D'ici la fin de la phase de groupes de la Ligue des champions de l'UEFA 2013/14, le FC Barcelone et l'AC Milan auront croisé le fer huit fois en un peu plus de deux ans. Mais entre la première et la deuxième confrontation entre les deux clubs sur la scène européenne, plus de trois décennies s'étaient écoulées.

Depuis, les deux géants du Vieux Continent se sont affrontés de multiples fois. FIFA.com a compilé les meilleurs épisodes de ce classique du football européen.

FC Barcelone 5:1 AC Milan
Premier tour de la Coupe d'Europe des Clubs Champions
25 novembre 1959
Trois semaines plus tôt à Milan, les deux clubs s'étaient rencontrés pour la première fois de leur histoire en compétition officielle. À cette occasion, des buts de Martin Verges et Luis Suarez avaient permis aux Catalans de l'emporter. Au retour, les Blaugrana vont largement confirmer leur supériorité. Un doublé de Ladislao Kubala et une réalisation du capitaine Juan Segarra leur permettent de mener rapidement 3:0. Peu avant la pause, Paulo Ferrario réduit le score après avoir contourné le gardien Antonio Ramallets. Après le retour des vestiaires, l'attaquant Zoltan Czibor, qui fait partie de la grande équipe de Hongrie des années 1950, alourdit l'addition en faveur du Barça, avant que Kubala n'inscrive son troisième but personnel ce jour-là pour porter le score définitif sur les deux matches à 7:1 pour les Espagnols. Ces derniers seront éliminés de la compétition en demi-finale par leurs compatriotes du Real Madrid, futur vainqueur de l'épreuve.

AC Milan 4:0 FC Barcelone
Finale de la Ligue des champions de l'UEFA

18 mai 1994

Milan devra attendre 35 ans avant de pouvoir prendre sa revanche. Les Rossoneri y parviendront dans une finale où ils livreront une prestation qui reste parmi les meilleures de l'histoire en finale d'une compétition européenne. À l'époque, l'AC Milan de Fabio Capello et le Barcelone de Johan Cruyff dominent le football de leur pays, où ils viennent de décrocher leur troisième et quatrième titre national consécutif respectivement. Au coup d'envoi, Barcelone a la faveur des pronostics, principalement en raison des absences dans le camp adverse de Franco Baresi et Alessandro Costacurta, tous deux suspendus. Pour ne rien arranger côté italien, Marco van Basten souffre toujours d'un problème récurrent à la cheville.

À Athènes contre la Dream Team de Cruyff, Daniele Massaro ouvre le score du plat du pied au deuxième poteau, avant de doubler la marque à la demi-heure de jeu. Romario, Hristo Stoichkov, Ronald Koeman et Pep Guardiola sont impuissants à endiguer les assauts milanais, qui sont récompensés pour la troisième fois après la pause, sur un lob audacieux de Dejan Savicevic. Peu de temps après, le Monténégrin trouve le poteau. Marcel Desailly vient clore les débats en marquant le quatrième et dernier but en faveur d'une équipe de Milan qui vient de réaliser l'un des plus beaux matches de son histoire.

AC Milan 3:3 FC Barcelone
Phase de groupes de la Ligue des champions de l'UEFA

18 octobre 2000

Après s'être imposé au Camp Nou trois semaines plus tôt, l'AC Milan est en tête du Groupe G, à égalité avec Leeds United, tandis que le Barça devance Besiktas à la différence de buts. Les Catalans sont donc obligés de l'emporter à San Siro pour revenir dans la course à la qualification. Rivaldo les met sur le bon chemin d'un superbe coup franc qui passe sous le mur et termine au fond des filets, à la 28ème minute. L'international italien Demetrio Albertini égalise d'une frappe magnifique de 30 mètres, avant de donner l'avantage à son équipe sur un superbe coup franc.

Dans cette soirée de coups de pied arrêtés, Rivaldo rend une nouvelle copie parfaite en plaçant un ballon sous la barre, battant le gardien Christian Abbiati. Deux minutes plus tard, Jose Mari redonne l'avantage aux locaux. À 20 minutes du coup de sifflet final, Rivaldo inscrit le but du triplé et fait ainsi renaître l'espoir dans le camp barcelonais. Mais les visiteurs n'arriveront pas à empocher les trois points. Au match suivant, le Barça concède le nul face à Leeds, ce qui met fin à son aventure dans l'épreuve suprême des clubs en Europe.

FC Barcelone 2:1 AC Milan
Phase de groupes de la Ligue des champions de l'UEFA

2 novembre 2004

55 ans après leur dernier succès sur l'AC Milan et avec un bilan de quatre défaites et deux nuls depuis contre la formation rossonera, les Barcelonais vont renouer avec la victoire, non sans avoir d'abord été menés au score. Andriy Shevchenko résiste à lapression d'Oleguer pour ouvrir le score en faveur des Italiens en milieu de première période. Mais juste avant la pause, Xavi lance parfaitement Samuel Eto'o, qui place une frappe puissante sous la barre. Le gardien Dida ne peut rien faire.

En toute fin d'une deuxième période somptueuse, Ronaldinho donne le tournis à Alessandro Nesta et Gennaro Gattuso et déclenche un tir du gauche qui termine sa course dans la lucarne milanaise. On joue la 89ème minute. Le Camp Nou exulte mais en définitive, Milan réussira à sortir du groupe et à atteindre la finale, au cours de laquelle il mènera de trois buts face à Liverpool, avant de laisser échapper le trophée de manière inouïe.

AC Milan 2:3 FC Barcelone
Phase de groupes de la Ligue des champions de l'UEFA

23 novembre 2011

Les deux équipes se rencontreront à quatre reprises dans l'édition 2011/12. Les Milanais abordent ce deuxième épisode après avoir pris un point en Espagne. Une victoire à domicile les mettrait en position idéale pour remporter le groupe. Mais les choses se compliquent pour les locaux lorsqu'un ancien milieu de terrain blaugrana, Mark van Bommel, propulse un centre de Seydou Keita dans ses propres filets. C'est également un autre ancien du Barça, Zlatan Ibrahimovic, qui égalise pour Milan.

Mais les choses vont se compliquer pour les Italiens. Alberto Aquilani déséquilibre Xavi dans la surface et reçoit son deuxième avertissement. Lionel Messi convertit le penalty qui s'ensuit. Réduits à dix, les Rossoneri trouvent les ressources pour égaliser. Un contrôle exceptionnel de Kevin Prince-Boateng trompe Éric Abidal et met le Ghanéen en position idéale pour marquer, ce qu'il s'empresse de faire. Mais neuf minutes plus tard, Xavi est à la réception d'un ballon en profondeur de Messi et ne tremble pas au moment d'offrir un avantage définitif aux visiteurs.