L'Afrique du Sud n'entend pas seulement se qualifier pour la Coupe du Monde de la FIFA 2006. Selon l'entraîneur Stuart Baxter, la compétition préliminaire doit déjà permettre de se préparer pour 2010.

La compétition préliminaire de la zone africaine pour la Coupe du Monde de la FIFA 2006 qui reprendra en mars 2005, présente un double enjeu pour l'Afrique du Sud. Il s'agira non seulement de décrocher la troisième qualification consécutive mais aussi de jeter les bases d'une équipe réellement capable de remporter le trophée en 2010, sur son propre sol.

Dans ce but, Baxter a déjà ouvert les portes de l'équipe nationale à des joueurs talentueux ultrarapides tels qu'Elrio van Heerden, Lance Davids et Jeffrey Ntuka avant même qu'ils aient pu se forger une véritable expérience dans le football de ligue.

Le pari est risqué pour l'entraîneur d'origine anglaise : son contrat expire en 2006 et il est peu probable qu'il sera renouvelé si son équipe ne franchit pas la barre des éliminatoires pour l'Allemagne.

Consultez les dernières actualités de l'Afrique du Sud sur FIFAworldcup.com

Solide duo
Mais Baxter ne démord pas de l'idée que si l'Afrique du Sud ne commence pas à se préparer dès maintenant pour 2010, elle n'arrivera jamais à exploiter tout son potentiel lors du grand rendez-vous. "Honnêtement", déclare l'entraîneur de l'Afrique du Sud, "A choisir entre des résultats en 2010 où nous serons le pays organisateur et des résultats aux éliminatoires d'Allemagne 2006, je choisis 2010. L'enjeu est sans comparaison pour le football sud-africain."

Mais peut-être ce choix difficile sera-t-il épargné à Baxter puisqu'à mi-parcours des éliminatoires de la Coupe du Monde de la FIFA 2006, les Bafana Bafana sont en tête de leur groupe. Ils ont un petit point d'avance sur leurs deux principaux rivaux, le Ghana et la République démocratique du Congo après respectivement cinq matches dans le groupe 2.

Les Sud-Africains ont chuté à la fois devant les Black Stars du Ghana et les Simbas du Congo en 2004 mais ils auront l'avantage de disputer à domicile les matches retours qui seront probablement décisifs pour déterminer le premier du groupe.

Par ailleurs, Baxter est parvenu à persuader les joueurs clés, qui avaient quitté la sélection nationale après s'être brouillés avec l'ancien entraîneur Ephraim Mashaba, causant la déroute de l'Afrique du Sud lors de la Coupe d'Afrique des Nations en Tunisie, l'année dernière, de rentrer au bercail.

Benni McCarthy, Quinton Fortune, le joueur polyvalent de Manchester United et Shaun Bartlett, l'attaquant vétéran, sont tous de retour. Bartlett, âgé de 32 ans, qui évolue actuellement au Charlton Athletic, club de Premier League anglaise, est le meilleur buteur sud-africain de tous les temps avec 28 buts en 69 matches internationaux. Il pourrait devenir l'international le plus capé d'Afrique du Sud à la mi-2005.

Au bout d'un an au FC Porto avec qui il a remporté à la fois la Ligue des champions de l'UEFA et la Toyota Cup, McCarthy marche sur ses traces en totalisant 24 buts en sélection nationale.
 

Le duo offensif vient compléter un beau milieu de terrain occupé à gauche par Delron Buckley, qui évolue à l'Arminia Bielefeld et a été la révélation de la Bundesliga cette saison et à droite par Subusiso Zuma, basé au Danemark. Au milieu se trouve le grand talent du club néerlandais Ajax Amsterdam : Steven Pienaar.

Période d'euphorie
Une belle moisson de jeunes défenseurs talentueux sort donc des rangs tels que Nasief Morris, qui a remporté le doublé coupe/championnat de Grèce avec le Panathinaikos la saison dernière et le capitaine Aaron Mokoena, qui vient juste de passer en première division anglaise chez les Blackburn Rovers.

Quant au gardien de but Hans Vonk, il vient de trouver un second souffle. Initialement engagé par l'Ajax Amsterdam à l'appui de ses deux gardiens inexpérimentés, il s'est avéré être le favori du club les mois derniers, ce qui l'a aidé à rester le numéro un incontesté des Bafana Bafana.

Baxter dit qu'il sent la cohésion se développer dans son équipe et que celle-ci devrait se montrer à la hauteur. "Je suis convaincu que les choses ont changé en mieux. Une progression est perceptible en particulier dans nos résultats et si l'équipe reste soudée et est épargnée par les blessures et autres désaffections, nous pourrons encore nous améliorer", déclare l'entraîneur.

La manière dont les jeunes joueurs ont relevé la tête est particulièrement réjouissante pour le football international. "Contrairement à d'autres, ils n'ont pas de complexes à jouer à ce niveau. Pour construire une vraie équipe de Coupe du Monde, l'exposition internationale est nécessaire", souligne Baxter.

Il ne doute pas de pouvoir réunir une équipe en laquelle l'Afrique du Sud puisse fonder de sérieux espoirs en 2010. "Et si nous nous qualifions pour l'Allemagne, nous acquerrons une précieuse expérience", ajoute-t-il.

Le football traverse une phase d'euphorie en Afrique du Sud depuis la décision du Comité Exécutif de la FIFA d'en faire le pays organisateur de l'édition 2010 et cela devrait porter ses fruits dans les prochaines années.

L'intérêt pour le football national a nettement augmenté et les recettes commerciales et télévisées des clubs sont elles aussi en nette hausse. Certains joueurs africains pleins d'avenir, originaires des pays frontaliers du nord, choisissent l'Afrique du Sud au lieu des clubs professionnels européens et le niveau des entraîneurs expatriés se relève lui aussi.

L'expansion économique, l'essor du tourisme et une ambiance générale au beau fixe après 10 ans de démocratie ne sont pas non plus sans contribuer à l'engouement pour le football sud-africain.

Mais il reste encore beaucoup à faire et ce, dès la reprise des éliminatoires de la Coupe du Monde de la FIFA 2006 contre l'Ouganda, fin mars.