Comme chaque semaine, FIFA.com a retenu pour vous les déclarations les plus marquantes entendues ces derniers jours aux quatre coins de la planète football. 

Sur FIFA.com
"Si l’on n’est pas au maximum de notre potentiel, alors on peut perdre contre tout le monde, depuis le Portugal jusqu’à Andorre. Pour moi, le plus important, c’est la performance, car si l’on joue au maximum de nos possibilités, alors on peut poser des problèmes à tout le monde" - Lars Olsen, sélectionneur des Îles Féroé

"D’ici à quelque temps, elle sera la meilleure joueuse du monde, cela ne fait aucun doute. Pour moi, après Marta ou Carli Lloyd, il y aura Deyna" - Juan Arango, milieu de terrain du Vénézuela, à propos de Deyna Castellanos

"Il n'existe pas de plus grande récompense pour un joueur que d'être reconnu par ses pairs. Eux seuls savent ce qu'implique le dépassement de soi jour après jour pour atteindre le plus haut niveau. Un trophée de cette nature revêt d'autant plus de valeur" - Marco van Basten, ancien attaquant des Pays-Bas, à propos de The Best FIFA Football Awards

En France
"Il dégageait quelque chose, il a une aura que je n'avais jamais vue. En fait, tu te chies un peu dessus. C'est incroyable. Il dégageait quelque chose qui faisait que je ne restais pas sur la même ligne que mes défenseurs, je reculais un peu, car j'avais toujours peur qu'il récupère la balle avant moi en profondeur. Il avait cette prestance" - William Gallas, ancien défenseur" - William Gallas, ancien défenseur de la France, à propos de Didier Drogba

En Angleterre
"Ils ont joué une finale de Ligue des champions et nous avons joué un match amical. Une équipe qui concède un but après deux minutes de jeu n'est tout simplement pas prête mentalement" - José Mourinho, entraîneur de Manchester United, après la défaite face à Fernerbahçe 2:1, en UEFA EUROPA League

"C’est accablant, je suis d’accord. Je me sens nul. Cette situation ne me fait pas plaisir, mais il faut l’affronter. J’ai passé la nuit de samedi à dimanche, et de nombreuses autres, dans ma chambre, dans le noir. Dimanche, ça allait un peu mieux. Heureusement, le lundi matin arrive et là, t’es prêt à repartir de l’avant" - David Moyes, entraîneur de Sunderland, après seulement deux points de pris en Premier League cette saison

"Il m'a peut-être apporté sans que je le sache, mais il ne m'a pas guidé, pas montré le chemin. Peut-être qu'Arsène a voulu que ses anciens joueurs fassent leur chemin seuls. Je trouve ça dommage, car tous ceux qui sont partis d'Arsenal et qui sont entraîneurs ont toujours eu des bons rapports avec lui. C'est un peu triste de ne pas voir des anciens joueurs dans le staff d'Arsenal" - Patrick Vieira, ancien milieu de terrain des Gunners, à propos d'Arsène Wenger (France Football)

En Espagne
"Karim Benzema ou Álvaro Morata ? C'est un dilemme que n'importe quel entraîneur aimerait avoir, mais Zinédine Zidane est en train de le résoudre comme un grand. Il titularise le Français, surtout parce que c'est le chouchou du président du Real Madrid, et après il fait entrer l'Espagnol qui est décisif et décide des matchs. Je crois que la tactique de Zinédine Zidane est la meilleure, les résultats lui donnent raison" - Fabio Capello, ancien entraîneur du Real Madrid (Fox Sports Italia)

En Allemagne
"Chaque minute que j'ai jouée à Manchester United, j'ai essayé de faire mon maximum. Et heureusement, les chiffres parlent pour moi. Quand j'ai quitté le club, j'avais le quatrième ratio buts/minutes jouées de l'histoire de la Premier League. Ça, c'est mon bilan à United" - Javier Hernández, attaquant du Bayer Leverkusen

Ailleurs
"Je n’aime pas le superflu. Si on fait des choix, on sait pourquoi on les fait : on vit tous les jours avec les joueurs, on connaît leur état de forme, leur état mental, on a analysé quatre ou cinq matchs des adversaires. Je ne supporte pas qu’on puisse faire des jugements d’amateur par rapport à des professionnels..." - Michel Preud’homme, entraîneur du FC Bruges

"Moi, ça m'est égal si ce n'est pas un gros club, en-dessous de la Premier League. J'aimerais jouer. Juste avoir une chance d'essayer. Pour voir ce que je vaux. Ça m'amuserait. Je regarde tout le temps ces mecs jouer au foot et je me dis : 'Certains d'entre eux ne sont pas si bons que ça" - Usain Bolt, athlète jamaïcain (L'équipe magazine)