C'est le 5 novembre 1936 à Hambourg qu'est né l'un des plus grands footballeurs allemands de tous les temps : Uwe Seeler. Le futur international allemand rejoint dès l'âge de neuf ans le HSV, qui restera à jamais son club de cœur.

Il lui faudra cependant attendre 1953 et ses 16 ans pour faire ses grands débuts au sein du club hanséatique. Aujourd'hui encore, il conserve un souvenir ému de ce premier match. "J'étais un peu en avance sur les autres, ce qui m'a permis de découvrir l'élite à 16 ans. Nous avons joué à Rothenbaum, contre Göttingen 05. Je me souviens que mon garde du corps était deux fois plus grand que moi ! Pourtant, j'ai plutôt réussi un bon match ce jour-là. J'ai même gagné quelques duels", raconte Seeler au micro de FIFA.com.

De fait, la carrière du jeune attaquant va rapidement décoller. Moins d'un an plus tard, Sepp Herberger, le sélectionneur de l'époque, le convoque en équipe nationale. A en juger par la petite lumière qui brille encore au fond de son regard, le grand Uwe se souvient manifestement de cet événement comme si c'était hier.

"Notre équipe a été victime d'une épidémie de jaunisse. Il a donc fallu appeler plusieurs joueurs en renfort. Sepp Herberger me connaissait un peu pour m'avoir suivi l'année précédente lors de la Coupe du Monde Juniors. Il avait même envisagé de m'emmener en Suisse mais, finalement, le groupe était déjà complet. Je n'ai donc pas fait partie du voyage. Le premier match après notre victoire en Coupe du Monde a eu lieu à Hanovre, contre la France. Au bout de 15 minutes, Herberger est venu me voir et m'a dit : montre-leur ce que tu sais faire et pourquoi je t'ai convoqué. Avant même que je comprenne ce qu'il voulait dire, j'étais déjà sur le terrain".

Souvenirs, souvenirs
Par la suite, Seeler revêtira le maillot de l'équipe nationale à 71 reprises. Bien entendu, certaines rencontres l'ont davantage marqué que d'autres, comme il s'en explique à FIFA.com : "Je repense souvent à mes débuts en Coupe du Monde. C'était en Suède, en 1958. A priori, j'aurais dû être remplaçant mais pendant la préparation, Herberger était venu me voir pour m'annoncer que je débuterais contre l'Argentine. Nous avons gagné le match et j'en ai profité pour inscrire mon premier but dans cette compétition. Il y a deux autres rencontres que je n'oublierai jamais : la finale de la Coupe du Monde 1966 contre l'Angleterre [défaite 2:4 a.p.] et la demi-finale de la Coupe du Monde 1970 contre l'Italie [défaite 3:4 a.p.]". De toute évidence, le meilleur buteur de l'histoire de la Bundesliga n'est pas rancunier, puisqu'il place deux défaites de la Mannschaft parmi ses références !

J'ai vécu mon plus beau Mondial en 1970. J'avais presque 35 ans à l'époque et plusieurs personnes se demandaient ce qu'un petit vieux allait donner sous un soleil mexicain. Ce qu'ils ne savaient pas, c'est que je m'étais préparé spécialement pour ce tournoi

Uwe Seeler, à propos de sa quatrième et dernière Coupe du Monde de la FIFA

Une telle attitude reflète parfaitement la personnalité de ce champion d'exception. Ce caractère optimiste, cette capacité à prendre la vie et le sport du bon côté, sont autant d'atouts qui ont contribué à sa réussite. Au total, Uwe Seeler aura donc participé à quatre Coupes du Monde de la FIFA, davantage que des joueurs du calibre de Pelé, Diego Maradona, Ronaldo ou encore Oliver Kahn.

Un tournoi a particulièrement retenu l'attention de l'ancien attaquant vedette de l'équipe d'Allemagne.

"J'ai vécu ma plus belle Coupe du Monde au Mexique, en 1970. J'avais presque 35 ans à l'époque et je sais que plusieurs personnes se demandaient ce qu'un petit vieux comme moi allait donner sous un soleil de plomb. Ce qu'ils ne savaient pas, c'est que je m'étais préparé spécialement pour ce tournoi. En plus, je me suis très bien entendu avec Gerd Müller. Ce n'est pas facile de traduire l'ambiance qui régnait à cette époque, mais c'était quelque chose d'incroyable. Il y avait une sorte de ferveur populaire. Même les joueurs qui sont devenus champions du monde en 1974 étaient d'accord pour dire que la Coupe du Monde 1970 avait été encore plus belle. Nous avons beaucoup voyagé à travers tout le pays, notamment dans des petits villages, pour distribuer des cadeaux. Les gens étaient vraiment très chaleureux. Nous avons fait de belles rencontres. Il y a même eu des moments insolites : nous avons battu l'Angleterre 3:2 après avoir été menés 0:2, ce qui nous a valu de... retarder notre repas ! En fait, notre cuisinier avait failli être étouffé par des employés de l'hôtel en délire. Il avait eu besoin d'un peu de temps pour récupérer. Mais ce n'était pas si grave. Nous souffrions davantage de la soif que de la faim, de toute façon. Il faut dire que presque tous les matches avaient lieu à midi, quand il faisait près de 55 degrés au soleil".

Je suis natif de la ville et le blason du HSV restera toujours gravé dans mon cœur. Je reste évidemment supporter de ce club

Seeler, au sujet de sa relation particulière avec le Hambourg SV

Deux ans plus tard, Uwe Seeler met fin à sa carrière à l'occasion d'un match entre le Hambourg SV et une sélection mondiale. Six ans plus tard, il fera pourtant un comeback aussi spectaculaire qu'inattendu à Cork City, en République d'Irlande !

"Cela s'est passé dans le cadre de mon travail. J'étais représentant d'adidas et on m'avait demandé de disputer un match de gala en Irlande. Ce que je ne savais pas, c'est qu'à l'époque, les clubs irlandais pouvaient aligner des joueurs à l'essai lors des matches de championnat. Voilà comment j'ai joué mon premier et mon dernier matches en Irlande. Nous avons nettement perdu mais j'ai quand même réussi à marquer deux buts. Les dirigeants voulaient me conserver, mais j'étais déjà trop vieux. C'était quand même une belle aventure", se souvient Seeler, le sourire aux lèvres.

Pour en arriver là...
Après avoir porté à plusieurs reprises le maillot de "l'équipe Uwe Seeler" dans des matches de bienfaisance, l'ancien international allemand a définitivement raccroché les crampons. "J'ai arrêté à 61 ans. Les médecins m'ont interdit le football, j'ai trop de blessures et d'opérations derrière moi. Un jour, j'avais dit à Fritz Walter qu'il fallait être fou pour continuer à jouer au football à 50 ans. J'ai été encore plus loin. Cela vous donne une idée de ma santé mentale (rires)".

Désormais, ce père de trois filles se consacre au golf ou au vélo, lorsqu'il n'est pas tout simplement en train de se promener en compagnie des chiens de ses enfants.

Il lui reste cependant une chose de sa longue vie de footballeur, un sentiment qui ne le quittera jamais : son amour inconditionnel du Hambourg SV. "Je suis natif de la ville et le blason du HSV restera toujours gravé dans mon cœur. Je reste évidemment supporter de ce club. Et je suis convaincu que nous allons terminer dans les trois premiers cette saison". L'ancien président de l'actuel leader de la Bundesliga a parlé !

Uwe Seeler
Poste : attaquant
Club : Hambourg SV

Equipe nationale : 72 sélections (43 buts)

Palmarès : Champion d'Allemagne (1960), Vainqueur de la Coupe d'Allemagne (1963), finaliste de la Coupe du Monde de la FIFA (1966), Joueur Allemand de l'Année (1960, 1964, 1970), Capitaine d'honneur de l'équipe d'Allemagne (seuls quatre joueurs ont eu droit à cet honneur : Fritz Walter, Uwe Seeler, Franz Beckenbauer et Lothar Matthäus)