Rien ne remplace l'or
© AFP

Les chiffres ne mentent pas. Avec six victoires consécutives, 11 buts marqués et seulement deux encaissés, l'Argentine méritait de décrocher son deuxième titre olympique en quatre ans. Obtenue ce samedi 23 août face au Nigeria, cette consécration a laissé une saveur spéciale à plusieurs membres de l'effectif albiceleste, comme Juan Román Riquelme, Javier Mascherano, Sergio Agüero et Lionel Messi. Juste après le coup d'envoi, ils ont livré leurs impressions à chaud, en exclusivité pour FIFA.com.

Agüero et Messi, les inséparables
Lionel Messi et Sergio Agüero possèdent un don particulier et une immense complicité. Les deux joueurs ont fait leurs débuts ensemble dans les sélections de jeunes. Compagnons de chambre, ils semblent se chercher en permanence sur le rectangle vert. Cette communion a encore éclaté au grand jour au moment de fêter la médaille d'or pendue à leur cou.

Auteur d'un doublé en demi-finale contre le Brésil, el Kun déguste ce titre : "J'éprouve des sensations très fortes. J'ai gagné la Coupe du Monde U-20 l'an dernier et maintenant, je gagné les JO avec mes copains, comme Leo... Je n'ai pas de mots pour exprimer ce que je ressens".

Ce titre est très particulier pour moi, du fait que Diego est là à nos côtés. Je suis heureux ; je me dis que j'ai fait un grand tournoi
Sergio Agüero, à propos de sa prestation personnelle

La réponse n'a semble-t-il rien d'original pour un joueur venant de décrocher un titre. Sauf qu'elle prend un tour particulier après cette finale. En effet, Diego Maradona, qui n'est autre que son beau père, vient de le féliciter. ". Je ne peux pas vous dire grand-chose de plus."

Messi est lui aussi dans le coin. Pendant toute la compétition chinoise, il aura été le joueur le plus percutant de son équipe. Pour lui, cette médaille pèse lourd après toutes les rumeurs qui avaient évoqué sa non-participation au tournoi il y a un mois, juste avant le coup d'envoi. Auréolé de ce titre, le joueur du FC Barcelone ajoute : "Avant que je vienne en Chine, beaucoup de choses se sont dites sur mon compte. Elles m'ont fait mal, c'est clair. Je pense que l'Argentine a décroché l'or parce qu'elle a constitué un groupe impressionnant, très soudé. Cela s'est retrouvé sur le terrain".

Riquelme et Mascherano, entre émotion et record
La conquête de ce titre n'est pas seulement l'œuvre des plus jeunes. A 30 ans, Juan Román Riquelme a été impeccable dans son rôle de capitaine et de meneur de jeu. Auteur d'un but sur penalty contre le Brésil, il savoure lui aussi cet or olympique. Interrogé par FIFA.com, le milieu de Boca Juniors assure être "très heureux car c'était ma dernière occasion de participer aux Jeux Olympiques. La finale n'a peut-être pas été très spectaculaire, mais dans ce genre de matches, seule la victoire compte. Maintenant je vais prendre l'avion avec cette médaille autour du cou. Personne ne va venir me l'enlever".

Son large sourire s'accorde parfaitement avec le reste du tableau : la médaille, le bouquet de fleurs et le drapeau de l'Argentine sur les épaules. Une dédicace ? "Oui, pour tout ce groupe de travail qui vit ensemble depuis un mois, loin de sa famille, mais qui n'a jamais perdu de vue l'objectif final. C'est sensationnel de terminer avec l'or."

Finissons par Javier Mascherano. L'infatigable milieu axial est devenu le premier sportif argentin à récolter deux médailles d'or olympiques. Il faisait en effet partie de la sélection albiceleste sacrée à Athènes en 2004. "C'est indescriptible", s'exclame-t-il avec ce qui lui reste de voix.

Pourquoi nous avons gagné ? Parce que nous avons été entreprenants en attaque. Nous avons toujours proposé quelque chose
Javier Mascherano, à propos des points forts de l'Argentine

"Quand j'ai gagné la médaille d'or à Athènes, je n'avais pas encore ma fille. Maintenant, je n'ai qu'une hâte, c'est d'en profiter avec elle. A partir de maintenant, quoi qu'il advienne, personne ne m'enlèvera la fierté d'avoir réalisé cela, dans un sport aussi compliqué que le football. . En plus, nous avons éliminé le Brésil en demi-finale. Ce tournoi a été parfait." Qui oserait le contredire ?