Azpilicueta, pour l'honneur de la Roja

"Nous sommes forcément très déçus du résultat. L'Espagne a toujours l'objectif de gagner", rappelle Cesar Azpilicueta, en exclusivité pour FIFA.com. Le défenseur latéral a assisté impuissant à la défaite des siens depuis le banc de touche contre le Japon (0:1), et tire les enseignements de cette défaite pour mieux rebondir vers son but suprême : la médaille d'or.

"Chaque compétition est différente, et c'est toujours difficile de s'adapter lors des premiers matches, et d'être à 100%", constate le jeune homme de 22 ans. En ouverture de leur Tournoi Olympique de Football Masculin dans le Groupe D, les Espagnols ont effectivement étés cueillis à froid par des Samouraïs Bleus combatifs et bien organisés. Le joueur de l'Olympique de Marseille s'attendait à un match difficile : "Nous savions que le Japon avait joué plus de matches de préparation que nous, et nous avions pas mal examiné leur mode de jeu".

S'il reconnaît volontiers les qualités d'un adversaire pour qui il a le plus grand respect, le natif de Pampelune admet aussi des failles dans son camp : "Nous n'étions pas à notre meilleur niveau dans l'agressivité et l'efficacité. Nous perdons le match sur un coup de pied arrêté, mais il nous a manqué pas de mal de choses. Je pense que tout ça ira de mieux en mieux pour nous".

L'embellie passera ce dimanche 29 juillet par le Honduras, et Azpilicueta et ses partenaires savent ce qu'ils devront améliorer : "Nous avons manqué de précision dans les phases offensives, où nous avons eu peu d'occasions. Il y avait trop de distance entre nous quand nous perdions le ballon, et les Japonais sortaient très vite et se retrouvaient dans notre surface en trois ou quatre passes. Nous aimons avoir la possession du ballon, et pour ce faire, il faut le récupérer le plus vite possible".

Des cadres en or
Celui qui a évolué avec toutes les catégories d'âge de la sélection connaît par coeur cette philosophie de jeu qui a fait de la Roja une championne toutes catégories : "L'Espagne gagne tout en matière de football depuis quelques années, alors tout le monde s'attend à ce que ça continue."

Cette énorme attente n'effraie pas outre mesure le troisième capitaine de la sélection olympique, épaulé par d'autres cadres qui ont connu les triomphes internationaux de l'équipe A, comme Juan Mata, Javier Martinez, ou encore Jordi Alba. "On a tout de même ici des joueurs qui ont un sacré palmarès, et leur présence est un plaisir pour tout le groupe. Les victoires appellent les victoires et c'est devenu comme une habitude pour les joueurs espagnols. C'est à nous de bien contrôler toute la pression qui va autour. Nous savons ce que nous avons à faire".

Depuis sa formation, ce groupe sacré champion d'Europe U-21 en 2011 n'a d'yeux que pour la Grande-Bretagne. A commencer par Azpilicueta : "Les Jeux Olympiques représentent beaucoup de bons souvenirs pour moi, avec toutes les médailles gagnées par les sportifs espagnols. Vivre cette expérience est la concrétisation d'un rêve qui a commencé pour nous tous en 2009."

Trop jeune pour avoir vu le dernier sacre olympique de l'Espagne de 1992, il a en revanche bien en mémoire la première victoire de son pays en Coupe du Monde de la FIFA. En 2010, Xavi et ses partenaires avaient commencé par perdre eux aussi 1:0 contre la Suisse en Afrique du Sud : "Si pour gagner une médaille d'or, il faut perdre le premier match, alors tant mieux pour nous !"