Depuis plus de 80 ans, la question se pose une ou deux fois par an outre-Rhin : quel est le meilleur club du nord de l'Allemagne ? La région compte en effet deux équipes riches d'une longue tradition et qui figurent parmi les plus titrées de Bundesliga : le Hambourg SV et le Werder Brême.

La rivalité entre les deux est logique et inévitable. Ce sont les clubs phares des deux plus grandes villes hanséatiques. En outre, leurs zones de rayonnement se rejoignent et se recoupent, Hambourg et Brême n'étant distants que d'une centaine de kilomètres.

Les origines
C'est le 13 mars 1927 que le club en vert et blanc et son rival en bleu, blanc et noir s'affrontent pour la première fois, dans le cadre du championnat du nord de l'Allemagne. Le Hambourg SV s'impose 4:1 devant 7 000 spectateurs. Cette confrontation marque le début de la plus longue série d'invincibilité du HSV à ce jour : celui-ci reste invaincu douze rencontres de suite, dont neuf victoires. Brême ne remporte son premier succès en match de compétition contre Hambourg qu'en novembre 1952 (4:3).

Jusqu'à la fondation de la Bundesliga en 1963, les deux clubs s'imposent comme les deux places fortes du nord de l'Allemagne. Pendant des décennies, ils se disputent la suprématie régionale. Pourtant, à une exception près, c'est toujours le HSV qui remporte le championnat du nord. "Nous avons battu le HSV plusieurs fois, mais à chaque fois, nous avons ensuite perdu des points contre des clubs de toutes petites villes", regrette aujourd'hui encore la légende du Werder, Arnold Schütz.

Quelques chiffres

En tout, le Hambourg SV et le Werder Brême se sont affrontés près de 150 fois, record à battre en Bundesliga, ce qui confère au duel un caractère particulier, au-delà de la rivalité locale. Le HSV évolue au sein du championnat d'Allemagne depuis sa création. Le Werder a quant à lui accédé à l'élite du football allemand une saison plus tard.

Le bilan des confrontations entre les deux formations est plutôt équilibré. Hambourg affiche 48 victoires au compteur, contre 50 pour Brême et 41 matches nuls. Les deux clubs se sont défiés en Bundesliga 93 fois, en Oberliga 32 fois, en Coupe d'Allemagne à 11 reprises, en Coupe de l'UEFA et en Coupe de la Ligue à une occasion.

Ces rencontres sont généralement riches en buts. Seule la 39ème édition du derby s'est achevée sur un score vierge, en 1964. Cinq ans plus tôt, le Hambourg SV avait triomphé 9:1, signant la victoire la plus large entre les deux équipes. Ce fut également le duel le plus prolifique de l'histoire du derby, avec dix buts inscrits.

Depuis des années, le HSV et le Werder Brême se trouvent à divers égards sur un pied d'égalité en Bundesliga. En 48 ans, l'un a gagné 2 471 points et l'autre 2 465, preuve que les deux formations se ressemblent plus qu'elles ne diffèrent.

Anecdotes et petites phrases
Si ces dernières années, le Werder a terminé en tête du classement plus souvent que son concurrent, en 1983, la lutte au coude-à-coude pour la couronne nationale a connu une issue favorable à l'équipe en bleu, blanc et noir. Cette année-là, Hambourg a conservé son titre au terme d'une bataille épique avec le Werder Brême, au terme de laquelle les deux clubs ont dû être départagés à la différence de buts : huit réalisations de plus ont fait pencher la balance en faveur du géant de l'Elbe.

Schütz, qui fut notamment l'adversaire de l'icône du HSV Uwe Seeler, se souvient avec émotion des duels entre les deux clubs rivaux : "Quand le HSV venait au Weser Stadion, 30 000 spectateurs assistaient à la rencontre. Il n'y avait plus de place pour une souris dans les tribunes".

La rivalité entre les deux équipes a atteint son point culminant en 2009, où elles se sont mesurées quatre fois en l'espace de 19 jours, du 22 avril au 10 mai, un record. Les joueurs en vert et blanc ont remporté ces quatre duels, que ce soit en demi-finale de la Coupe d'Allemagne (4:2 à Hambourg) et de la Coupe de l'UEFA (0:1 à Brême et 3:2 à Hambourg) ou en Bundesliga (2:0 à Brême).

Cette série de quatre rencontres a laissé un goût amer au HSV, en particulier une scène du match retour de la demi-finale de la Coupe de l'UEFA, durant laquelle une boulette de papier a joué un mauvais tour à un joueur et conduit au but décisif pour le Werder Brême. A la 82ème minute, le Danois Michael Gravgaard s'apprêtait à dégager en touche un ballon sans grand danger, mais l'amas de gobelets en papier lancé sur le terrain par des supporters l'a dévié en corner. Sur ce corner, le Werder prenait le large (3:1) et validait son billet pour la finale de la Coupe de l'UEFA. "Une malchance pareille, ce n'est pas possible. J'étais complètement concentré sur le ballon et tout à coup, il est parti n'importe où", expliqua le défenseur dépité.

La chaîne de télévision qui retransmettait le match a remis plus tard la boulette de papier, devenue légendaire, au directeur sportif du Werder. "Je la prends. La boulette ira au musée du Werder Brême, où elle se verra attribuer une place spéciale", a répondu Klaus Allofs.

Le 1er mai 2004 représente un autre souvenir douloureux pour le Hambourg SV, qui a subi ce jour-là au Weser Stadion sa défaite la plus importante face à Brême (0:6). Quelques semaines plus tard, l'équipe en vert et blanc remportait le championnat d'Allemagne. Depuis, le Werder Brême n'a perdu que trois de ses 19 duels avec le HSV et s'est imposé à neuf reprises.

La saison 2005/06 s'est également avérée être un bon cru pour les hommes de Thomas Schaaf. Lors de la dernière journée de Bundesliga, c'est précisément le derby du nord de l'Allemagne qui a départagé les deux clubs quant à une qualification directe pour la Ligue des champions de l'UEFA. Le Werder Brême a vaincu son rival et décroché par la même occasion son billet pour la plus prestigieuse des compétitions européennes, tandis que le HSV a finalement dû se contenter de la Coupe de l'UEFA.

Aujourd'hui
Si le dernier titre de champion d'Allemagne remonte à 7 ans pour le Werder et à 19 ans pour le HSV, le derby qui les oppose n'en reste pas moins l'un des duels phares du nord du pays et une affiche spectaculaire entre deux clubs riches d'une longue et prestigieuse histoire. Et ce n'est pas près de changer, même s'ils ne décrochent pas leur prochaine couronne nationale de sitôt.