Suivez nous sur
Anti-racisme

Sexwale : "Le racisme est un monstre"

(FIFA.com)
Tokyo Sexwale speaks out against racism during the 63rd FIFA Congress
© Getty Images

En exclusivité pour FIFA Weekly, Tokyo Sexwale, ancien compagnon de lutte de Nelson Mandela, nous parle de sa nouvelle initiative pour éradiquer le racisme dans le sport.  

Le 20 novembre à Johannesbourg, *Global Watch *présentera officiellement sa charte et son baromètre. L'objectif de ce mouvement est de coordonner les efforts aux quatre coins du globe pour éliminer la discrimination raciale. "Le racisme et la discrimination sont des problèmes sociétaux", explique Sexwale dans un entretien accordé à FIFA Weekly. "C'est un monstre qui essaye aujourd'hui de s'infiltrer dans la sphère sportive. Si nous le laissons faire, le racisme ne tardera pas à prendre le pouvoir et nous serons condamnés à vivre dans un monde hostile."

Incarcéré à Robben Island sous le régime de l'apartheid, Sexwale estime que cette démarche s'inscrit dans le cadre de l'héritage laissé par Nelson Mandela. Les origines de ce projet remontent bien au-delà de la Coupe du Monde de la FIFA, Allemagne 2006™. "Nous avons tous choisi de combattre le racisme ; pas seulement dans le sport mais dans le monde entier. En se concentrant sur le football, on donne parfois l'impression que le racisme ne concerne que la FIFA. C'est une erreur."

De nombreuses initiatives à travers le monde se proposent déjà de lutter contre les discriminations dans le sport. Sexwale espère rallier toutes les bonnes volontés derrière sa bannière. "À ce jour, il n'existe pas d'institution mondiale, centralisée et coordonnée pour mener cette bataille dans toutes les disciplines. C'est ce qui nous manque et c'est précisément ce que Global Watch propose."

Sexwale espère que le prochain sommet permettra de trouver un consensus autour de la question délicate du traitement à réserver aux contrevenants. "Je ne suis pas sûr que la meilleure solution soit de vider les stades. Faut-il punir des milliers de personnes à cause d'un imbécile qui a lancé une banane ? Reléguer un club me semble tout aussi délicat. Peut-on sanctionner une équipe à cause de quelques supporters racistes ?"

Retrouvez l'intégralité de l'entretien dans l'édition du 17 octobre de FIFA Weekly.

Articles recommandés

Coupe du Monde de la FIFA 2014™

Un Festival placé sous le signe du fair-play

11 juil. 2014

Coupe du Monde de la FIFA 2014™

Un festival pour un monde meilleur

21 mai 2014

Coupe du Monde de la FIFA 2014™

Quand le football s'attaque aux problèmes sociaux

06 juil. 2014