Le Bélarus voyage en première (1:0)
© AFP

Depuis l’éclatement de l’Union soviétique en 1991, le Bélarus n’avait encore jamais connu les honneurs d’une phase finale majeure. Il n’a pas manqué ses débuts dans la compétition, disposant de la Nouvelle-Zélande 1:0.

Les All White prennent pourtant le contrôle de la partie. Ian Hogg d’un lob astucieux (9’) et Chris Wood de la tête (13’) se mettent en évidence. Les Européens ne se manifestent qu’à la 20ème minute. Coup sur coup, Renan Bardini Bressan puis Sergei Kornilenko affolent la défense kiwi, sans dommage. Mieux organisée autour de l’omniprésent Tim Payne, la Nouvelle-Zélande se fait de plus en plus pressante. Peinant à aligner plus de deux passes, le Bélarus va pourtant ouvrir le score juste avant la pause. Sur corner, le malheureux Michael O'Keeffe laisse échapper des mains le centre de Bardini Bressan. Dmitry Baga est aux aguets et pousse le ballon au fond des filets (45’, 1:0).

Un autre visage
En confiance grâce à ce but, les hommes de Georgy Kondratyev abordent la seconde période avec un tout autre visage. Plus précis dans leurs passes, ils contrôlent le milieu de terrain, gérant tranquillement leur avance. La Nouvelle-Zélande a bien l’occasion de recoller au score à la 66ème minute par l’intermédiaire de Wood, mais l’attaquant de Bristol ne cadre pas. Ce sera l’unique occasion océanienne de la deuxième mi-temps. De leur côté, Kornilenko (69’, 70’ et 89’), Andrei Voronkov et Igor Kuzmenok (87’) les multiplient sans pouvoir toutefois aggraver la marque.

Tandis que le Bélarus s’offrira l’occasion de confirmer face au Brésil, la Nouvelle-Zélande tentera de se relancer face à l’Egypte, le 29 juillet.