The Best FIFA Football Awards™

The Best FIFA Football Awards™

Lundi 23 septembre 2019, Milan

FIFA Ballon d'Or

Kahn : "Il faut un grand gardien pour gagner des titres"

Oliver Kahn the German goalkeeper during the FIFA World Cup Germany 2006
© Getty Images

Rares sont les gardiens à avoir tiré leur épingle du jeu lors de la distribution de récompenses individuelles. Oliver Kahn est de ceux-là. En 1963, Lev Yashin est devenu le premier - et unique à ce jour - gardien à remporter le Ballon d'Or de France Football. Le *Titan *allemand peut, quant à lui, s'enorgueillir d'être l'unique portier sacré meilleur joueur d'une Coupe du Monde de la FIFA™.

Encore auréolé de son triomphe en Ligue des champions de l'UEFA, Kahn s'était imposé comme l'un des principaux artisans du parcours de l'Allemagne en 2002. Ses exploits ont certes mené la Nationalm*annschaft *en finale, mais ils ne l'ont cependant pas empêchée de s'incliner face au Brésil. La même année, l'octuple champion d'Allemagne est monté sur le podium du FIFA Ballon d'Or. Mais cette fois encore, la première place est revenue à un autre, en l'occurrence Ronaldo. Kahn ne manque jamais de rappeler que le football est avant tout un sport collectif, même si cette année 2002 restera un millésime particulier dans sa carrière.

Le Titan évoque au micro de FIFA.com le rôle à part des gardiens dans les élections individuelles et les différences entre son parcours et celui de Neuer.  

Cinq Allemands, dont Manuel Neuer, figuraient parmi les nominés du FIFA Ballon d'Or 2014. Avez-vous été déçu par le résultat ?Je me souviens qu'on a beaucoup parlé de Manuel en Allemagne avant l'élection. Beaucoup de gens à l'étranger ne comprennent pas vraiment ce qu'un gardien vient faire dans une telle élection. Personnellement, je pense qu'il devrait y avoir un Ballon d'Or pour le meilleur joueur de champ et que le meilleur gardien devrait être récompensé dans une autre catégorie. Ça éviterait aux portiers de se retrouver dans cette situation. Chaque année, leur présence suscite de nombreux débats.  

Qu'est-ce qui vous fait penser que cette incompréhension est particulièrement forte à l'étranger ?
En Allemagne, les gardiens de but sont très appréciés. Certes, tout le monde a compris que le portier est un joueur décisif, si ce n'est le joueur décisif au sein de son équipe. Il faut absolument un grand gardien pour gagner des titres de nos jours. Pourtant, je pense que le poste jouit d'une plus grande considération en Europe qu'en Amérique du Sud, par exemple.

*L'issue de la finale de la Coupe du Monde 2002 avait-elle influencé les votants ? *Disons que ça aurait joué en ma faveur. Gagner un grand titre comme la Coupe du Monde, l'UEFA Euro ou la Ligue des champions de l'UEFA l'année de l'élection, c'est déjà un élément déterminant. Les gens regardent aussi les statistiques. Lionel Messi et Ronaldo ont marqué beaucoup de buts, ils sont donc favoris. Il ne faut pas oublier que ces joueurs font le spectacle et qu'ils donnent du plaisir au public. C'était la même chose à mon époque. En regardant Zinedine Zidane sur le terrain, tout le monde se régalait. Tous ces joueurs d'exception n'ont certainement pas volé leurs récompenses.

*Quels souvenirs gardez-vous du Gala et de la remise des prix en 2002 à Madrid ? *Je me rappelle que les journalistes espagnols m'avaient demandé si je me voyais jouer un jour au Real Madrid. Je leur avais répondu : "Certainement pas, je joue déjà dans le plus grand club du monde". Je parlais du Bayern Munich. Je l'avais dit sur le ton de la plaisanterie mais, manifestement, il y a eu un malentendu (rires)

*Vous avez remporté beaucoup de distinctions individuelles, mais vous n'avez jamais oublié de mettre le collectif en avant. Que représentent ces prix à vos yeux ? *Il est difficile de remporter de tels titres quand on n'a pas la chance de jouer dans un grand club comme Manchester United, Barcelone ou le Bayern Munich. C'est la raison pour laquelle je tenais toujours à mettre en avant la contribution de mes coéquipiers. Il m'est arrivé de leur sauver la mise, mais ils n'ont jamais manqué de me rendre la pareille. C'est le football.

Les récents succès de l'Allemagne sont souvent attribués à son collectif. Pensez-vous que cette force représente un handicap dans ces élections ?L'Allemagne compte beaucoup d'excellents joueurs, mais elle n'a pas dans ses rangs de Ronaldo ou de Messi. Elle a, en revanche, optimisé son effectif. Pendant la Coupe du Monde 2014, nous avons su trouver l'équilibre parfait entre des solistes comme Mario Götze ou Mesut Özil et des joueurs d'équipe, des garçons plus discrets mais qui tiennent un rôle très important sur le terrain. C'est ce qui nous a permis de faire la différence face à une formation comme l'Argentine, au service d'une seule individualité. On ne voit pas ça chez nous. Tout ce que je constate, c'est que l'Allemagne s'est imposée dans cette Coupe du Monde en s'appuyant sur un collectif de grande qualité.  

Cette année encore, Neuer fait partie des trois Allemands nominés. Peut-il l'emporter ?Il faut regarder les résultats des grandes compétitions. Barcelone a gagné la C1, la Juventus était en finale. Ensuite, il faut se demander qui a marqué beaucoup de buts.* *L'élection se jouera probablement entre Messi, qui a encore fait une belle saison, et Ronaldo, qui a marqué beaucoup de buts. J'aime beaucoup Arjen Robben. Pour moi, c'est un excellent joueur, mais ses blessures à répétition posent problème. Et un club comme le Bayern Munich ne bénéficie pas de la même exposition que des formations comme Manchester United, le Real Madrid ou Barcelone. Toutes ces équipes sont suivies de près aux quatre coins du monde. La Bundesliga n'a pas le même impact. Ce sont des facteurs qu'il faut prendre en considération. Pourquoi voter pour un joueur qu'on ne voit jamais ? C'est la raison pour laquelle ces élections ne réussissent pas trop aux Allemands, à moins qu'ils ne jouent dans un club comme le Real Madrid, à l'image de Toni Kroos.  

*Comment jugez-vous Neuer par rapport à votre parcours ? *Manuel est un gardien qui a amené quelque chose de nouveau à ce poste. Il prend beaucoup de risques, au point d'être considéré comme un onzième joueur de champ. On peut toujours compter sur lui et il est très fort techniquement, quelle que soit la situation. Même lorsqu'ils sont sous pression, ses partenaires peuvent toujours s'en remettre à lui. C'est un énorme avantage pour une défense. Son sens de l'anticipation lui permet de résoudre beaucoup de problèmes. Il n'hésite pas à sortir loin de sa surface de réparation. Jusqu'à présent, il n'a jamais été pris en défaut dans une grande affiche. C'est son style. Mais à mon époque aussi, il fallait être capable de jouer au pied. Manuel a simplement perfectionné la méthode.

Si vous étiez entraîneur, qui choisiriez-vous : Neuer ou Kahn à sa grande époque ?(rires) Ce serait très difficile ! Je crois que je changerais tout le temps. Chez moi, il n'y aurait pas de numéro un. J'alignerais celui qui me semble le plus en forme.

Voyez-vous encore des faiblesses dans le jeu de Neuer ?À ce niveau, on travaille sans cesse pour se perfectionner. C'était déjà comme ça de mon temps. Le jeu du gardien se doit d'être complet et on est donc tenté de mettre l'accent sur chaque facette. Il est très volontaire sur les centres et il n'hésite pas à sortir de sa zone pour soulager son équipe. Malgré tout, on n'est jamais à l'abri d'une erreur. C'est normal. Il possède d'excellents réflexes et ses adversaires ont souvent beaucoup de mal à le prendre en défaut sur des frappes de loin. Maintenant, il faut qu'il se maintienne à ce niveau et qu'il réussisse encore à progresser dans chacun des autres domaines. C'est le défi qu'il faut relever quand on évolue au niveau d'un Neuer. 

Explorer le sujet

Articles recommandés