Le Gabon s'invite à la fête olympique
© AFP

Au terme d'une quinzaine riche en surprises et en rebondissements, le Championnat U-23 de la CAF a livré son verdict : le Gabon, le Maroc et l'Egypte représenteront l'Afrique lors du prochain Tournoi Olympique de Football Masculin, Londres 2012. La première édition de cette compétition s'est conclue sur la victoire inattendue (2:1) des Gabonais sur leurs hôtes marocains. Les jeunes Panthères participeront au grand rendez-vous olympique pour la première fois de leur histoire, après avoir retourné une situation compromise en finale.

Le Gabon a connu une entrée en matière difficile mais n'a cessé de progresser au fil des matches, au point d'écarter de sa route trois des principaux favoris. Malgré son revers en finale, le Maroc a lui aussi validé son billet pour Londres. Enfin, l'Egypte s'est imposée 2:0 face au Sénégal dans le match pour la troisième place et participera donc aux Jeux pour la onzième fois de son histoire. De leur côté, les Lionceaux de la Teranga n'ont pas abandonné tout espoir de qualification. En effet, ils affronteront l'année prochaine une sélection asiatique dans un match de barrage.   

Les neuf vies des Panthères
Battues d'entrée (0:1) par l'Egypte, les jeunes Panthères ont ensuite peiné pour arracher le nul (1:1) à l'Afrique du Sud. Personne ne s'attendait donc véritablement à les voir dominer la Côte d'Ivoire pour sauver leur tête dans le Groupe B. Menés (0:1) à la pause, les Gabonais ont inversé le cours de la partie au retour des vestiaires en égalisant par Emmanuel Mba Ndong, avant de prendre l'avantage sur un penalty d'Henri Junior Ndong. Réduits à dix à l'heure de jeu, les hommes de Claude Albert Mbourounot se sont même payé le luxe d'ajouter un troisième but en fin de partie.

Il n'en fallait pas moins pour devancer les Éléphanteaux à la différence de buts particulière et forcer les portes des demi-finales. Face au Sénégal, sorti premier du Groupe A, les Gabonais ont fait preuve d'une grande solidité défensive, avant d'inscrire l'unique but de la partie par le remplaçant André Biyogho Pocko à une minute du terme de la prolongation.  

Donnés favoris en finale, les Marocains ont sans doute cru avoir fait le plus difficile en ouvrant le score à la 21ème minute, grâce à Younes Mokhtar. Mais une fois de plus, les Panthères ont prouvé qu'elles n'étaient jamais aussi dangereuses que lorsqu'elles étaient acculées. Landri Obiang Obiang et Allen Nono ont tour à tour trouvé le chemin des filets avant le repos, pour offrir un succès historique à leur équipe. "C'est la plus grande victoire de l'histoire du football gabonais. Il n'y a pas de mots pour décrire notre bonheur. C'est un moment de joie intense", se réjouit le sélectionneur Claude Albert Mbourounot, rejoint par le milieu de terrain et capitaine Cédric Boussoughou : "Je suis fou de joie. Tout le pays mérite cette grande fête. Nos compatriotes peuvent être fiers de nous. Nous sommes entrés dans la légende."

L'entraîneur des vaincus, l'ancien sélectionneur de l'Australie Pim Verbeek, a lui aussi tenu à féliciter ses adversaires : "Les Gabonais ont fait preuve d'une détermination et d'un esprit de corps stupéfiants. Ils ont lutté sur tous les ballons et ils ne se sont jamais découragés".

Deux visages connus
Le technicien néerlandais a rempli son contrat en menant les Lionceaux de l'Atlas à leur septième olympiade, malgré le départ de son milieu de terrain Abdelaziz Barrada, rappelé à Getafe avant la finale. Le jeune homme de 22 ans s'était distingué lors de la demi-finale contre l'Egypte (3:2), en marquant à deux reprises dans les dix premières minutes. En ouverture, Barrada avait inscrit l'unique but de la victoire marocaine sur le Nigeria. Ce retrait n'a pas empêché le Marocain de terminer meilleur buteur de la compétition à égalité avec le Nigérian Raheem Lawal, auteur d'un triplé contre l'Algérie

Fort de ses sacres olympiques de 1996 et 2008, le Nigeria avait pour lui le poids de l'histoire. Malheureusement, la Dream Team n'a remporté qu'un seul match, contre l'Algérie (4:1). Le sélectionneur Austin Eguavoen a quant à lui été remercié avant même la fin du tournoi.

Avec le dernier billet pour Londres en guise d'enjeu, le match pour la troisième place s'annonçait aussi disputé que la finale elle-même. Au terme d'une rencontre haletante, l'Egypte a triomphé de son adversaire sénégalais (2:0). Le gardien Ahmed El Shenawi a multiplié les interventions décisives, contribuant ainsi largement au grand retour des jeunes Pharaons sur la scène olympique, après deux décennies d'absence. L'attaquant Ahmed Sherwida et le milieu de terrain Saleh Gomaa ont inscrit les buts victorieux de part et d'autre de la mi-temps.  

"Nous étions venus pour obtenir notre qualification pour les Jeux Olympiques et c'est ce que nous avons fait", a sobrement commenté Hany Ramzy. "Nous allons fêter ça, puis nous rentrerons à la maison et nous commencerons notre préparation pour Londres 2012."