The Best FIFA Football Awards™

Lundi 23 septembre 2019, Milan

THE BEST FIFA FOOTBALL AWARDS™

Vilda vu par Vilda

© Others

Si quelqu'un est qualifié pour défendre la candidature de Jorge Vilda au prix The Best – Entraîneur de la FIFA pour le football féminin 2018, c'est lui. Pas en raison de sa condition de fier papa de Jorge, mais parce qu'il est une institution dans le football espagnol.

Ángel Vilda a travaillé comme préparateur physique aux côtés de quelques-uns des meilleurs entraîneurs du monde : avec Luis Aragonés à l'Atlético de Madrid ; avec Johan Cruyff au FC Barcelone, où il a gagné une Coupe d'Europe et quatre Ligas ; avec Jupp Heynckes au Real Madrid, l'année où le club a gagné sa septième Coupe d'Europe. Il a également officié à Benfica et à l'Athletic Bilbao, entre autres, avant de passer au football féminin.

Pendant que le père travaillait, le fils grandissait en s'imbibant de tactique et de technique et il rêvait, comme tous les enfants, de devenir un grand footballeur. "J'avais de belles perspectives, mais j'ai eu le malheur de contracter la maladie d'Osgood-Schlatter, qui se situe au niveau du genou. Cette maladie complique la croissance et oblige à arrêter toute pratique sportive. J'ai dû m'arrêter deux ans. En pleine adolescence, ça revient à dire adieu au football d'élite."

Exit le joueur, entre l'entraîneur. Jorge passe son diplôme d'éducation physique, puis celui d'entraîneur, complété par une maîtrise en rééducation. En même temps, il travaille au CD Canillas, un club de quartier qui collabore avec les équipes de jeunes du Real Madrid et par lequel sont passés les enfants de quelques stars du club merengue, comme Ronaldo, Mourinho, Cannavaro ou Zidane.

Pourquoi Jorge Vilda mérite-t-il le prix The Best ?
"En raison de son dévouement, de ses efforts pour se préparer lui-même et préparer les autres de façon très consciencieuse, en raison aussi de son parcours et du fait qu'il s'est toujours battu au cours de sa carrière. C'est un entraîneur très jeune, qui a grandi rapidement et possède un énorme potentiel."

L'ère Vilda dans le football féminin
Vilda père est arrivé au poste d'entraîneur de la sélection féminine U-19 en 2005. En 2010, Jorge et Pedro López (actuel sélectionneur U-20) se sont joints au projet. "Des gens très qualifiés ont intégré l'équipe et c'est à partir de là que les choses ont commencé à changer pour le football féminin espagnol."

"Une des choses les plus gratifiantes de ma vie est d'avoir pu travailler avec mon fils"
"Jorge me surprend chaque jour. Il a la victoire dans le sang. Dès qu'une idée surgit, il l'amplifie, la travaille, l'améliore. Quand je travaillais avec lui, il me donnait beaucoup d'informations en retour. Bon, je pense que je lui ai aussi appris quelques petites choses ! Mais il est assez autodidacte. Le football est en constante évolution et il comprend ça parfaitement. J'ai toujours l'impression qu'il est en avance. Il a une longueur d'avance aussi bien dans le domaine technique que tactique, physique et stratégique. Il a le don d'anticiper le sens dans lequel les choses évoluent.

"J'ai grandi dans la meilleure université footballistique du moment, à savoir le Barça de Cruyff" - Ángel Vilda, père de Jorge Vilda

La section féminine avec les Vilda :

Ángel Vilda

  • Vice-championne d'Europe U-17 (2009)
  • Vice-championne d'Europe U-19 (2012)

*Jorge Vilda *

  • 2 championnats d'Europe U-17 (2010 et 2011)
  • Vice-championne du monde U-17 à Costa Rica 2014
  • Vice-championne d'Europe U-19 (2014 et 2015)
  • Vainqueur de la Coupe de l'Algarve (2017) et de la Coupe de Chypre (2018) avec les seniors

"Entre nous, c'est le football qui est prioritaire. Quel que soit le sujet de conversation, on finit toujours par parler tactique. La famille arrive à nous supporter. Nous avons la chance d'avoir des épouses qui nous soutiennent. Quand on passe plus de 200 jours par an hors de la maison à cause du football, ce soutien est crucial. La maman tout comme la femme de Jorge comprennent cela. Ce sont des femmes exceptionnelles", explique Ángel.

L'année qui vient sera encore très riche en voyages et en football, avec notamment la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019™, pour laquelle l'Espagne est déjà qualifiée, alors qu'il reste encore deux journées en phase de qualifications.

Ángel est heureux de la réussite de son fils, mais il se méfie de tout excès d'optimisme : "Après tant d'années dans le football, je sais à quel point il est difficile d'être un bon entraîneur adjoint. Aujourd'hui, je ne suis même pas à la dixième place par rapport à mon fils. Je regarde, j'écoute et je me tais. Je n'interfère pas".

Parce que l'heure de Jorge est arrivée.

Explorer le sujet

Articles recommandés