La dynastie olympique des Pharaons
© AFP

L'Égypte va participer pour la onzième fois de son histoire au Tournoi Olympique de Football Masculin 2012, record pour un pays africain. FIFA.com profite de l'occasion pour revenir sur l'histoire des Pharaons dans cette grande fête du sport.

L'histoire d'amour des Egyptiens avec la compétition olympique a connu beaucoup de hauts et de bas. Après leurs premiers Jeux Olympiques à Anvers 1920, où ils sont sortis dès le premier tour, ils ont atteint les quarts de finale à Paris 1924. Quatre ans plus tard à Amsterdam, ils sont parvenus jusqu'en demi-finale, après avoir battu la Turquie (7:1) au premier tour, puis le Portugal (2:1) en quart, avant de s'incliner (0:6) face à l'Argentine. Ils ont été ensuite durement battus par l'Italie (3:11) lors du match pour la médaille de bronze.

Les Pharaons sont ensuite sortis dès le premier tour lors des quatre participations suivantes, à Berlin 1936, Londres 1948, Helsinki 1952 et Rome 1960. Mais à Tokyo 1964, sous la direction du Yougoslave Josef Vandler, ils ont retrouvé le dernier carré. Dans le Groupe C, ils ont fait match nul (1:1) avec le Brésil, ont perdu (1:5) contre la Tchécoslovaquie, avant de largement dominer (10:0) la République de Corée. En quart de finale, ils ont pris le dessus sur une autre équipe africaine, le Ghana.

Rencontre surréaliste
"Les changements n'étaient pas autorisés à l'époque et nous avons été contraints de jouer à dix le reste de la rencontre après la blessure d'un des nôtres", se souvient l'ancien joueur d'Al Ahly et de la sélection égyptienne, Abdelat Elsherbini au micro de FIFA.com. "Juste après sa sortie, les Ghanéens ont marqué et notre moral était au plus bas, mais Mohamed Badawi a réussi à égaliser cinq minutes plus tard. En seconde période, Badawi est parvenu à en mettre un deuxième, puis Ibrahim Riad et Rifaat Elfanagili ont enfoncé le clou, tout cela en seulement huit minutes. Juste avant la fin de la rencontre, Elfanagili a inscrit son deuxième but. Ce fut l'un de nos meilleurs matches".

Après les quarts de finale, la sélection égyptienne s'est frottée aux redoutables Hongrois, qui l'ont dminée (6:0) avant de remporter le tournoi. Dans le match pour la médaille de bronze, les Pharaons se sont à nouveau inclinés (1:3), face à l'Allemagne.

Après une absence de 20 ans, l'Égypte a retrouvé les Jeux Olympiques à Los Angeles 1984, avec une équipe comportant de nombreuses stars comme Mahmoud El Khatib, Taher Abou Zaid, Magdi Abdel Ghani et Ibrahim Youssef. Sortie du Groupe D avec l'Italie après une défaite (0:1) contre les Azzurri, une victoire (4:1) face au Costa Rica et un nul (1:1) contre les États-Unis, elle s'est inclinée (0:2) en quart de finale face à la France, future médaillée d'or.

Barcelone 1992 constitue la dernière apparition des Pharaons sur la scène olympique. Malgré des résultats décevants, avec deux défaites face au Qatar (0:1) et à l'Espagne (0:2), et une victoire difficile face à la Colombie (4:3), l'ancienne vedette d'Al Ahly, Hady Khashaba, qui a marqué deux buts dans le temps additionnel de cette dernière rencontre, garde de bons souvenirs.

"Pour le football, notre rencontre face aux Espagnols a été inoubliable", se souvient-il. "Malgré notre défaite et le fait que nous avons joué à dix pendant 70 minutes, c'était un plaisir de rencontrer un tel adversaire. De nombreux joueurs de cette équipe ont ensuite rejoint l'équipe A et des clubs tels que le Real Madrid et le FC Barcelone, comme Pep Guardiola. Pour notre dernier match face à la Colombie, nous étions déjà éliminés mais nous voulions absolument faire un résultat positif. Nous étions menés (2:3) à la fin du temps réglementaire mais j'ai réussi à marquer deux buts, aux 91ème et 94ème minutes".

Aujourd'hui, 20 ans après leur dernière participation au Tournoi Olympique de Football, les Pharaons se demandent si leur première rencontre face au Brésil est un bon présage et s'ils pourront réitérer leur performance de 1964...