Ce samedi matin, après 52 ans d'attente, le sport argentin a réussi à reconquérir une médaille d'or olympique. C'est son équipe de football qui la lui a offerte avec sa victoire 1:0 sur le Paraguay dans le stade olympique d'Athènes. Cette médaille, la première en or pour le football albiceleste, est tombée dans son escarcelle après un nouveau but de Carlos Tévez, le meilleur buteur de la compétition avec huit réalisations.

Sous le regard attentif du Président de la FIFA, Joseph S. Blatter, les Argentins ont mis un point final à un parcours exceptionnel, enchaînant dix succès en autant de matches et marquant 17 buts. Comme si cela ne suffisait pas, les Gauchos sont les premiers vainqueurs d'une compétition de la FIFA à ne pas avoir encaissé le moindre but en chemin. Le Paraguay, qui a terminé le match à neuf, s'est adjugé la médaille d'argent, la première dans l'histoire de ce pays sud-américain.

Devant 41.116 spectateurs, la rencontre débute sur un faux rythme, la tension et la chaleur prenant le pas sur le jeu. Le Paraguay, comme à son habitude, se réfugie dans sa zone, applique sans arrière-pensée sa tactique défensive et attend des occasions de contre-attaque. Côté argentin, ce sont Andrés D'Alessandro et Luis González qui prennent le jeu à leur compte. La première frappe cadrée survient dès la première minute de jeu, lorsque le Guarani Diego Figueredo tente sa chance du droit et trouve sur sa trajectoire le gardien adverse, Germán Lux (1').

Mais cette tentative paraguayenne est un mirage car les Ciel et Blanc deviennent vite les seuls patrons sur le terrain. Diego Barreto, le portier albirrojo, est mis à contribution par Cristian 'Kily' González (8') sur un bon tir, mais il doit s'incliner sur l'action suivante. Fabricio Coloccini récupère un bon ballon de relance au sein de sa défense et s'avance peu à peu dans la défense mise en place par Carlos Jara. Le blond défenseur sert ensuite Mauro Rosales sur l'aile droite, dont le centre au premier poteau trouve… Carlos Tévez, bien sûr. Létal, l'attaquant de Boca Juniors devance la sortie du gardien et envoie du droit le cuir au fond des filets (1:0, 18').

Le Paraguay finit à neuf
Le jeu aérien des Paraguayens pose quelques problèmes au gardien albiceleste, ce dont profite Fredy Barreiro. Las, sa tête passe au dessus de la transversale (24'). C'est là l'une des dernières incursions albirrojas dans la surface argentine, l'absence de José Cardozo, blessé, se faisant cruellement sentir.

 

L'Argentin Carlos Tévez frappe au but devant la menace du capitaine paraguayen Carlos Gamarra.
(AFP)
DANIEL GARCIA
Après la demi-heure de jeu, les Gauchos deviennent de plus en plus pressants et les défenseurs paraguayens, de plus en plus nerveux. Ainsi, les dernières minutes avant la pause sont très fertiles. C'est tout d'abord D'Alessandro qui frappe hors cadre après avoir mystifié son adversaire (42'), suivi de Tévez, dont le missile du droit est repoussé par Barreto au prix d'un bel effort (43').

Au retour des vestiaires, Aureliano Torres exécute un coup franc bien placé et contraint Lux à s'envoler sur sa gauche (48'). L'Argentine réplique immédiatement par le biais de Mauro Rosales, dont le coup de boule passe à quelques centimètres de la cible (50'). Ça sent une nouvelle fois le but trois minutes plus tard après une bonne combinaison entre D'Alessandro et 'Kily' González, mais la frappe du droit de l'Intériste n'inquiète pas le dernier rempart albirrojo (53').

Cette deuxième mi-temps voit les protégés de Bielsa le cuir et imposer leur rythme aux Paraguayens. Le milieu de terrain guarani est dépassé, la défense souffre.

A l'heure de jeu, Barreto sort le grand jeu face à Luis González, isolé par ses camarades, et repousse l'échéance. Mais les choses se compliquent pour les Paraguayens, qui enregistrent peu après l'exclusion de leur défenseur Emilio Martínez, coupable de s'être essuyé le coude sur le visage de D'Alessandro (66'). Malgré l'infériorité numérique, les Albirrojos n'abdiquent pas, forçant Lux à un bel arrêt après un une-deux entre Figueredo et Pablo Giménez (72').

Impeccable pendant toute la compétition, Gamarra vient au secours de son portier à un quart d'heure du terme : bien placé sur la ligne de but, il repousse une frappe de Delgado qui prenait le bon chemin (75'). Cet avertissement a le don de raviver le feu des Paraguayens, qui assiègent les buts adverses avec des ballons aériens. Mais leur 'garra' leur joue des tours lorsqu'ils reçoivent un deuxième carton rouge. Voulant trop en faire, Figueredo touche le ballon de la main et se voit averti pour la deuxième fois de la rencontre (83'). Dès lors, le sort en est jeté, la finale sud-américaine connaît son vainqueur. L'année 2004 restera celle où l'Argentine a remporté le Tournoi Olympique de Football masculin pour la première fois de son histoire.