Les Pays-Bas par la toute petite porte (1:0)
© Foto-net

En entrant sur la pelouse de Shenyang ce mercredi 13 août pour disputer leur dernière rencontre du Groupe B du Tournoi Olympique Masculin, les Pays-Bas savent que tout autre résultat qu'une victoire face au Japon les éliminerait prématurément. Les Asiatiques, eux, ne jouent que pour l'honneur après avoir perdu leurs deux premières rencontres.

Peut-être paralysés par l'enjeu, les Néerlandais peinent pourtant à se montrer dangereux. Les double champions d'Europe en titre offrent un jeu sans rythme et à l'opposé de celui qui a fait la réputation du football oranje. Les hommes de Foppe de Haan proposent trop peu de solutions offensives, et pratiquent un  jeu trop statique et stéréotypé  que les Japonais n'ont aucun mal à contrôler, si bien que la première mi-temps n'offre que peu d'occasions aux 49 000 spectateurs de s'enthousiasmer.

La meilleure opportunité est même à mettre au crédit des Japonais à la 38ème minute sur un corner rentrant de Keisuke Honda que Ryan Babel est tout près de prolonger dans ses propres filets. Mais Kennet Vermeer est vigilant.  Les seules occasions néerlandaises viennent de Gerald Sibon notamment sur une tentative de retourné juste avant la pause qui ne trouve pas le cadre.

Après le repos, Jonathan De Guzman est tout près de libérer les siens sur coup franc. Mais sa frappe enroulée de 20 mètres est sortie de la lucarne par Shunsaku Nishikawa, le portier nippon. L'ouverture du score néerlandaise se rapproche encore un peu quelques minutes après dans le même exercice. Cette fois, le pied gauche de Royston Drenthe trouve l'extérieur du poteau droit.

Au cœur de la domination néerlandaise, les Japonais jouent en contre. Sur l'un d'eux, Yohei Toyoda est tout près de briser les derniers espoirs de qualification bataves d'une jolie frappe enroulée à l'entrée de la surface, mais Vermeer dévie tant bien que mal en corner. Nouvel avertissement sans frais à l'heure de jeu lorsque Masato Morishige déclenche une frappe soudaine à 25 mètres qui vient s'écraser le montant de Vermeer.

Le sort semble avoir choisi son camp d'autant que dix minutes plus tard, Babel est accroché dans la surface japonaise par Honda. Sibon ne tremble pas et, des onze mètres, inscrit son deuxième but du tournoi (74', 1:0). Il reste alors vingt minutes à jouer et De Haan ne veut plus prendre le moindre risque. Le buteur sort, remplacé par un défenseur, Gianni Zuiverloon. Les Oranjes se contentent de gérer et se procurent même une occasion de faire un break définitif lorsque la frappe du gauche de Roy Makaay est claquée par Nishikawa.

Plus rien ne sera marqué et les Néerlandais peuvent savourer une qualification arrachée grâce à leur détermination, davantage qu'à leur style de jeu. Dans le même temps,  le Nigeria s'imposait sur les Etats-Unis, décrochant la première place du groupe. En quart de finale, les Pays-Bas affronteront l'Argentine tandis que les Etats-Unis, pourtant bien entrés dans la compétition après une victoire sur le Japon et un nul contre les Bataves, doivent déjà faire leurs valises.