Les tirages au sort officiels des Tournois Olympiques de Football Féminin et Masculin se tiendront dimanche à Pékin, à 19h00 (heure locale), 110 jours exactement avant le coup d'envoi des Jeux Olympiques. Les 28 équipes encore en lice (seize chez les hommes et douze chez les femmes) connaîtront alors les adversaires que le destin leur réserve au premier tour de la grande joute internationale qui se disputera, du 6 au 23 août, sur les pelouses de Pékin, Shanghai, Tianjin, Qinhuangdao et Shenyang.

Le cénacle ayant accueilli deux nouveaux participants, le tournoi féminin rassemblera le plus gros effectif de son histoire. Le douzième et dernier pays qualifié est le Brésil. Le vice-champion du monde a battu le Ghana samedi au Stade des Ouvriers de Pékin lors d'un match de barrage qui attribuait le dernier ticket.

Jérôme Valcke, Secrétaire Général de la FIFA, dirigera le tirage au sort au Regent Beijing Hotel, en compagnie du président de la FIFA, Joseph S. Blatter. Seront aussi présents Liu Peng, ministre chinois de l'Administration Générale des Sports, Mong Joon Chung, vice-président de la FIFA et président de la Commission d'Organisation des Tournois Olympiques de Football, Yang Shu'an, vice-président exécutif du BOCOG, et Xie Ya Long, vice-président et secrétaire général de la Fédération Chinoise de Football.

Rêves de reconquête
Les seize sélections masculines seront réparties en quatre groupes et les deux vainqueurs de chaque poule accèderont aux quarts de finale. Une forte pression pèse évidemment sur Ratomir Dujkovic, l'entraîneur de l'équipe hôte, qui n'en affiche pas moins un bel optimisme. "Si la Chine et mon pays natal se retrouvent dans le même groupe, puis en finale, mes hommes vaincront", assure le technicien serbe.

Equipe surprise des qualifications européennes, la Serbie fera ses premiers pas sur la scène olympique, tout comme la Côte d'Ivoire et la Nouvelle-Zélande. Les champions en titre argentins défendront jalousement une couronne que quatre autres anciens champions olympiques, la Belgique (1920), l'Italie (1936), le Nigeria (1996) et le Cameroun (2000), comptent bien récupérer.

Nanti d'un impressionnant réservoir de joueurs, le sélectionneur des Albicelestes, Sergio Batista, louche lui aussi sur l'or. "La clé sera de réunir une équipe capable de mettre notre avantage théorique en pratique et de conserver la médaille gagnée à Athènes", confie-t-il.

L'AFC sera représentée par un trio de vieux habitués du tournoi, l'Australie, le Japon et la République de Corée, tandis que les Etats-Unis et le Honduras défendront l'honneur de la CONCACAF. Trois fois médaillés de bronze, les Pays-Bas chercheront à faire encore mieux cette année. Quant au Brésil de Dunga, il voudra à toute force s'emparer du seul trophée manquant à son prestigieux tableau de chasse, où figure notamment la bagatelle de cinq Coupes du Monde de la FIFA.

Un tournoi féminin indécis
La RP Chine, pays hôte, les Etats-Unis, doubles médaillés d'or, l'Allemagne, coiffée de sa couronne mondiale, et la Norvège, ex-championne olympique, partent favoris dans un tournoi où tout semble possible. Rompus à l'épreuve, le Brésil, la Suède, le Japon et le Nigeria abordent Pékin 2008 en pleine confiance. En revanche, les quatre nouveaux venus, soit l'Argentine, la RDP Corée, le Canada et la Nouvelle-Zélande, espèrent sans doute un tirage clément.

Les onze pays qualifiés, plus le Brésil vainqueur du barrage, seront répartis en trois groupes de quatre. Les deux premiers et les deux meilleurs troisièmes passeront en quarts.

Selon Shang Ruihua, sélectionneur de la Chine, l'évolution du niveau de jeu au niveau global exclut toute possibilité de tirage favorable. "Le football féminin n'a cessé de progresser ces dix dernières années, au point que tous les compétiteurs se valent plus ou moins, explique l'entraîneur à FIFA.com. Nous ne choisissons pas nos adversaires, mais nous nous donnerons à 100 % pour gagner."

"Si les Etats-Unis et l'Allemagne sont les grands favoris du tournoi, des formations comme le Brésil ont prouvé lors de la dernière Coupe du Monde Féminine de la FIFA qu'elles pouvaient, elles aussi, se montrer très dangereuses. Notre équipe est en pleine phase de reconstruction, elle aura à cœur de briller", conclut le vétéran.