Hors jeu

Les plus petits des grands gardiens

(FIFA.com)
Jorge Campos goalkeeper of Mexico signals to his defenders during the 1994 World Cup match against Italy
© Getty Images

Beaucoup de gens s'imaginent que la taille est le premier atout d'un gardien de but. En effet, il n'est pas rare de voir de jeunes aspirants à ce poste très particulier manquer une belle carrière pour quelques centimètres. Heureusement, l'histoire nous enseigne que ce métier n'est pas seulement une affaire de gabarit. La Coupe du Monde de la FIFA™ s'est souvent offerte à des portiers très atypiques. FIFA.coma dressé la liste de gardiens immenses sur leur ligne, sans l'être forcément sous la toise. 

Avec 130 sélections à son actif, Jorge Campos est le quatrième joueur le plus capé de l'histoire du Mexique. L'ancien gardien des Pumas a notamment remporté deux Gold Cups de la CONCACAF. Lors de la première, il n'a concédé que deux buts. Lors de la seconde, il est resté invaincu de la première à la dernière minute. Enfin, Campos compte également la Coupe des Confédérations de la FIFA 1999 à son tableau de chasse. 

Personne n'a oublié les tenues aux couleurs chamarrées du dernier rempart mexicain pendant les éditions 1994 et 1998 du grand rendez-vous mondial. Le portier d'1m73 mètre a débuté sa carrière en attaque, marquant 14 buts au cours de sa première saison. Reconverti au poste de gardien de but, Campos a mené les Pumas au titre de champion du Mexique en 1990/91. Tout au long de sa carrière, il lui est ainsi arrivé de monter d'un cran sur le terrain au gré des substitutions, voire de semer la panique balle au pied dans les défenses - la sienne y compris - sans ôter ses gants !

Les gardiens doivent parfois leur célébrité à des buts qui ne sont pas rentrés. C'est précisément le cas deLadislao Mazurkiewicz. Ce gardien uruguayen d'origine polonaise a connu son heure de gloire en disputant les demi-finales de la Coupe du Monde de la FIFA, Mexique 1970™ face au Brésil. Sur une action habilement initiée par Tostao, Pelé s'est élancé dans le dos de la défense de la *Celeste, *à la rencontre de Mazurkiewicz. Habitué à ce type de situation, *O Rei *a habilement effacé son adversaire avant de manquer le but vide de quelques centimètres...

Petite taille, immense talent
Par une curieuse ironie du sort, cette simple anecdote a marqué à jamais la carrière de cet athlète d'1m77. Elle ne saurait pourtant faire oublier l'immense talent de ce gardien entré dans la légende de Peñarol. En deux passages au club, Mazurkiewicz a remporté cinq titres, dont deux consécutifs. La douzième place qu'il occupe au classement des meilleurs gardiens du XXème siècle établi par l'International Federation of Football History and Statistics (IFFHS) vaut  tous les discours.  

Souvent considéré comme le troisième meilleur portier italien de tous les temps derrière Dino Zoff et Walter Zenga, Giampiero Combi a su faire mentir ceux qui voyaient dans sa taille relativement modeste (1m72) un handicap insurmontable. Sous son impulsion, la *Squadra Azzurra *a remporté son premier titre mondial, en 1934. Excellent du début à la fin du tournoi, Combi a fièrement porté le brassard de capitaine devant ses supporters. Six ans auparavant, il avait conduit son équipe sur la troisième marche du podium du Tournoi Olympique de Football. Son bilan en club est tout aussi flatteur : non content de détenir le record d'invincibilité en Serie A avec 934 minutes, l'ancien international a remporté cinq *Scudetti *avec la Juventus, dont quatre d'affilée entre 1930 et 1934.

Le plus petit de ces grands gardiens est assurément l'un des plus talentueux. Frantisek Planicka a sans doute atteint le sommet de son art sous les couleurs de la Tchécoslovaquie, en 1934. Au cours de l'épreuve suprême, sa route a notamment croisé celle de Combi. La deuxième édition de la Coupe du Monde de la FIFA™ restera à jamais marquée du sceau du gardien tchécoslovaque. Malgré son mètre 72, Planicka a ainsi multiplié les interventions décisives, avant de s'incliner en finale contre l'Italie (1:2). "Nous avions perdu mais nous avons été accueillis en héros à notre retour", racontait le dernier rempart tchécoslovaque. "Nous étions revenus en train et, à chaque station, des milliers de supporters venaient nous applaudir."  

Quatre ans plus tard, Planicka a eu l'occasion de démontrer l'étendue de son courage à l'occasion d'un fameux quart de finale contre le Brésil. Le gardien tchécoslovaque a ainsi participé à la "bataille de Bordeaux" jusqu'au terme de la prolongation (1:1) avec un bras cassé ! Le natif de Prague s'était déjà taillé la réputation d'un solide gaillard quelques années plus tôt. Touché à la tête par un jet de projectile en provenance des tribunes, il avait refusé de quitter ses coéquipiers, disputant ainsi l'intégralité de la demi-finale de la Mitropa Cup 1932 avec le Slavia Prague.  

Grosics ouvre la voie
Légendaire gardien de l'équipe de Hongrie dans les années 50, Gyula Grosics aurait pu se contenter d'admirer les exploits des Fenec Puskas, Sandor Kocsis et autres Jozsef Bozsik sans chercher à tirer la couverture à lui. Ce serait oublier un peu vite que ce portier d'1m77 n'était pas surnommé "la Panthère noire" pour rien. Grosics a largement contribué à la longue série magyare de 33 matches d'invincibilité, étalée sur quatre ans. Très à l'aise balle au pied, il était également le premier relanceur de son équipe, de quoi faire de lui le précurseur des gardiens de but modernes.

Pour beaucoup d'amateurs argentins, Ubaldo Fillol reste à ce jour le gardien le plus talentueux de l'histoire du football national. Titulaire indiscutable en sélection pendant plus de dix ans, ce portier au style unique a écumé les pelouses argentines et espagnoles tout au long de sa carrière. Du haut de son mètre 81, Fillol disputé trois éditions de l'épreuve suprême. Sacré champion du monde en 1978, l'ex-star de River Plate s'est illustrée en gardant sa cage inviolée tout au long du second tour. Son intervention décisive sur un penalty polonais est encore dans toutes les mémoires.   

Propulsé sur le devant de la scène à Quilmes alors qu'il n'avait que 19 ans, Fillol s'est fait un nom à l'occasion d'un passage de deux ans au Racing Club, en arrêtant notamment six penalties en une saison. Par la suite, il a disputé plus de 350 matches en 11 années passées chez les *Millionarios. *En tout, il a remporté sept titres avec River Plate, dont trois couronnes de champion d'Argentine. Son passage au club coïncide avec la fin d'une longue période de disette de 18 ans pour l'équipe de Buenos Aires.  

Impossible de conclure cette chronique sans évoquer le cas de René Higuita, le plus excentrique de tous les gardiens. En dépit de ses modestes 175 centimètres, *El Loco *a toujours su se faire respecter dans sa surface de réparation. Les images de son célèbre "coup du scorpion", une sorte de double talonnade acrobatique, ont fait le tour du monde. Sélectionné à 68 reprises en équipe de Colombie, Higuita a inscrit huit buts, le plus souvent sur des coup franc. Sous son impulsion, les *Cafeteros *ont atteint les huitièmes de finale de la Coupe du Monde de la FIFA, Italie 1990™. Toutefois, Higuita fut aussi le héros malheureux de cette rencontre face au Cameroun. En effet, Roger Milla a inscrit le but de la victoire des *Lions Indomptables *sur une de ses montées ratées.

Votre opinion !
Vous connaissez d'autres grands gardiens de petite taille ? Partagez vos connaissances avec les autres utilisateurs de FIFA.com!

Articles recommandés

Coupe du Monde de la FIFA™

Le sacre et la gloire de l’Italie

29 avr. 2010

Coupe du Monde de la FIFA™

Le miracle de Berne

15 avr. 2010

Coupe du Monde de la FIFA™

Une Argentine émergente s’impose à la maison

05 mai 2007

Live

Gardiens de demain

08 juil. 2011

Live

Gardiens de talent

07 juil. 2011