#WeLiveFootball

Ubuntu, l'éducation au cœur de la formation

© Others
  • Ubuntu utilise le football et l'éducation pour façonner les hommes du futur
  • Le centre de formation comme le club professionnel visent à enrôler encore plus d'élèves
  • La fondation espère "transformer l'Afrique du Sud" grâce à des modèles positifs

Le football n'est pas le seul élément au cœur de l'organisation caritative Ubuntu, une association caritative du Cap, en Afrique du Sud. "Notre objectif est d'être le premier programme de développement du continent, mais ce n'est pas notre but ultime", explique à FIFA.com Casey Prince, cofondateur de l'organisation. Au lieu de cela, "développer les hommes qui transformeront l'Afrique du Sud" est ce qui sous-tend chaque décision.

L'organisation a vu le jour il y a un peu plus de dix ans, avec comme point de départ la volonté de surmonter un problème que ne voulaient pas surtout pas éluder Michael Jenkins, cofondateur, et Prince. "Il y a un manque de paternité dans ce pays et si nous pouvons développer différents types d'hommes, cela changera les choses ici", explique Prince. "Nous voulons vraiment que l'Afrique du Sud soit transformée. Le football a toujours été au cœur de nos préoccupations."

À force de combat et de ténacité, Ubuntu (qui signifie "connectivité") peut maintenant scolariser 66 enfants - dont 29 pensionnaires - dans sept classes d'âge. Le centre de formation est situé dans le quartier de Fish Hoek. Si le talent footballistique est un élément fondamental pour avoir sa place, les élèves, une fois qu'ils font partie de la famille, sont assurés de recevoir une éducation complète, à condition qu'ils s'engagent à s'améliorer en classe comme sur le terrain.

"Le développement des personnes et des joueurs est un processus à long terme ", continue Prince. "Si on se précipite, on rate forcément quelque chose. Nous avons une vision de ce à quoi un jeune de 18 ans qui nous quitte devrait ressembler, penser, et de comment il devrait aborder le monde."

Sur la bonne voie

Les élèves qui ont inauguré l'établissement - Prince les appelle les Ubuntu originals - en sont aujourd'hui à l'année d'obtention du diplôme. Cela permet d'analyser les premiers résultats. Certains ont obtenu des bourses d'études aux États-Unis ; d'autres rejoignent l'Ubuntu Cape Town FC.

"Personne dans notre équipe n'a jamais vraiment fait cela auparavant", reconnaît Prince, qui a acquis le club de deuxième division en 2017. "Nous avons appris beaucoup de choses sur le tas et nous avons commis beaucoup d'erreurs. Nous avons la preuve que nous sommes sur la bonne voie, mais c'est une voie qui reste difficile."

Le centre de formation est formellement opposé à ce que les élèves signent des contrats pour intégrer la structure. Tout apprenti peut quitter la formation à n'importe quel moment. Quant aux diplômés qui signent pour le club, cela leur fournit un point de départ professionnel ainsi qu'une source potentielle de revenus pour l'ensemble du projet, qui à part ça fonctionne entièrement grâce aux dons.

Bien que Prince n'ait jamais prévu de se battre contre la relégation - il a d'abord entraîné l'équipe en personne -, les résultats valident la démarche d'Ubuntu. Les jeunes internationaux sud-africains Luke Fleurs et Jesse Donn en sont deux exemples éclatants.

© Others

Ubuntu dans la peau

"Si nous avions été impitoyables, nous nous serions séparés de Jesse quand il avait 14 ans", admet le cofondateur au sujet du milieu de terrain U-20 Donn. "Mais il est devenu un très bon joueur et, à 19 ans, il débute chaque match avec notre équipe professionnelle. Pour obtenir des résultats, il faut les soutenir sur le long terme."

Fleurs évolue quant à lui à SuperSport United, l'un des candidats réguliers au titre en Premier League sud-africaine. L'intéressé sait que tout aurait pu se passer bien différemment, car il a grandi dans une région où l'on tombe facilement dans la criminalité. "Je viens d'une communauté où il est très difficile d'éviter ces choses-là et tout le crédit revient à Ubuntu de m'avoir accueilli et de m'avoir permis de sortir de ma communauté. Sans eux, je serais à coup sûr dans le gangstérisme ou quelque chose comme ça."

Son adolescence n'a pas été facile, sa motivation pour les études se situe bien en-deçà de 100 %, mais Luke estime quand même qu'il a eu beaucoup de chance. "J'ai été surpris qu'ils me donnent autant de chances. Honnêtement, je ne peux que les remercier. Sans eux, je ne serais pas la personne que je suis aujourd'hui."

Voir les gens qu'ils deviennent, telle est la principale récompense de tous les personnes qui œuvrent à la réussite du projet. "C'est très gratifiant", dit Prince. "C'est évidemment encore plus spécial avec la première promotion. Ils ont vraiment ouvert la voie. Ce qu'ils ont réussi suscite un niveau particulier d'amour et de confiance."

Le sentiment est réciproque. Juste avant de rejoindre SuperSport, Fleurs s'est fait tatouer "Ubuntu" sur le poignet. "Ce qu'ils ont fait pour moi est incroyable, je ne peux certainement pas l'oublier ", dit-il. "Quand je marque, j'embrasse ce tatouage. J'ai dit à mes parents que ce serait le seul tatouage, je leur ai promis. Ils m'ont permis de le faire parce qu'ils savent ce qu'Ubuntu représente pour moi. Quand j'ai demandé à ma mère, elle m'a dit que pour celui-ci, il n'y avait aucun problème."

Explorer le sujet

Articles recommandés