Champions du monde

Revivez le sacre argentin de 1978

(FIFA.com)
Argentine's national soccer team captain Daniel Passarella holds the World Cup trophy
© AFP

La pluie de papelitos, les buts de Mario Kempes, le froid perçant de ce mois de juin à Buenos Aires, cette frappe de Rob Rensenbrink qui s'écrase contre le poteau et glace les veines des quelque 80 000 âmes massées au Monumental... La Coupe du Monde la FIFA, Argentine 1978 a laissé pléthore d'images illustrant l'inoubliable chevauchée albiceleste. La plus marquante reste sans doute celle de Daniel Alberto Passarella, le capitaine, devenant le premier footballeur argentin à brandir le trophée le plus prestigieux du football mondial.

Cliquez sur les options situées à droite pour visionner les interviews et les vidéos exclusives d'Argentine 1978 sur FIFA.com.

"Quand on te donne la coupe, tu ne ressens plus rien, c'est comme un orgasme permanent. Pardonnez-moi cet écart, mais c'est la réalité. Il faut le vivre pour arriver à l'expliquer." Ces mots, confiés par Passarella à FIFA.com, reflètent le sentiment du groupe dirigé par César Luis Menotti. Mais chaque joueur a vécu cet instant de gloire à sa façon...

Un torrent d'émotions
* Trente ans après cette inoubliable conquête, toujours présente dans la mémoire des supporters *albicelestes, **FIFA.com
vous propose de visionner les interviews exclusives de certains référents de ce groupe : Daniel Passarella, Alberto Tarantini, Daniel Bertoni, Leopoldo Luque ou encore Mario Kempes. Les années ont passé, mais ces instants extatiques ont marqué à jamais cette bande de copains, qui ont partagé avec nous les anecdotes les plus significatives d'une campagne qui les a propulsés au panthéon du football argentin.

Aujourd'hui, ces souvenirs sont à portée de clic pour tous les lecteurs de FIFA.com. Ainsi, vous pourrez voir Kempes, surnommé el Matador, évoquer ses buts les plus importants, révéler les dessous de l'affaire reliant sa moustache à sa stérilité offensive en première phase et parler des cadeaux qu'il a reçus. "Les gens m'ont envoyé beaucoup de cadeaux, ça prouve qu'ils n'ont rien oublié, nous confie l'attaquant. Une fois, on m'a même offert une réplique de la Coupe... en chocolat. Elle était immense !"

Quant à Bertoni, qui se remémore son but en finale, il commente l'importance de Menotti dans la gestion du groupe et se souvient de la cérémonie de remise des prix. Alberto Tarantini, pilier de la défense, parle des frictions d'une finale électrique où il a gagné le titre mondial et perdu une dent !

Mais ce n'est pas tout. Nous vous proposons également de revivre les retrouvailles de ces joueurs avec le trophée trois décennies après leur première rencontre. Ces instants de surprise, ces émotions et ces sensations retrouvées vous sont offerts en exclusivité. "Elle est lourde, hein ? A l'époque, j'avais pu faire le tour d'honneur en la portant parce que j'étais en pleine forme, mais il fallait quand même la passer aux autres de temps en temps, sinon c'était trop fatigant", souligne Passarella.

"Daniel ne voulait pas la lâcher. Fidèle à son style, il levait les bras au ciel et ne voulait passer la coupe à personne. Moi je ne l'ai même pas touchée", ajoute Kempes dans un éclat de rires. Tous ont vécu ces instants à leur façon, tous ont quelque chose à raconter.

Désormais, vous êtes prévenu. Nous vous invitons à revivre l'incroyable parcours des champions argentins : l'angoissante qualification pour le deuxième tour après la défaite contre l'Italie, le départ pour Rosario, le carton face au Pérou et les prolongations face aux Pays-Bas. Trente ans après, avec la même émotion et à la façon de FIFA.com. A ne pas rater !