le seul club au Royaume-Uni à disposer de deux salles réservées aux personnes atteintes d’autisme et de difficultés sensorielles.

"Maintenant, les gens comme Nathan ont un endroit bien à eux en cas de besoin", se félicite Peter. "Si le public est particulièrement bruyant et qu’ils se sentent intimidés, ils peuvent venir ici pour s’isoler. Ce que j’apprécie particulièrement, c’est que la salle n’est pas complètement insonorisée. Les murs assourdissent les sons. S’ils veulent entendre ce qui se passe, ils ont la possibilité de le faire d’ici."

"Nous avons reçu des commentaires très positifs", confirme Waters. "Ces supporters sont très heureux de pouvoir profiter de ces salles. C’est une façon unique en son genre de profiter des matches au Stadium of Light, qui n’existait pas auparavant."

Entre ces deux inaugurations, la famille Shippey a lancé The Shippey Campaign. À travers cette initiative, ils s’adressent directement aux clubs et aux associations pour porter un message d’inclusion.

16 stades touchés par The Shippey Campaign

  • Airdrie (Excelsior Stadium)
  • Arsenal (Emirates Stadium)
  • Chelsea (Stamford Bridge)
  • Crystal Palace (Selhurst Park)
  • Everton (Goodison Park)
  • Liverpool (Anfield)
  • Middlesbrough (Riverside Stadium)
  • Newcastle United (St James’s Park)
  • Notts County (Meadow Lane)
  • Fédération qatarienne de football (Khalifa International Stadium)
  • Rangers (Ibrox)
  • Southampton (St Mary’s Stadium)
  • Sunderland (Stadium of Light)
  • Wasps [Rugby] (Ricoh Arena)
  • Watford (Vicarage Road)
  • West Bromwich Albion (The Hawthorns)

Sunderland reste sur deux relégations consécutives mais, en ce mois de février 2019, le club est toujours en mesure de proposer des équipements de qualité à ses supporters pas comme les autres, grâce à ses deux salles sensorielles.

Cinq ans après sa première expérience traumatisante au Stadium of Light, Nathan est bien présent pour assister à la victoire (4-2) des Black Cats sur Gillingham. Lorsqu’il le souhaite, il peut quitter la chambre sensorielle pour se rendre sur une plate-forme au cœur du stade.

"Sur le plan social, Nathan a réalisé de gros progrès", confie Peter. "Il est beaucoup plus confiant aujourd’hui. Je suis très fier de lui. Je pense que ses visites au stade l’aident énormément." Après chaque but, Nathan rejoint un autre jeune supporter dans la salle sensorielle pour exécuter la fameuse danse Take the L, popularisée par le jeu vidéo Fortnite. Les deux garçons fêtent les buts de leurs idoles dans le stade un jour de match, comme tout le monde. Au fond, quoi de plus normal ?

Explorer le sujet

Articles recommandés