A bien des égards, le football est un jeu d'enfant : l'équipe qui marque le plus de buts gagne. Point barre. Pourtant, chaque semaine, chaque championnat, chaque rencontre offre sa propre intrigue statistique qui fait du beau jeu ce spectacle fascinant.

C'est pour cette raison que, chaque semaine, FIFA.com passe à la loupe les chiffres qui se cachent derrière les résultats, afin de définir les grands gagnants et les gros perdants. Ce nouvel épisode de notre série en cours sera l'occasion pour nous de nous attarder sur les déboires de l'Etoile Rouge de Belgrade, d'évoquer les heures de gloire de Marco van Basten et John Fleck ou encore de louer la patience de Lyon et Hull City.


35 ans de patience, voilà qui mérite d'être relevé. Cela faisait plus d'un quart de siècle que l'Olympique Lyonnais attendait de renouer avec la victoire en Coupe de France. Quatorze équipes ont déjà réussi le doublé coupe-championnat au cours de la longue histoire du football français mais, jusqu'à la semaine dernière, l'équipe du président Aulas, qui domine la Ligue 1 de la tête et des épaules, n'y était encore jamais parvenu. Samedi dernier, un petit but de Sydney Govou aura suffi aux Gones pour s'imposer face au PSG au Stade de France. "Cela fait 35 ans que ce club attendait une victoire en Coupe de France, constatait Mathieu Bodmer à l'issue de la rencontre. Aujourd'hui, tout ça, c'est de l'histoire ancienne." Ce succès vient mettre un joli point final à la carrière de Grégory Coupet sous les couleurs lyonnaises. Déjà vainqueur de l'édition 2007 avec Sochaux, Alain Perrin soulève le prestigieux trophée pour la deuxième année consécutive. De quoi mettre un peu de baume au cœur de l'entraîneur lyonnais, sous le feu des critiques depuis quelques mois.


33 matches sans défaite. L'Etoile Rouge de Belgrade possède la plus longue série d'invincibilité de la planète, mais cela ne lui a pas suffi pour remporter le moindre titre cette saison ! L'ancien vainqueur de la Coupe d'Europe des Clubs Champions, qui n'a pas perdu un seul match de Superliga cette saison, a vu ses derniers espoirs d'être sacré champion de Serbie s'envoler, suite à la victoire du Partizan Belgrade sur Napredak (1:0). Après avoir enlevé la Coupe de Serbie le mois dernier, les Grobari ont terminé la saison en beauté en s'adjugeant le titre de champion avec une confortable avance de cinq points sur leurs grands rivaux.


31 victoires avec l'équipe des Pays-Bas. C'est le record d'après-guerre que se partagent désormais Dick Advocaat et Marco van Basten depuis le succès (3:0) remporté par les Oranje sur l'Ukraine, samedi dernier. Seul Bob Glendenning a fait mieux avec 37 victoires à la tête de la sélection néerlandaise, entre 1923 et 1940. L'ancienne star de l'AC Milan peut toutefois se targuer d'afficher un moyenne supérieure à celle de son estimé collègue du Zénith St-Pétersbourg. En effet, van Basten n'a dirigé que 45 matches avec les Pays-Bas, contre 55 à Advocaat. Dans l'ensemble, la semaine a plutôt souri aux Néerlandais. Aussi, Edwin van der Sar a-t-il détourné le tir au but décisif en finale de la Ligue des champions de l'UEFA. Impressionnant de la part du cinquième joueur le plus âgé (le deuxième gardien, derrière Dino Zoff) à avoir disputé la finale de la plus prestigieuse compétition continentale. En remportant sa deuxième couronne européenne 13 ans après son premier succès avec l'Ajax, van der Sar a également établi le plus long intervalle entre deux sacres.


16 ans et 274 jours, c'est désormais l'âge du plus jeune joueur à avoir disputé une finale de Coupe d'Ecosse. Le record a été établi samedi dernier par John Fleck, rentré en cours de jeu lors de la victoire (3:2) des Glasgow Rangers sur Queen of the South à Hampden Park. Le jeune attaquant n'est autre que le neveu de Robert Fleck, ancien buteur des Rangers dans les années 80 et sélectionné à quatre reprises en équipe d'Ecosse. Depuis ses premières apparitions sous le célèbre maillot bleu à l'âge de 15 ans seulement, John Fleck a régulièrement été comparé à Wayne Rooney. Le plus jeune buteur de la semaine a pour nom Jozy Altidore, 18 ans et 201 jours. Malheureusement, la frappe victorieuse de l'international américain n'a eu que peu d'incidence sur le cours de la partie : son équipe des New York Red Bulls, totalement à la dérive, a été étrillée 1:5, dimanche sur son terrain, par Chicago Fire.


5 ans, c'est le temps qu'il aura fallu à Hull City pour gravir tous les échelons du football professionnel anglais et se retrouver en Premier League. Cela faisait tout de même 104 ans que les Tigres attendaient d'évoluer parmi l'élite ! C'est désormais chose faite depuis samedi et la courte victoire 1:0 arrachée à Bristol City en finale des barrages pour la montée. L'histoire est d'autant plus belle que le héros du jour n'est autre que Dean Windass, 39 ans, auquel les supporters locaux vouent un véritable culte. Connu pour son franc-parler et sa simplicité, l'ancien joueur de Bradford a même un temps travaillé dans une usine d'emballage de petits pois surgelés pour gagner sa vie. Cependant, l'ascension spectaculaire de Hull n'est pas la plus rapide de l'histoire du football anglais. Swansea (1977-1981) et Wimbledon (1982-1986) ont déjà fait mieux. Désormais, les hommes de Phil Brown vont pouvoir s'atteler à un nouveau défi : tenter de survivre en Premier League. Pour l'instant, les chiffres ne plaident pas vraiment en leur faveur, puisque seuls six des 16 derniers vainqueurs des barrages ont réussi cet exploit.