Buonanotte, sans faire de bruit
© AFP

Quand Sergio Batista s'est attelé à la composition de la liste pour le Tournoi Olympique de Football masculin, la presse spécialisée et les supporters ont commencé à fantasmer sur une équipe constellée de stars. Avec les Lionel Messi, Sergio Agüero, Juan Román Riquelme et compagnie, le sélectionneur fait en effet beaucoup de jaloux chez ses confrères.

Champion du monde avec les Albicelestes en 1986, le Checho a également inséré dans son groupe un joueur à la réputation plus confidentielle. Un petit gabarit capable de faire la différence grâce à un riche bagage technique et à une finition redoutable. Diego Buonanotte, l'enfant de Teodelina, dans la province de Santa Fe, possède tous les arguments pour accéder à la renommée mondiale lors du rendez-vous olympique du mois d'août.

Des débuts laborieux
"River n'a pas Messi, mais il a Buonanotte." La phrase date de 2006 et elle appartient à Héctor Pitarch, responsable des équipes de jeunes de River Plate. Elle illustre à la perfection les espoirs engendrés par l'apparition de ce jeune phénomène chez les Millonarios. L'effervescence autour de Diego était telle que l'équipementier du club en avait fait l'un de ses avatars publicitaires, alors qu'il n'avait pas encore débuté en Primera División.

On m'a comparé à Messi alors que je ne lui arrive pas à la cheville. C'est un très grand, comme Agüero ou Aimar. Moi, je ne fais que commencer
Diego Buonanotte, lors de ses débuts à River Plate

A la longue, le costume de future star va s'avérer trop lourd à porter pour ce lutin qui ne pesait que 54 kilos lors de son baptême du feu, en avril 2006. "Depuis que j'ai commencé, je n'ai jamais pu m'installer dans un rythme. Je crois que tout ce qui s'est dit à mon sujet m'a compliqué la tâche. ", disait-il à l'époque. Mais tout cela va changer au cours du deuxième semestre 2007.

Sous la houlette de Daniel Passarella, il va prendre des kilos et une bonne dose d'assurance, ce qui lui vaudra quelques apparitions en équipe première. La tendance va se confirmer avec la venue de Diego Simeone en 2008. Avec le Cholo, il devient l'une des figures de proue de la Banda Sangre et termine meilleur réalisateur de son équipe avec neuf buts, dont deux lors du match pour le titre, face à Olimpo de Bahía Blanca. Aujourd'hui, il compte 26 apparitions en Primera, pour 11 buts et un titre national.

Une revanche à prendre
L'histoire de Buonanotte à l'échelon international n'a pas, elle non plus, démarré sous les meilleurs auspices. Il faisait en effet partie des U-17 qui n'avaient pu décrocher leur billet pour Pérou 2005. "Ç'a été difficile à vivre car on attend toujours beaucoup des sélections de jeunes argentines. J'espère que j'aurai l'occasion de me rattraper", disait-il, il y a quelques mois.

Cette occasion, le destin lui a offerte, et de quelle manière. Au cours du premier semestre 2008, Buonanotte a fait l'étalage de toutes ses qualités dans les derniers mètres. Rapide, il ne rechigne jamais à défier des adversaires aux mensurations largement supérieures aux siennes. Doté d'un sang froid admirable, il possède une impressionnante capacité à négocier ses duels avec les gardiens adverses. En bref, il s'inscrit dans la droite lignée des Ariel Ortega, Hernán Crespo, Andrés D'Alessandro, Pablo Aimar et autres Javier Saviola, tous issus de la prolifique écloserie millonaria.

Diego a 20 ans, son potentiel n'a pas de prix. Il n'est pas en vente
José María Aguilar, président de River Plate, à propos des rumeurs de transfert vers l'Europe

"Il a fait un championnat monstrueux. Bien entendu, nous comptons sur lui pour Pékin", a déclaré Batista, au lendemain du Tournoi de clôture remporté par River Plate. Malgré sa petite taille, le bonhomme n'a pas échappé à l'œil avisé des recruteurs employés par des clubs européens de premier plan. "", a très vite annoncé son président, José María Aguilar.

Même s'il n'est pas sur le marché, Buonanotte rêve de se mettre en valeur au côté des stars aguerries appelées par Batista. "Il y a quelques temps, je n'aurais même pas rêvé aux JO. Maintenant, je me prépare pour aller chercher l'or. Tout est allé très vite mais ça n'a pas été facile", explique-t-il, soucieux de ne pas en faire des tonnes. Ses arguments de poids, le lutin les réserve pour le rectangle vert.