Maduro, un Oranje bien mûr
© AFP

Après 56 ans d'absence, les Pays-Bas retrouvent l'épreuve olympique avec une excellente génération de joueurs, très expérimentés malgré leur jeune âge. L'attaquant de Liverpool Ryan Babel, le milieu de terrain Royston Drenthe, qui vient de gagner la Liga avec le Real Madrid, et Hedwiges Maduro incarnent bien tout le talent à disposition du sélectionneur Foppe de Haan.

Bien qu'il n'ait que 23 ans, Maduro affiche une étonnante sérénité, engrangée au cours d'une ascension vertigineuse. La saison 2007/2008 de son club, Valence, a été assez étrange. Après avoir entamé la saison avec la Ligue des champions de l'UEFA en ligne de mire, le club espagnol a fini par lutter pour son maintien. Du coup, la victoire en Copa del Rey n'a pas été fêtée à sa juste valeur. Malgré cet exercice en dents de scie, le jeune Néerlandais ne souhaite retenir que le côté positif, comme il l'a confié lors d'une interview exclusive pour FIFA.com.

"Cette saison a été difficile pour l'équipe. Même si on a connu des difficultés en championnat, on est contents d'avoir gagné la Copa del Rey car elle nous permet de retrouver l'Europe la saison prochaine. Personnellement, je retiens tous les matches que j'ai joués. Le fait de côtoyer les excellents joueurs de la Liga a fait de moi un meilleur footballeur", assure le milieu de terrain ché, qui a disputé quatre matches de Copa et 11 de Liga depuis son arrivée en janvier.

Après cette saison mouvementée, le natif d'Almere va s'accorder quelques jours de congés afin de recharger les accus et de revenir en pleine forme pour Pékin 2008. "Je suis très heureux d'avoir cette opportunité car les Jeux Olympiques sont une épreuve impressionnante. C'est quelque chose qui ne se présente qu'une seule fois dans une carrière. Beaucoup de grands joueurs n'ont pas eu l'occasion d'y participer. C'est un tournoi très particulier, je suis très heureux d'y prendre part".

Le jeune homme n'est cependant pas un novice en matière de compétitions internationales, lui qui possède déjà une solide expérience du haut niveau. L'année 2005 a été pour lui celle de l'explosion. A tout juste 20 ans, Maduro connaît son baptême du feu dans l'équipe première de l'Ajax d'Amsterdam, avec laquelle il a gagné deux Supercoupes et une Coupe des Pays-Bas. Quelques semaines plus tard, le sélectionneur Marco van Basten le convoque avec les A. A la fin du championnat, il brille de mille feux lors de la Coupe du Monde U-20 de la FIFA disputée dans son pays, où son équipe tombera en quart face au Nigeria, futur finaliste.

Son ascension est telle que Van Basten le sollicite régulièrement dans les éliminatoires pour la Coupe du Monde de la FIFA 2006. En toute logique, il intègre le groupe néerlandais retenu pour la compétition allemande, mais ne dispute que quelques minutes, lors du match de groupes contre l'Argentine.

Le défi olympique
Les Pays-Bas ont obtenu leur billet pour Pékin grâce au titre de champion d'Europe U-21 obtenu à domicile en 2007. Ils ont au passage imité la performance réalisée un an auparavant par la bande de l'excellent Ajacide Klaas Jan Huntelaar. L'équipe actuelle n'a du reste rien à envier à la génération précédente en termes de qualité.

"On a une très bonne équipe mais il ne faut pas s'enflammer car la plupart des autres sélections sont elles aussi très fortes. Il y a par exemple l'Argentine et le Brésil. Peut-être que les équipes européennes ont un bon niveau, mais il faudra voir ça avec les sélections des autres continents", analyse-t-il avec prudence.

Maduro ne parle pas des autres continents par hasard. Le tirage au sort a en effet versé les Pays-Bas dans le Groupe B en compagnie des Etats-Unis, du Japon et du Nigeria. "Ce groupe est difficile, les équipes qui le composent sont très solides. Il va falloir arriver à notre meilleur niveau d'entrée. Il faut s'attendre à souffrir à chaque match car on sera l'équipe à battre. Il n'est pas impossible de se retrouver face à des dispositifs très défensifs. On devra donc être concentré à 100 % pour délivrer notre meilleur rendement", prévient-il.

Renouer avec la gloire
Les vitrines de la fédération néerlandaise arborent trois breloques olympiques de bronze, mais les photos des médaillés sont en noir et blanc. Il faut en effet remonter au premier quart du 20ème siècle pour trouver trace de ces exploits. A l'heure de la photo numérique, les protégés de de Haan rêvent de donner des couleurs à l'armoire à trophées de la KNVB.

Les ambitions sont bien là, mais Maduro reste prudent : "Avant d'entrer dans le vif du sujet, il est difficile de dire jusqu'où nous pouvons aller. On a une équipe de qualité, on s'entend très bien et l'état d'esprit est très positif. Mais je crois que tout dépendra de nos débuts dans ce groupe. Il faudra aussi avoir cette petite dose de chance qui est toujours nécessaire dans le football. Si tout se goupille bien, alors on pourra aller loin".

"C'est vrai qu'on a de grands noms dans l'équipe, mais la véritable force de ce groupe, c'est l'amitié entre joueurs. On se connaît depuis très longtemps, on entretient d'excellents rapports. Sur le terrain, on est toujours prêt à faire l'effort pour s'entraider et en dehors, il y a une super ambiance", assure le joueur de Valence.

Pour ne rien gâcher, cette sélection qui a déjà fière allure sera renforcée par le célèbre buteur Roy Makaay, l'un des trois joueurs âgés de 23 annoncés par de Haan. "C'est un attaquant très expérimenté qui apporte beaucoup de buts. Ça sera une bonne chose de l'avoir dans notre équipe. On sera plus fort et plus dangereux".

Après 56 ans d'absence au niveau olympique, cette jeune génération compte bien porter très haut les couleurs de leur pays, berceau de footballeurs de légende, et régaler leurs supporters avec un jeu de qualité. "C'est un grand honneur de représenter son pays aux Jeux Olympiques. On doit profiter au maximum de cette expérience", lance Maduro pour finir.