Aubameyang en forme olympique
© AFP

Après une entame de match délicate et un penalty concédé d'entrée contre la Suisse, le Gabon a finalement redressé la barre et obtenu un point pour la toute première expérience olympique de son histoire. Auteur du but égalisateur avant la pause, Pierre Aubameyang est apparu dans une forme rayonnante, au sortir d'une saison pleine sur tous les fronts.

"Si je suis aussi en jambe, c'est grâce à la générosité de Saint-Etienne qui m'a laissé au repos un peu plus longtemps que mes partenaires de club, ce qui m'a permis de bien récupérer", explique au micro de FIFA.com celui que l'on prénomme généralement Pierre-Emerick en France. Il faut dire que le Stéphanois méritait bien de souffler un peu après la saison la plus accomplie de sa carrière. Révélation de l'année pour les Verts, il a largement contribué à redonner des couleurs à ce club mythique avec 16 buts. Comme si cela ne suffisait pas, il a également été le fer de lance du Gabon à la Coupe d'Afrique des Nations de la CAF 2012, où le pays co-organisateur a décroché son premier quart de finale depuis 16 ans.

Après une telle année, enchainer ainsi avec une grande compétition internationale peut paraître déraisonnable. Mais la Panthère de 23 ans semble résolue à mordre la vie à pleines dents : "Je vais tout faire, non seulement pour être en forme ici aux Jeux Olympiques, mais aussi pour être prêt pour le début du championnat. Je suis encore jeune, il faut que j'en profite".

Aubameyang a donc l'intention de faire parler sa fougue en Grande-Bretagne, à l'occasion d'un événement planétaire qui représente beaucoup à ses yeux : "C'était vraiment ma volonté profonde d'être ici. C'est une occasion unique dans la vie d'un joueur et je remercie encore Christophe Galtier, mon entraîneur, qui l'a bien compris et qui m'envoie des messages de soutien".

Outsider
Aubameyang est le seul joueur de la sélection gabonaise, avec le portier Didier Ovono, à être né avant 1990. Contre la Suisse, il s'est affirmé comme le leader naturel de l'équipe en remettant les siens dans la partie avant la pause. Exigeant avec ses coéquipiers comme envers lui même, il tient à faire son autocritique : "J'ai quelques regrets car j'ai deux occasions nettes avant de marquer le but de l'égalisation. Je sais que c'est des points que je dois essayer de corriger, et être plus réaliste. Nous aurions également pu prendre l'avantage quand ils étaient réduits à dix".

Si passer si près du jackpot est frustrant, le match nul entre les Mexicains et les Sud-Coréens dans l'autre rencontre du Groupe B ouvre en grand le champ du possible pour la fin de la première phase : "Finalement, je me dis que c'est un bon point de pris, car personne ne nous attend ici. Nous allons donc poursuivre notre route en donnant le maximum".

Aubameyang sait que son équipe n'a rien à perdre, et il espère que la montée en puissance gabonaise dans ce premier match n'est qu'un début : "Personnellement, je savais que ça se passerait ainsi et je n'ai jamais douté. Nous avons un beau potentiel, nous sommes en train d'en prendre conscience. Après tout, c'est n'est que le départ de la saison, et tout se met en route petit à petit. Je suis assez optimiste pour nos deuxième et troisième matches".

Avec encore au moins deux rencontres internationales à disputer, d'abord face au Mexique ce dimanche 29 juillet à Coventry, puis contre la République de Corée dans l'enceinte mythique de Wembley le mercredi 1er août, Pierre Aubameyang n'aura quoi qu'il arrive pas fait le voyage pour rien. Même s'il compte bien prolonger tant que possible son séjour outre-Manche.