#WeLiveFootball

Une renommée construite brique par brique

Joe Bryant Lego Boy stadium Hertha Berlin
© Others
  • Un jeune Anglais construit des stades de Bundesliga en Lego
  • Plusieurs clubs l’ont invité à visiter les originaux
  • Son pire cauchemar reste la Porte des Enfers... celle de sa chambre !

Lorsque Joe Bryant décide de se déplacer avec quelques-uns de ses plus grands stades en Lego, les principaux écueils se situent au point de départ. Ce garçon de 11 ans originaire de Cowley, près d'Ipswich, s’est spécialisé dans la construction de stades en Lego. À une exception près, il reproduit exclusivement les stades de Bundesliga allemande et, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il s’acquitte de sa tâche avec beaucoup de minutie. Il a même poussé le sens du détail jusqu’à ajouter un bouc miniature à sa reproduction de l'arène de Cologne.

Bryant a réalisé les stades de Brême, Berlin, Nuremberg, Cologne, Mayence, Augsbourg, Bochum, Fribourg, Leverkusen, Mönchengladbach et Gelsenkirchen. L’antre d’Anderlecht est le seul stade situé en dehors de l’Allemagne à avoir suscité son intérêt jusqu’à présent.

Coup de foudre pour la Bundesliga

Mais d’où vient cette passion pour les stades de Bundesliga ? "Un jour, pendant des vacances en Turquie, nous avons voulu regarder le match d’Ipswich. Malheureusement, il n’y avait que des rencontres de Bundesliga à la télévision là-bas. Mais nous avons découvert que suivre les parties avec des supporters allemands, c’était vraiment sympa", explique l’intéressé à FIFA.com. "Les stades allemands sont remarquables. Ils sont tous très différents les uns des autres et la qualité du jeu pratiqué en Allemagne est excellente."

Ses travaux ne sont pas passés inaperçus auprès des pensionnaires de Bundesliga qui, les uns après les autres, l’ont invité à venir découvrir les originaux. Certaines de ses œuvres figurent même désormais dans les musées des clubs. À Mayence, les supporters demandent régulièrement s'il est possible d’acheter le stade en Lego à la boutique du club. Toutefois, pas question pour Joe de passer à une production en série.

"Nous avons déjà fait plus d’une dizaine de voyages en Allemagne. C’est un pays génial. L’ambiance est extraordinaire et les gens font du bruit partout. En plus, j’adore les saucisses", poursuit le jeune homme, qui évolue au poste d’ailier droit au Galaxy FC, une équipe locale.

"Les clubs en Allemagne sont fabuleux. Ils sont très généreux et le traitent comme une vraie célébrité. On ne peut s’empêcher de ressentir une immense fierté en voyant son fils entrer sur le terrain avec sa maquette, sous les applaudissements du public", ajoute son père, Phil Bryant. "À la mi-temps d’un match à Brême, on a annoncé que le stade serait exposé dans le musée du club. Les gens sont devenus fous !"

Un enfer de porte !

Parfois, Joe conserve trois ou quatre stades chez lui, jusqu’à ce qu’un club décide de le récupérer. Il lui arrive également de démanteler ses créations pour récupérer les briques. Les supporters et les clubs lui envoient des photos des stades qu’ils aimeraient le voir construire. Le jeune Anglais n’utilise que des Lego, même s’il lui faut parfois passer des commandes spéciales en ligne, pour obtenir certaines pièces extrêmement rares. "Il y a toujours une partie très difficile à réaliser."

Mais avant de se rendre en Allemagne, les stades construits par Joe doivent passer une épreuve très particulière. "Il faut qu’ils franchissent la Porte des Enfers", confirme-t-il. Comprenez : la porte de sa chambre, qui est généralement trop étroite pour livrer passage aux stades. Chaque sortie se transforme donc en véritable casse-tête, souvent synonyme d’angoisse.

Joe réalise actuellement le stade du VfB Stuttgart. Le prochain projet sera choisi à l’issue d'un vote organisé sur sa chaîne YouTube. "Mes amis veulent que je me penche sur la Premier League, mais j’ai aussi des demandes pour le Camp Nou ou des stades au Pérou, au Mexique, au Brésil ou en Argentine." Mais avant d’aller voir ailleurs, Joe veut terminer tous les stades de première et deuxième divisions allemandes.

Explorer le sujet

Articles recommandés