Hors Jeu

Du talent plein les talons

Generic - Backheel
© Getty Images

"Placez votre pied d’appui à côté du ballon, faites passer votre pied de frappe au-dessus ou autour du ballon et, dans un mouvement rapide, tapez l’avant du ballon avec votre talon." Voilà ce qu’explique un tutoriel sur le site de la fédération anglaise de football pour les internautes désireux d’apprendre à maîtriser la talonnade. Un jeu d’enfant, non ? Pour vous en persuader, testez-le dans votre jardin ou votre salon.

Mais pourriez-vous réaliser le même geste en mouvement, en plein match, en plein course, en position acrobatique, voire en finale d’un des tournois les plus importants de la planète ? Certains joueurs en sont capables, dans les positions les plus incroyables et dans les moments les plus improbables. FIFA.com se penche aujourd’hui sur les talonnades qui ont marqué l’histoire du beau jeu.

Le récent but inscrit par Didier Drogba pour Galatasaray en quart de finale retour de la Ligue des champions de l’UEFA 2013 montre que ce geste génial ne se démode pas. C’est déjà sur la scène européenne qu’en 1987, Rabah Madjer inscrit l’une des talonnades les plus importantes de l’histoire. Le geste instinctif de l’Algérien offre en effet au FC Porto face au Bayern Munich la première Coupe d’Europe des Clubs Champions de son histoire. "J'étais dos au but, je ne pouvais faire qu'une talonnade pour marquer", rappelait au micro de FIFA.com celui qui sera également passeur décisif sur le but de la victoire de Juary (2:1). "Je l'ai jouée à l'instinct, je l'ai sortie comme ça. Je n'avais pas le temps pour réfléchir. Juste après la finale, j'ai refait le geste dans un match de championnat. J'ai marqué aussi…"

Si dans la partie francophone de la planète football, un tel geste est désormais appelé une "Madjer", il aurait pu s’appeler une "Del Piero" dans le vocabulaire italien. Malheureusement pour Alessandro Del Piero, qui réussit le même geste en finale européenne exactement dix ans plus tard pour la Juventus, le Borussia Dortmund avait inscrit trois buts pour s’imposer 3:1.

Récidiviste et arroseur arrosé
Avec le Bayern, Bastian Schweinsteiger, lui, a déjà connu deux défaites en finale de l’épreuve. Mais avant d’éventuellement d’en disputer une troisième en mai 2013, il peut déjà se vanter d’avoir permis au géant bavarois de devenir le plus précoce champion d’Allemagne de l’histoire, en marquant du talon le but du sacre sur la pelouse de l’Eintracht Francfort le 6 avril dernier. Récidiviste, il avait inscrit le même but face à Mönchengladbach trois ans plus tôt… mais avait aussi été spectateur de l’incroyable talonnade du Brésilien Grafite après un slalom dans la défense bavaroise lors de la démonstration de Wolfsburg (5:1) en 2009, l’année du titre des Loups.

Schweinsteiger et Grafite l’ont compris : ces coups de génie deviennent encore plus mémorables lorsqu’ils sont réalisés dans un match à enjeu. L’Argentin Leopoldo Luque, vainqueur de la Coupe du Monde de la FIFA 1978™ sur ses terres, l’avait déjà prouvé en décembre 1979 avec River Plate. Le club de Buenos aires avait besoin d’un match nul contre Huracan pour s’assurer de la deuxième place dans la Zone B et se qualifier pour la phase finale du championnat national. Les supporters présents au Monumental ce jour-là se rappellent peut-être que les Millonarios ont fait le métier avec un nul 1:1, mais ils se souviennent à coup sûr du but qui a suffi. À la réception d’une longue ouverture sur la gauche, l’attaquant international s’offre un grand pont sur le gardien et conclut du talon ! Pour la petite histoire, River se qualifiera donc pour la dernière phase du championnat, qu’il finira par remporter…

Lui aussi passé par le club de Buenos Aires, Hernan Crespo a retenu les leçons du maître, et en a même fait une spécialité. Lors de la saison 1998/99 avec Parme, l’attaquant albiceleste fait un festival, se permettant une talonnade face à la Fiorentina en finale retour de la Coupe d’Italie pour remporter le trophée, une autre en championnat sur le terrain de la Juventus pour une spectaculaire victoire 4:2 - dont un triplé pour Valdanito -, et une dernière contre Bordeaux en quart de finale aller de la Coupe UEFA… que Parme remportera avec un but de Crespo en finale.

Mais durant la même saison, l’arroseur sera à son tour arrosé lorsque la Lazio viendra s’imposer au stade Ennio Tardini. Alors que le score est de 1:1, Roberto Mancini reprend un corner de volée et du talon pour tromper un Luca Marchegiani médusé tout comme son entraîneur Alberto Malesani. "Le football est fait d’éclairs de génie comme cela, un chef d’œuvre qui a ébranlé notre confiance", reconnaîtra le technicien après la rencontre, remportée 3:1 par les Biancocelesti.

Les temps changent puisque l’ancien buteur, reconverti entraîneur de Manchester City, remplacera sur le champ Mario Balotelli après une occasion manquée lors d’un match de présaison face à Los Angeles Galaxy en 2011. La raison ? Un excès d’arrogance et une talonnade manquée…

Un autre ancien attaquant des Citizens aurait peut-être aimé rater sa tentative. Et pourtant, qui ne rêverait pas d’inscrire de cette manière le seul but du match dans l’un des derbies les plus disputés de la planète ? Denis Law a eu cette chance face à Manchester United à la fin de la saison 1973/74. Mieux, son but incroyable envoyait par la même occasion l’éternel rival en deuxième division !

Mais pendant que ses supporters exultaient, lui était au bord des larmes. En effet, avant de rejoindre City, il avait porté le maillot des Red Devils les 11 années précédentes… "J’étais inconsolable", confie aujourd’hui celui qui reste une légende à Old Trafford. "Je ne voulais pas que cela se passe comme ça. Je jouais avec ces gars, c’étaient des copains. Je ne voulais pas les faire descendre. C’est la dernière chose au monde que je voulais ! Je ne me sentais vraiment pas bien."

La bonne chose à faire
Tout le contraire de Johan Cruyff qui, lui, était sur un nuage lorsqu’il inscrivit avec le FC Barcelone face à l’Atlético de Madrid en1973 l’un des plus beaux buts de sa glorieuse carrière. Alors que le score est toujours vierge, Carles Rexach adresse un centre de la droite apparemment trop long pour le Néerlandais. Apparemment, car au prix d’une extension incroyable, il reprend le cuir du talon pour tromper le portier madrilène Miguel Reina et inscrire le premier but d’une victoire 2:1. "Cruyff est extraordinaire, à classer aux côtés de d’Alfredo di Stefano", commente alors Juan Carlos Lorenzo, entraîneur des Colchoneros. Comparaison bienvenue puisque près de 20 ans plus tôt, en 1955, la Flèche blonde avait utilisé son talon pour inscrire l’un des quatre buts de la victoire du Real Madrid contre - déjà - l’Atlético…

Don Alfredo a donc dû apprécier en 2012 l’inspiration de son successeur à la Maison Blanche Cristiano Ronaldo contre le Rayo Vallecano en février 2012, pour le but de la victoire merengue 1:0. "Le ballon est parti très fort, et comme personne ne s’y attendait, il est entré dans le but", décrit le Portugais. "Je n’ai pas réfléchi, j’ai mis un coup de talon et grâce à cela, j’ai surpris les défenseurs et le gardien. Ce but nous a permis de décrocher la victoire, donc il a une double valeur." En effet, il maintiendra le Real sur la route du titre, conquis grâce entre autres aux 45 autres buts de Ronaldo.

Le Français Thierry Henry, lui, n’en inscrira "que" 25 pour mener Arsenal vers le titre de champion lors de la saison 2004/05. Parmi eux, celui inscrit face à Charlton en octobre 2004 reste dans les mémoires de tous les supporters des Gunners. Servi par José Antonio Reyes et sans solution dos au but, Titi surprend toute la défense et trompe le portier Dean Kiely d’une subtile talonnade, puissante et précise. A l’issue d’un succès 4:0, son entraîneur Arsène Wenger explique le coup de génie de son attaquant - et de tous les joueurs cités plus haut : "Je ne pense pas que ce soit difficile de faire une talonnade. Ce qui est difficile, c’est d’analyser la bonne chose à faire au bon moment…"

Explorer le sujet

Articles recommandés