Diego, maître d'œuvre du Brésil
© AFP

Cela fait un moment déjà que le petit Brésilien aligne les performances de haute volée dans son rôle de meneur de jeu. Tandis que les Ronaldinho, Robinho et autres Kaka défrayaient la chronique en Espagne et en Italie, Diego orchestrait patiemment l'ascension du Werder Brême jusqu'au gotha du football allemand. A l'occasion des Jeux Olympiques de Pékin, il met son savoir-faire au service de son pays.

Lors de la victoire du Brésil 3:0 sur l'hôte chinois, Thiago Neves a crevé l'écran, réussissant deux des trois réalisations auriverdes. Mais dans l'opinion de la plupart des observateurs, le principal instigateur de ce succès fut Diego, auteur d'une passe décisive et d'un but.

La performance du numéro 10 brêmois contre la RP Chine n'a fait que confirmer le sentiment, déjà bien installé à l'issue des deux premières sorties de la Seleção, que cette dernière pourra dire un grand merci à son lutin si elle parvient à décrocher la première médaille d'or olympique de son histoire. Peu après cette troisième et dernière sortie des Sud-Américains en phase de groupes, à Qinhuangdao, FIFA.com a posé quelques questions à Diego.

Qu'avez-vous ressenti lorsque vous avez appris que le Werder Brême acceptait de vous laisser participer aux Jeux Olympiques ?
Ça m'a fait énormément plaisir, car j'ai toujours rêvé de participer aux Jeux Olympiques au moins une fois dans ma carrière. Maintenant, c'est fait.

Pouvez-vous nous expliquer ce qui fait rêver dans les Jeux Olympiques ?
C'est une compétition extraordinaire, qui rassemble de nombreux pays, dans différentes disciplines sportives. Le Brésil n'a encore jamais remporté la médaille d'or dans le tournoi masculin. Nous avons l'occasion d'être les premiers à le faire.

Le tournoi correspond-il à ce que vous vous imaginiez ?
Oui. Jusqu'ici, ça n'a été que du bonheur.

Jouer avec la Seleção m'a toujours procuré beaucoup de bonheur. Quand je marque, c'est la cerise sur le gâteau
Diego, à propos de son but contre la RP Chine

Parlez-nous de vos impressions lorsque vous avez marqué ce but contre la Chine ?
C'était mon premier but olympique. J'étais donc très heureux. .

Dans cette rencontre face à la RP Chine, vous avez très bien combiné avec Ronaldinho. Est-il en train de revenir à son meilleur niveau ?
Oui. C'est un joueur sensationnel. Il est pratiquement revenu au sommet de sa forme et nous montre à nouveau toute la virtuosité qu'on lui connaît.

Les supporters chinois sont toujours surpris de le voir regagner son hôtel avec ses percussions sous le bras. Quand trouve-t-il le temps de taper dessus - et vous arrive-t-il d'en joueur vous aussi ?
Vous savez, les Brésiliens adorent la musique ! Nous utilisons ces bongos en accompagnement lorsque nous dansons le Pagode [l'une des variantes de la samba].

Trouvez-vous que vos deux jeunes coéquipiers en milieu de terrain, Anderson et Lucas, ont beaucoup progressé depuis qu'ils évoluent dans le championnat anglais ?
Ce sont deux jeunes joueurs extrêmement talentueux. Pour répondre à votre question, oui, ils ne cessent de s'améliorer depuis qu'ils jouent en Angleterre. Je le remarque chaque fois que nous nous retrouvons en équipe du Brésil.

C'est le fruit de beaucoup de travail et de l'unité qui règne au sein du groupe. Cette médaille d'or, nous la voulons
Diego, à propos du parcours du Brésil au premier tour

Trois victoires, neuf buts marqués, aucun encaissé : difficile de demander mieux pour un premier tour. Comment expliquez-vous l'excellent parcours du Brésil jusqu'ici ?
.

A quel genre de match vous attendez-vous contre le Cameroun, en quarts de finale ?
Un match très difficile, face à une équipe qui réussit toujours bien aux Jeux Olympiques. Et comme il s'agit d'une rencontre à élimination directe, toute faute d'attention pourrait être fatale.