Carney, expérience et espoir
© AFP

A 24 ans, David Carney a tout du vieux briscard, ce qui lui a valu d'être appelé en renfort par Graham Arnold. Son expérience dans le championnat d'Angleterre, ses qualités et son professionnalisme en ont fait l'un des leaders de l'équipe australienne qui s'apprête à affronter la Serbie à Shanghai, en match inaugural du Groupe A.

Outre son bref passage chez les Anglais d'Everton, ce pilier de la sélection s'est aussi distingué lors de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Japon 2005, en marquant sous les couleurs du Sydney FC.

Souriant et affable, le milieu de terrain s'est entretenu avec FIFA.com. Il évoque l'importance que revêt le premier rendez-vous des Olyroos dans le tournoi : "L'Argentine est favorite, mais les autres équipes sont de force égale. Je crois que le pays qui gagnera jeudi sera bien parti pour se qualifier. Nous devrons saisir notre chance".

Après la performance des Socceroos à Allemagne 2006, l'Australie n'attend de sa formation olympique masculine rien moins qu'une médaille, qui soit dit en passant lui échappe depuis 1988. Ce n'est pourtant pas faute d'avoir essayé.

C'est vrai que nous ne sommes encore jamais montés sur le podium, mais on nous regarde autrement depuis la dernière Coupe du Monde
David Carney, à propos du nouveau statut de l'australie

Conscient de la pression, Carney ne se dérobe pas : ". Nous espérons être à la hauteur", explique-t-il dans la chaleur de Shanghai, un facteur qui risque d'influencer le match de jeudi. "L'équipe est en stage depuis deux semaines et s'est habituée à la chaleur. Moi, c'est différent, parce que je ne suis arrivé que la semaine dernière. De toutes façons, nous devrons adapter notre jeu à ces conditions", ajoute-t-il.

"Je rêve d'une médaille"
Les Australiens ont toujours accordé beaucoup d'importance aux Jeux Olympiques. Aussi n'est-il pas surprenant de voir le jeune footballeur s'enthousiasmer à l'idée de vivre son baptême du feu en la matière : "On n'a pas tous les jours l'occasion de participer aux Jeux Olympiques. Il faut en profiter au maximum. Personnellement, j'aimerais assister aux épreuves de natation, mais je ne pourrai pas y aller pour des raisons évidentes".

Ces raisons tiennent en partie au match face à la la Serbie, face à qui les Australiens s'étaient imposés 5:1 à Athènes 2004 (à l'époque, il s'agissait de la Serbie et Monténégro). "Je ne me souviens pas vraiment de match d'il y a quatre ans, mais le groupe actuel est très costaud physiquement. Pour gagner, nous allons devoir être extrêmement attentifs et nous donner à 100 % . Nous disposerons de notre meilleur onze possible. Cela pourrait faire la différence".

Il sera crucial pour la sélection aussie de prendre les trois points face à la Serbie avant d'aborder le duel suivant, contre des Argentins qui partiront favoris. Carney est conscient que pour réaliser son rêve, il devra faire preuve de patience : "Mon premier objectif est d'atteindre les quarts de finale, puis de continuer à progresser jusqu'à décrocher une médaille".