A l'ombre imposante des 3 300 mètres de l'Etna, le volcan le plus haut et le plus actif d'Europe, le derby de Sicile entre Catane (300 000 habitants) et Palerme (700 000) a toujours senti la poudre. Bien au-delà du seul résultat sportif, ce derby est avant tout l'exutoire de la rivalité exacerbée entre deux villes distantes d'un peu plus de 200 km.

L'équipe qui remporte le derby sur l'ensemble des deux manches se sent investie d'une sorte de primauté sur la Sicile, du moins l'espace d'une saison. FIFA.com vous invite à la découverte de ce derby de feu, à l'image du caractère et des traditions des Siciliens.

Les origines
Ce derby est longtemps resté méconnu dans la mesure où les deux équipes ne se sont retrouvées pour la première fois ensemble en Serie A que lors de la saison 1961/62 et que l'on ne dénombre que 14 éditions dans l'élite du football italien.

La première confrontation entre l'Unione Sportiva Catanese et le Palermo Foot Ball and Cricket Club remonte pourtant aux années 1910, à l'occasion de la Coupe Lipton. Ce tournoi sponsorisé regroupait les clubs du Sud de la Botte à une époque où il n’y avait pas de championnat officiel en Italie. En fait, le derby a connu ses beaux jours lorsque les deux équipes évoluaient en Serie B ou C ou encore en Coupe d'Italie sans cependant connaître l'intensité, malheureusement parfois dramatique, des chocs en Serie A. 

Il existe aussi une rivalité bien moindre avec Messine, la troisième ville sicilienne, qui a passé seulement cinq saisons en Serie A dans son histoire.

Quelques chiffres
Officiellement, la première édition du derby a eu lieu à Palerme en Serie B le 1er novembre 1936 (1:1), même si les deux formations s'étaient affrontées en Coupe d'Italie à Catane (1:0) le 26 décembre 1935. Au total les deux formations se sont rencontrées à 80 reprises avec un bilan légèrement favorable aux Palermitains avec 24 victoires pour 37 nuls et 19 défaites.

Quand les Rosaneri et les Rossazzurri se sont retrouvés en Serie A de 1961 à 1963 puis depuis 2006 cette caisse de résonnance a eu pour conséquence de faire monter la pression. Le bilan provisoire de ce derby dans l'élite, qui compte seulement 14 confrontations, est dans ce cas légèrement favorable à Catane avec 5 victoires, 5 nuls et 4 défaites (22 buts pour, 14 contre).

C'est encore Catane qui a réussi le plus grand écart en allant s'imposer 4:0 à Palerme le 1er mars 2009 alors que Palerme détient la palme du derby le plus prolifique (5:3) le 20 septembre 2009.

Anecdotes et petites phrases
Pour bien comprendre la pression qui existe autour de ce match, une banderole installée à l'entrée du centre d'entraînement de Palerme rappelle qu'une victoire dans le derby est aussi importante qu'un scudetto, un titre que les deux clubs siciliens n'ont pourtant encore jamais remporté. "Ils n'exagèrent pas. C'est le sentiment réel de notre public. Nous savons à quel point ils tiennent au derby et il est clair que nous devons tout faire pour leur offrir cette joie", insiste le capitaine Fabrizio Miccoli, le Maradona de Palerme. 

Au fil des années la passion n'a eu de cesse de monter entre les tifosi des deux clubs. Profitant de la médiatisation et de l'écho offerts par les retransmissions télévisées, les supporteurs palermitains ont ainsi affiché en septembre 2009 dans les travées du stade une immense banderole portant une inscription sans ambiguïté destinée à leurs homologues de Catane : "Je te hais dans toutes les langues du monde". Deux ans plus tôt, lors d'une victoire de Palerme à Catane (2:1), l'animosité existante entre les deux clubs avait même débouché sur des scènes de violence.

Ce derby a heureusement donné lieu également à des anecdotes moins dramatiques. Ainsi le 6 septembre 1959, lors d'une rencontre de coupe que Palerme dominait dans la prolongation (1:0) Gli Elefanti catanais (Les "Éléphants"), estimant à deux minutes de la fin que la nuit était tombée et l'éclairage insuffisant, décidaient tout simplement de rejoindre les vestiaires. Résultat, match perdu sur tapis vert.

Le 4 mars 2001, en arrivant dans les vestiaires du stade de Catane, les joueurs de Palerme eurent la surprise de constater que leur jeu de maillots avait été volé. Ils durent se résoudre à évoluer avec leurs maillots d'entrainement sur lesquels des bandes adhésives avaient été collées pour représenter les numéros.

Enfin, sur un plan strictement sportif,  le 14 novembre 2010, l’Argentin Javier Pastore redonnait le sourire aux tifosi de Palerme en réussissant un triplé au Renzo Barbera (3:1) où les joueurs de l'Etna faisaient la loi depuis deux saisons.

Aujourd'hui

Cette saison les deux rivaux réalisent un bon parcours, Palerme pointant à la 6ème place avec 20 points tout juste devant Catane, 11ème avec 18 points. La performance de Palerme est d'autant plus méritoire que Pastore et Salvatore Sirigu sont partis en France, au Paris Saint-Germain. Mais le capitaine Miccoli, meilleur buteur de l'histoire du club (58 buts) est toujours là pour porter le flambeau. Catane de son côté s'appuie sur une forte colonie argentine (13 joueurs) et des éléments expérimentés comme Nicola Legrottaglie (35 ans).

Le derby de cette année, malgré l'importance de l'enjeu sportif, s'annonce plus paisible dans la mesure où les deux clubs ont décidé de verser l'intégralité de la recette aux familles de la région de Messine, qui se retrouvent sans toit après les récentes inondations. "La Sicile du football est unie pour aider la Sicile en difficulté", soulignent les deux clubs pour une fois solidaires.