Suivez nous sur
Football for Hope

Culture Foot Solidaire pour protéger les jeunes Africains

(FIFA.com)
Generic - children Africa
© AFP

La deuxième conférence internationale du jeune footballeur africain se tiendra les 27 et 28 octobre au Cameroun. A l'initiative de l'Association Culture Foot Solidaire, elle évoquera la protection des footballeurs mineurs, en particulier africains. Explications.

Jean-Claude Mbvoumin a accompli le rêve de tout enfant du continent noir : devenir footballeur professionnel. Pour atteindre son but, l'ancien international camerounais est passé par toutes sortes d'émotions, des plus joyeuses aux coups durs. Aujourd'hui retraité des terrains, il s'est servi de son expérience pour créer une Organisation Non Gouvernementale (ONG) soutenue par la FIFA, Culture Foot Solidaire. Celle-ci est consacrée à la protection des jeunes footballeurs africains à titre préventif dans le meilleur des cas, soit pour leur venir en aide.

Son combat a commencé vers l'âge de 20 ans, à son arrivée en France. "Avec le recul, j'aurais aimé être mieux conseillé. Quand tu découvres un pays, quand tu te blesses, quand tu plafonnes, que tu es seul car tu es loin de ta famille, tu es livré à toi même. Certains ne sont pas armés pour surmonter ces obstacles".

Roger Milla, Ambassadeur itinérant de l'ONGLe projet s'est accéléré à l'aube de l'an 2000. "Je passais à l'Ambassade du Cameroun et j'ai vu ces jeunes sans-papiers abandonnés parce qu'ils avaient traité avec un faux agent. J'ai su qu'il fallait réagir". Tout de suite, des relais se sont mis en place pour porter vers l'avant l'initiative de Mbvoumin. A commencer par Roger Milla, aujourd'hui Ambassadeur itinérant et Président d'honneur de la deuxième conférence du jeune footballeur africain. "Lorsque les responsables de l'Association Culture Foot solidaire sont venus demander mon soutien, je n'ai pas hésité un seul instant. En tant qu'ancien footballeur du continent, je me devais d'apporter mon humble contribution dans l'amélioration du sort de ces jeunes, souvent promenés aux quatre coins du monde. C'était de ma responsabilité. C'était aussi une façon pour moi de rendre au football ce qu'il m'a donné".

Huit années d'existence et de nombreux cas, des problèmes différents chaque année. "On découvre sans cesse de nouveaux problèmes. Le danger principal est que le jeune footballeur soit considéré comme un objet. Le succès de joueurs comme Samuel Eto'o ou Didier Drogba amène une multiplication de la formation des enfants uniquement dans un but lucratif". C'est pourquoi, "Culture Foot Solidaire" propose un véritable projet axé sur le domaine sportif mais surtout social. Une initiative soutenue par Aimé Jacquet, parrain de l'ONG, qui estime "qu'aujourd'hui les jeunes joueurs prennent de plus en plus de risques, au détriment parfois de leur sécurité et de leur scolarité. Le but de Culture Foot solidaire, qui est de prévenir ce genre de dérives, mérite d'être soutenu".

L'aspect social avant l'aspect sportifPour Mbvoumin, "il faut inverser la tendance car la formation ne peut pas avoir comme but unique de faire gagner de l'argent. Il est impératif d'instaurer un code réglementé auquel les clubs se plieraient, car eux aussi sont désemparés". A l'image de la "Maison du Jeune Footballeur", un centre de ressources destiné aux structures de formation, aux jeunes, aux éducateurs, aux dirigeants du football et aux familles, un projet actuellement testé au Cameroun, l'avenir passe par des projets sociaux. Les jeunes doivent être conscients que le pourcentage de chances de devenir footballeur professionnel est mince. "Il faut leur permettre d'avoir un projet réaliste de manière à ce qu'ils puissent avoir une porte de sortie avec un diplôme", estime Mbvoumin. Si le projet social n'est pas mis en place avant le projet sportif, alors son avenir risque d'être compromis.

"Culture Foot Solidaire" est également à l'origine de la Conférence internationale du jeune footballeur africain. Après avoir été organisée en Europe il y a deux ans, cette année la deuxième édition aura lieu les 27-28 octobre au Cameroun. Pendant deux jours, des éminents spécialistes du football et de nombreuses institutions débattront sur le thème : "Football, migrations et protection des mineurs". Ensemble, ils essaieront de trouver des solutions et notamment "s'inscrire dans une démarche de protection du jeune footballeur africain. Avec en point d'orgue, adopter des mesures concrètes pour protéger les jeunes footballeurs africains ainsi qu'une 'Charte du football solidaire' contre le trafic et l'exploitation des enfants".