Oman jouera l'Olympe contre le Sénégal
© AFP

Oman a terminé en tête du tournoi de barrage de la Zone Asie, qualificatif pour le Tournoi Olympique de Football Masculin, Londres 2012, à l’issue d’une victoire 2:0 sur l’Ouzbékistan, jeudi dernier au My Dinh Stadium d'Hanoï. Combiné au nul 1:1 face à la Syrie lors du match initial, ce succès permet au sultanat de terminer en tête de ce groupe à trois et de défier le Sénégal. Ce match de barrage se déroulera au City of Coventry Stadium le 23 avril, veille du tirage au sort final du Tournoi Olympique.

Dans l’obligation de s’imposer lors de cette ultime rencontre, Paul Le Guen, le sélectionneur français des Omanais, avait pourtant donné son adversaire favori. En effet, l'Ouzbékistan avait dominé la Syrie 2:1 en ouverture. Après un premier quart d’heure sans occasion, la situation s’est débloquée lorsque Waleed Abdallah s’est écroulé dans la surface. Le capitaine Hussain Al Hadhrine a converti le penalty et donné l’avantage à Oman. Avant la mi-temps, les hommes de Le Guen ont doublé la mise par Raed Ibrahim Saleh, venu de l’aile pour glisser le ballon hors de portée du portier ouzbek Victor Mochalov. Les Omanais ont toutefois tremblé en seconde période, après l’exclusion du milieu de terrain Eid Al Farsi à la 74ème minute.

Pour Le Guen, qui a déjà conduit Oman jusqu’au tour final des qualifications de la Zone Asie pour la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™, cette victoire constitue une nouvelle performance. "Ce résultat est parfaitement mérité", confie l’ancien technicien de Lyon et du Cameroun. "Nous avons livré un bon premier match. Cette deuxième rencontre s’est avérée plus difficile car l’Ouzbékistan possède une excellente équipe. Cela dit, nous avons démontré un meilleur état d’esprit. Ce succès 2:0 est un très beau résultat."

La révélation Al Hadhri
La campagne qualificative d’Oman aura vu l’émergence d’Hussain Al Hadhri, auteur de huit buts à ce jour. Ce joueur vif, capable d’évoluer au poste d’attaquant ou de milieu offensif, est international depuis 2009. L’Omanais a ouvert son compteur personnel dès le premier tour qualificatif, face au Tadjikistan, inscrivant un doublé lors du match retour remporté 3:1 (score cumulé 7:2). Au deuxième tour, devant la RP Chine, Al Hadhri a trouvé trois fois la cible en deux matches, qualifiant son équipe presque à lui seul.

De nouveau buteur lors du nul 1:1 devant l’Arabie saoudite en match de clôture du troisième tour - synonyme de billet pour le barrage continental - le petit chasseur de buts a encore frappé face à la Syrie, en ouvrant le score sur penalty.

Pour les hommes de Vadim Abramov, le revers infligé par Oman est une pilule bien amère à digérer. L’Ouzbékistan menait de deux buts devant les Émirats arabes unis au tour précédent, avant de s’incliner 2:3 et de voir s’envoler la qualification directe. Pour l’expérimenté entraîneur ouzbek, cette défaite à Tachkent aura eu des conséquences dramatiques sur le plan psychologique. "Nous avons commis beaucoup trop d’erreurs, même si nous avons su nous créer quelques occasions avant le penalty", explique-t-il. "Aujourd’hui, la chance ne nous a pas souri. Cependant, cette défaite a des racines plus profondes. Elle fait suite à notre revers face aux Émirats à Tachkent. Beaucoup de joueurs n’ont pas su mettre cette contre-performance de côté."