Cela pourrait être le derby des capitales, celle de l'industrie contre celle de l'Italie. Mais le match Juventus - AS Rome n'a pas besoin de qualificatif. L'affiche se suffit à elle-même. La Juve est peut- être la Fiancée de l'Italie, mais elle est surtout le fleuron d'une des deux capitales industrielles du nord, avec Milan, où sont venus échouer des milliers de travailleurs venus du fond de la botte. La Roma, pour sa part, est le plus titré des clubs du sud, le porte-drapeau de la Ville éternelle, la Lazio étant plus celui de la région. 

Même si les palmarès ne sont pas comparables, une bonne partie de l'histoire du football italien a été écrite à l'occasion du choc entre ces deux formations. La rivalité est d'autant plus exacerbée que ces deux équipes dominent outrageusement la Serie A depuis deux saisons.

Quelques chiffres
Au niveau du palmarès, la Juventus survole son sujet avec notamment 28 titres de champion, 2 Ligues des champions de l’UEFA, 5 Coupes Intercontinentales. La Roma, pour sa part, doit se contenter de trois scudetti, neuf coupes d'Italie, une Coupe des Villes de Foire, ancêtre de l'UEFA Europa League, et deux finales européennes perdues, dont une en Ligue des champions. 

Dans les confrontations directes, la ligne est également en faveur de la Juventus qui, en 173 rencontres, a remporté 83 victoires pour 48 nuls et 42 défaites depuis la première rencontre en 1913. La différence est encore plus marquante si l'on prend uniquement en compte les matches à domicile des Bianconeri, qui totalisent 54 victoires pour 21 nuls et seulement 11 défaites en 86 rencontres. Le résultat le plus classique de cette rencontre est de 2:0, un score enregistré à 10 reprises.

Un peu d'histoire
Le Sport Club Juventus a été fondé le 1er novembre 1897 par un groupe d'étudiants et, après cinq changements de nom, a pris son appellation définitive de Juventus Football Club au début de la saison 1945/46 alors que l'enceinte où elle évoluait, le Stade Benito Mussolini devenait le "Stade Communal". En fait le club, le troisième plus ancien d'Italie, a pris son essor à partir après son rachat le 24 juillet 1923 par Edoardo Agnelli, un industriel piémontais passionné de football et héritier de l'empire FIAT. Depuis, la Vieille Dame a toujours été dirigée par des chefs d'entreprises du nord tout en étant très appréciée dans l'ensemble des couches populaires, à l'image des ouvriers des usines FIAT. Certains historiens voient même dans la trajectoire de la Juventus un des symboles de l'italianité. 

L'AS Rome est arrivée plus tard dans l'élite du football italien. En fait, elle est issue d'une série de fusion entre nombreuses équipes de la capitale - huit équipes romaines en première division régionale en 1922 -, ce qui empêchait de voir éclore une grande formation. Le club a été officiellement fondé le 7 juin 1927, au numéro 16 de la via Forli, avec la fusion des trois principales formations de la capitale : l'Alba, la Fortitudo et Roman. 

La première rencontre entre les deux équipes en championnat d'Italie eu lieu le 29 janvier 1928 au Campo di Corso Marsiglia. Ce jour là, la Juve, plus aguerrie, s'est imposée sans problème (3:0) avec un doublé de Giuseppe Galluzzi et un but de Federico Munerati.

Leurs affrontements ont souvent donné lieu à de virulentes polémiques, à l'image du match du 10 mai 1981, là aussi décisif dans l'attribution du scudetto, où l'annulation d'un but de la Roma pour un hors-jeu, unanimement jugé imaginaire, a permis à la Juventus (0:0) de remporter son 19ème titre. 

Les grands joueurs
Si Agostino Di Bartolomei, Falcao, Pietro Vierchowod, Roberto Pruzzo, Bruno Conti puis Gabriel Batistuta, Vincenzo Montella et Marco Delvecchio ont porté haut les couleurs de la Roma, c'est un Romain pur jus, Francesco Totti, 38 ans, qui fait toute sa carrière avec la Louve, qui est indiscutablement le joueur le plus emblématique de l'histoire des Giallorossi. A l'image de Paolo Maldini à l'AC Milan.

Luis Monti, Omar Sivori, Giampiero Boniperti, Gaetano Scirea, Dino Zoff, Paolo Rossi, Michel Platini, Roberto Baggio, Zbigniew Boniek, Zinédine Zidane, Pavel Nedved et Alessandro del Piero sont quelques-unes des nombreuses stars qui ont défendu les couleurs de la Vieille Dame. Gianluigi Buffon, devenu capitaine à 34 ans, est aujourd'hui le symbole du club avec un autre vétéran, Andrea Pirlo.

Aujourd'hui
Après trois saisons euphoriques sous la direction d'Antonio Conte, qui a pris en main cette saison la sélection, la Juventus entend se recentrer un peu plus vers l'Europe pour redorer son blason international sans abandonner pour autant les joutes domestiques. Massimiliano Allegri poursuit dans la même ligne avec une équipe expérimentée s'appuyant sur un milieu de terrain exceptionnel Pirlo - Pogba - Vidal. Mais comme elle l'a démontré à Madrid contre l'Atlético, où elle a subi sa première défaite de la saison (1:0), elle semble perdre une partie de ses moyens au niveau du dernier geste quand le niveau de la rencontre est élevé. 

Pas de complexe en revanche du côté de la Roma, où Rudi Garcia a mis en place un football plus vertical, rapide, direct, avec deux créateurs comme Totti et Miralem Pjanic et la flêche ivoirienne Gervinho. 

Les deux équipes ont remporté leurs cinq premiers matches de Serie A et font une nouvelle fois la course en tête, la Juve n'ayant pas encaissé de but (10:0) et la Roma un seul (9:1). Forts de l'expérience de la saison dernière où ils ont encaissé trois buts en contre après avoir dominé, les Romains font preuve cette année d'une grande méfiance, d'autant plus que leurs trois dernières sorties au Juventus Stadium se sont soldées par trois défaites (3:0, 4:1, 4:0).