L'Argentine, bis repetita (0:1)
© AFP

Médaillés d'or à Athènes 2004, les Argentins ont conservé leur titre en battant le Nigeria en finale du Tournoi Olympique Masculin 2008 ce samedi 23 août. Ils imitent la Grande-Bretagne (Londres 1908, Stockholm 1912), l'Uruguay (Paris 1924, Amsterdam 1928) et la Hongrie (Tokyo 1964, Mexico 1968), les trois seules équipes à avoir réussi le doublé d'un tournoi olympique à l'autre.

Après dix minutes de jeu et une domination argentine, la première action dangereuse est signée Juan Riquelme. Suite à un coup franc obtenu après une percée d'Angel Di Maria, le numéro 10 albiceleste manque le cadre (10'). La timide réaction nigériane ne donne rien (11'). Néanmoins, le double rideau défensif mis en place par Samson Siasia, l'entraîneur des Golden Eaglets, cadenasse le milieu de terrain argentin et prive les attaquants de ballons.

La première véritable occasion est à mettre au crédit des Nigérians. Sur un débordement de Promise Isaac, Peter Odemwingie reprend d'une tête qui passe au-dessus des buts de Sergio Romero (23'). Les joueurs étant peu habitués à jouer aux alentours de midi, l'arbitre hongrois arrête le jeu sciemment, pour que les 22 acteurs puissent s'hydrater pour cause de chaleur. Une initiative rare mais très fair-play à mettre en avant. Très sûrs d'eux, les Argentins tombent dans la facilité et manquent de se faire surprendre par des offensives adverses encore trop timides.

A l'approche de la pause, sur un centre de Fernando Gago, Sergio Agüero place une tête facilement captée par Ambruse Vanzekin, le gardien nigérian (39'). Une dernière frappe de Luciano Monzon, bien interceptée par le portier, clôt cette première mi-temps (44'). Les deux équipes retournent au vestiaire sur un score vierge et devront faire preuve de plus d'imagination pour espérer faire la différence.

Messi pour Di Maria, un classique
La deuxième période démarre sur les chapeaux de roue côté argentin. Après une percée d'Agüero (46'), c'est Lionel Messi qui allume la première mèche (49'), bien stoppée par le gardien adverse, petit par la taille (1m76) mais grand par le talent. Très bien lancé une nouvelle fois par Messi, Di Maria s'échappe sur son côté gauche et d'une pichenette trompe Vanzekin. La formation albiceleste est devant (0:1, 58').

La réaction nigériane ne tarde pas. Bien servi sur le côté gauche, à dix-huit mètres, Victor Obinna frappe mais n'inquiète pas Romero (63'). La défense Argentine montre ses faiblesses (68', 74') mais les Golden Eaglets ne savent pas en profiter. Le dernier quart d'heure, joué sur un faux rythme, n'offre que peu d'espaces aux Nigérians. L'Argentine ne cèdera pas et prendra ainsi sa revanche de la finale de 1996 perdue face à ces mêmes Nigérians.

Javier Mascherano, seul survivant d'Athènes 2004, et l'Argentine peuvent fêter leur second titre suite à cette victoire 1:0 en finale des Jeux Olympiques, Pékin 2008. Présenté comme la grande attraction du tournoi, Messi n'a pas déçu. De quoi ravir un certain Diego Armando Maradona, présent dans les tribunes.