Le Brésil reste sur sa faim
© AFP

Personne ne peut accuser le Brésil de Dunga d'avoir pris le Tournoi Olympique de Football Masculin à la légère. Pour l'occasion, le sélectionneur national n'a pas hésité à convoquer deux stars de classe mondiale : Ronaldinho, double Joueur Mondial de la FIFA, et Diego, le formidable meneur de jeu du Werder Brême. Alexandre Pato, le jeune prodige de l'AC Milan, et Luis Anderson, le milieu de terrain de Manchester United, étaient eux aussi du voyage. Incontestablement, l'équipe auriverde qui s'est présentée en RP Chine avait de l'allure.

Dunga n'a d'ailleurs jamais caché son ambition de rentrer au pays avec la médaille d'or. Alors, quel bilan tirer d'une campagne olympique que les médias brésiliens n'hésitent pas à présenter comme un échec cuisant ?

"Nous avons gagné cinq matches et nous n'en avons perdu qu'un seul. Malheureusement, cela suffit pour que certaines personnes nous tirent dessus à boulets rouges, constate Diego au micro de FIFA.com, à l'issue de la victoire (3:0) du Brésil sur la Belgique à Shanghai. Personnellement, je suis satisfait. Une médaille de bronze, c'est tout de même mieux que rien. Evidemment, nous aurions préféré l'or, mais le sort en a décidé autrement."

Une Seleçao peu inspirée
Dès son entrée en lice dans la phase de poules, le Brésil n'a pas vraiment convaincu. La Seleçao a dû attendre les dernières minutes de la partie pour venir à bout d'une équipe de Belgique réduite à neuf. Certes, la Nouvelle-Zélande et la RP Chine n'ont pas pesé lourd face au talent des artistes brésiliens mais, à chaque fois, les hommes de Dunga ont laissé le public sur leur faim.

Opposé au Cameroun en quart de finale, le Brésil a une nouvelle fois souffert. En obtenant rapidement leur qualification, les Africains ont pu laisser quelques titulaires au repos face à l'Italie, à l'occasion de la troisième et dernière journée. Cette fois, Dunga avait choisi de se passer des services d'Alexandre Pato, relégué sur le banc. En son absence, le Brésil a souvent paru en manque d'inspiration dans les vingt derniers mètres. Face à une équipe camerounaise réduite à dix dès le début de la seconde période, et orpheline de Stéphane Mbia, Ronaldinho et ses coéquipiers se sont souvent heurtés à un mur.

Ce n'est qu'avec l'introduction de Thiago Neves que les choses ont commencé à se décanter. L'avantage numérique des Brésiliens a fini par payer en prolongation. En outre, Dunga retiendra avec satisfaction que le deuxième but de son équipe fut sans aucun doute l'un des plus beaux du tournoi.

L'humiliation argentine
Pourtant, malgré les promesses entrevues ici ou là, les rêves de gloire des Brésiliens n'ont pas survécu au choc de la demi-finale contre l'Argentine. Le Brésil a-t-il joué de malchance en se retrouvant dans le même tableau que la sélection albiceleste ? Dunga s'est-il montré trop prudent en cantonnant une fois de plus Pato et Neves au banc de touche ? Le sort de la rencontre aurait-il basculé en faveur des Brésiliens si le superbe coup franc frappé par Ronaldinho à la 65ème minute avait fini sa course au fond des filets, au lieu de rebondir sur le poteau ?

Quoi qu'il en soit, l'histoire retiendra simplement que le Brésil s'est lourdement incliné 0:3 face à son plus grand rival.

"Ce n'est jamais agréable de perdre contre une équipe comme l'Argentine. Pour nous, tout s'est joué en l'espace de cinq minutes, poursuit le milieu de terrain du Werder. C'est le jeu. Des fois on gagne, des fois on perd. Malheureusement, nous avons perdu en demi-finale et nous avons été éliminés."

Un futur incertain
Que réserve l'avenir à Dunga et à ses joueurs ? S'il veut jouer les premiers rôles lors des éliminatoires de la Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010, Ronaldinho va d'abord devoir s'appliquer à retrouver son meilleur niveau sous les couleurs de l'AC Milan. Malgré quelques éclairs de génie en RP Chine, l'ancien milieu de terrain du FC Barcelone n'a pas totalement convaincu les observateurs, ces dernières semaines.

Au Brésil et ailleurs, certaines voix se sont élevées pour regretter le jeu très physique pratiqué par la Seleçao en demi-finale. On sait que les supporters brésiliens tiennent à voir leur équipe faire le spectacle en toutes circonstances. Ces accusations vont-elles plomber la suite du règne de Dunga ? Pourtant, Diego, lui, a un tout autre point de vue sur la question.

"Je ne crois pas que l'on puisse dire que nous avons refusé le jeu. Nous avons produit beaucoup de belles choses pendant ce tournoi. Cette participation aux Jeux Olympiques a été une grande expérience, pour moi et pour toute l'équipe. En outre, nous avons tout de même remporté la médaille de bronze. Les gens ont également pu se rendre compte que nous formions une équipe soudée."

Ces arguments suffiront-ils à réconcilier les Brésiliens avec leur équipe nationale ? Seul l'avenir le dira.