Di Maria, l'homme providentiel
© Foto-net

Ángel Di Maria ne fait pas partie des grands noms de l'équipe d'Argentine olympique. Formé à Rosario Central, club de sa ville natale, il faisait pourtant déjà partie de la sélection albiceleste championne du monde U-20 en 2007. Suite à ce titre mondial, le milieu de terrain gaucher est transféré à Benfica. Un an plus tard, il se retrouve à Pékin, aux côtés des Lionel Messi et autres Juan Román Riquelme.

L'occasion d'éclater au grand jour était unique, et Di Maria ne l'a pas ratée. Epoustouflant dans le jeu et la finition (il avait déjà marqué contre les Pays-Bas) depuis le début la compétition, il termine le tournoi olympique avec une médaille d'or autour du cou, doublée d'une convocation chez les seniors pour les éliminatoires d'Afrique du Sud 2010. Quelques minutes après être descendu du podium, le héros de la finale a accepté de répondre aux questions de FIFA.com.

Ángel, vous aviez imaginé quelque chose comme cela, au moment de préparer vos bagages pour la Chine ?
Je voulais avant tout gagner ma place dans l'équipe, car je savais que la concurrence était féroce. J'ai réussi à prouver ma valeur lors des entraînements et j'ai fini par être titulaire. C'est ça, autant que la médaille d'or, qui me rend heureux.

L'année dernière, vous avez été champion du monde U-20 au Canada. Aujourd'hui, vous décrochez la médaille d'or. Tout va très vite, non ?
Oui, vous avez raison. Le titre mondial remporté l'année dernière représentait déjà beaucoup pour moi. Il m'a permis d'être recruté par Benfica. Après, tout s'est enchaîné : la sélection en équipe olympique et le but aujourd'hui en finale. C'est vrai que ça fait beaucoup pour une seule année. Maintenant, tout ce que j'espère, c'est de parvenir à faire la même chose chez les seniors, afin de vivre d'autres émotions comme aujourd'hui. J'espère également réussir une bonne saison à Benfica. Mais il est certain que tout ça est bon pour la confiance.

Nous avons été les meilleurs, tout simplement. Cela est dû au fait que nous formons un groupe harmonieux
Angel Di Maria, à propos des raisons du succès argentin

A quoi attribuez-vous ce nouveau sacre de l'Argentine ?
. Nous avons tous tiré dans le même sens et il n'y avait aucune dissension. Je pense que cela se voyait sur le terrain. En tout cas, ç'a été un élément important dans la conquête du titre. Je crois que cette médaille d'or est méritée.

Le Nigeria vous a quand même fait souffrir...
Oui, c'est indéniable. Les Nigérians forment une grande équipe. Ils sont très forts physiquement. Même chose sur le plan technique. Mais nous aussi, nous avons fait un grand match. Nous avons fourni beaucoup d'efforts et avons dû beaucoup travailler pour la victoire.

Vous pouvez nous raconter votre but ?
Quand Leo Messi part sur le côté, je sais que je dois prendre l'espace. Il me sert bien et je me retrouve seul devant le gardien. Je pense d'abord frapper fort mais quand je vois qu'il bloque bien son angle, je préfère tenter le lob. Après, j'ai de la réussite. Mais c'est un beau but, non ? (rires)

Marquer le but qui donne le titre olympique à l'Argentine et rendre Diego fou de joie : que demander de plus ?
Angel Di Maria, à propos des félicitations de Maradona

Vous avez parlé à Diego Maradona après le but ?
Oui ! Il m'a serré dans les bras et m'a félicité. Il m'a dit : "Quel but !" Ça donne des frissons.

Peut-être qu'Alfio Basile va vous appeller chez les seniors... à moins que ce ne soit chose faite ?
Oui, c'est fait ! J'ai toujours rêvé de jouer avec les A et maintenant, l'occasion se présente. Mais je garde la tête sur les épaules. Je vais continuer étape par étape. Ici, tout a parfaitement fonctionné pour moi. J'espère que cela va continuer comme ça et que je pourrai rendre le même genre de services chez les seniors.