S'il fallait établir une liste des personnages les plus hauts en couleur de l'histoire du football, George Best figurerait certainement en bonne place. Pour beaucoup, El Beatle, comme l'avait surnommé la presse portugaise au lendemain d'une sévère correction 5:1 infligée à Benfica sur son terrain, peut être considéré comme le premier footballeur à avoir transcendé les frontières du sport pour devenir une star populaire à part entière.

Intenable sur le terrain, Best est sans aucun doute l'un des joueurs les plus talentueux de l'histoire de Manchester United, même s'il n'a jamais eu l'occasion de s'illustrer sur la plus grande et la plus belle des scènes, la Coupe du Monde de la FIFA. Son extraordinaire talent, son physique de gamin espiègle et son charme magnétique ont vite fait de lui l'une des personnalités les plus en vue des années 60 et 70.

Spécialiste du contre-pied, Best avait surpris le monde entier en mettant un terme à sa carrière en 1974, à 27 ans, après avoir remporté deux titres de champion et une Coupe d'Europe des Clubs Champions avec les Red Devils. Déjà à cette époque, son corps avait commencé à payer un lourd tribut à son style de vie dissolu. Dans les vestiaires, ses coéquipiers et ses entraîneurs ne cachaient plus leur agacement devant ses frasques.

Pourtant, tous ceux qui ont eu la chance de le voir donner la pleine mesure de son talent vous le diront : George Best portait bien son nom. Sir Matt Busby était à la fois son mentor et son plus grand fan. "Il était capable d'utiliser n'importe quel pied... Et parfois, on avait l'impression qu'il en avait six", disait de lui l'ancien entraîneur de Manchester United.    

Auteur de 138 buts en 361 matches sous les couleurs des Red Devils, George Best conserve l'image d'un homme qui aimait les plaisirs de la vie. FIFA.com vous propose un voyage dans le temps à travers quelques-uns des bons mots de ce champion d'exception qui nous a quittés en 2005.

J'ai dépensé beaucoup d'argent pour avoir de l'alcool, des filles et des grosses voitures. Le reste, je l'ai simplement jeté par la fenêtre

George Best, une idée particulière de la gestion de l'argent...

L'homme a inspiré des milliers d'ouvrages et d'articles à ses contemporains, mais lui-même ne manquait pas d'humour et ne dédaignait pas de faire un bon mot quand l'occasion se présentait.

"J'ai dépensé beaucoup d'argent pour avoir de l'alcool, des filles et des grosses voitures. Le reste, je l'ai simplement jeté par la fenêtre."
George Best explique la gestion de son budget...

Sue Barker : "Que s'est-il passé ensuite ?"
Best : "Pourquoi vous me demandez ça à moi ? Je ne me souviens même pas de ce qui s'est passé la nuit dernière !"
George Best, invité de la célèbre émission de la BBC "A Question of Sport"

"Je me suis lancé. J'ai dribblé un joueur et puis un autre. A la fin, j'avais effacé cinq joueurs sur neuf mètres. Sur le moment, je n'aurais pas su vous dire comment j'avais fait et je n'en sais toujours rien aujourd'hui. Quand je vois ça à la télévision, ça me laisse rêveur."  
George Best revient sur le plus beau but de sa carrière, inscrit pour San Jose Earthquakes contre Fort Lauderdale Strikers.

"Son pied gauche ne lui sert à rien, il est mauvais de la tête, il ne sait pas tacler et il ne marque pas souvent. A part ça, il est pas mal."
George Best, grand fan de David Beckham...

Son pied gauche ne lui sert à rien, il est mauvais de la tête, il ne sait pas tacler et il ne marque pas souvent. A part ça, il est pas mal

George Best, à propos de son successeur à Manchester United, David Beckham

"Si j'avais été moche, vous n'auriez jamais entendu parler de Pelé."
George Best constate avec humour que la nature a affecté le déroulement de sa carrière

"Je suis né avec un don exceptionnel et, parfois, un tel cadeau s'accompagne d'une tendance à l'autodestruction. Sur le terrain, je voulais en faire plus que les autres. Quand je sortais en ville, je voulais aussi en faire plus que les autres."
George Best se laisse aller à l'introspection

"J'ai beaucoup voyagé dans ma carrière : j'ai fait Miss Canada, Miss Royaume-Uni, Miss Monde."
George Best raconte sa vie de star

"Une fois, j'ai dit que le numéro sur le maillot de Paul Gascoigne était supérieur à son QI. Il est venu me voir et m'a demandé : "C'est quoi, le QI ?"
George Best plaisante avec Paul Gascoigne...

"Pour faire tout ce qu'on me reproche, il aurait fallu être Superman. J'étais à six endroits différents à six heures différentes."
George Best répond aux accusations portées contre lui

Une fois, j'ai dit que le numéro sur le maillot de Paul Gascoigne était supérieur à son QI. Il est venu me voir et m'a demandé : "C'est quoi, le QI ?"

George Best, à propos d'un autre légende britannique, Paul Gascoigne...

"Mon grand regret, c'est de ne pas avoir joué dix ans de plus."
George Best revient sur sa retraite prématurée

"A 25 ans, j'avais le sentiment que l'équipe était sur le déclin et j'ai plongé dans l'alcool. Pendant trois ans, je suis sorti tous les soirs et le jeu est devenu ma deuxième drogue."
George Best raconte ses dernières années sous le maillot de Manchester United

Esquire magazine : "Si vous pouviez revenir en arrière, y a-t-il quelque chose que vous aimeriez changer ?"
Best : "Oui, j'ai tiré un penalty contre Chelsea en 1971 et Peter Bonetti l'a arrêté. J'aurais dû choisir l'autre côté."
George Best nous rappelle qu'il faut vivre avec ses regrets

"Mon rêve, c'était d'éviter la sortie du gardien, de m'arrêter juste avant la ligne de but, de me mettre à quatre pattes et de pousser le ballon de la tête dans le but. J'ai failli le faire contre Benfica en finale de la Coupe d'Europe 1968. J'avais dribblé le gardien mais, au dernier moment, je me suis dégonflé. J'ai eu peur que le coach fasse une crise cardiaque !"
George Best, à propos du but de ses rêves...

"Pendant des années, j'en ai vu défiler, des "nouveaux George Best". C'est la première fois que je prends ça pour un compliment."
George Best rend hommage à Cristiano Ronaldo