Le Mexique à la fête (1:0)
© Getty Images

Le 1er août est normalement un jour historique pour la Suisse, puisque le pays célèbre sa fête nationale. Pour son équipe olympique, il marque malheureusement l’élimination de Londres 2012, après une défaite face au Mexique, pour la dernière journée du Groupe B.

Pourtant à Cardiff, les Helvètes ont tout tenté pour décrocher les trois points qui auraient pu les envoyer en quart de finale. Plus tranquille, le Mexique n’en a besoin que d’un seul. Cette décontraction explique peut-être les difficultés d’El Tri à contenir le duo Innocent Emeghara-Amir Abrashi. Le premier s’échappe côté droit mais croise trop sa frappe (7’), le second hérite en solitaire d’un ballon dévié dans l’axe, mais est lent à frapper - ou Nestor Vidrio est rapide pour revenir, au choix - et sa frappe s’envole au dessus de la barre de José Corona (16’).

Son homologue Diego Benaglio s’ennuie toute une mi-temps jusqu’à la première étincelle de Giovani dos Santos, servi par Darvin Chavez. Mais la frappe du Mexicain est arrêtée par le portier suisse (43’). Dans le temps additionnel, nouveau duel entre les deux hommes, mais l’attaquant le perd encore en expédiant son coup franc hors cadre (45’+1).

Peralta persévère
Pour éviter toute mauvaise surprise, les Aztèques reviennent bien plus entreprenants des vestiaires. Marco Fabian est le premier à s’illustrer, mais Benaglio est sur la trajectoire de sa frappe trop molle (46’). Oribe Peralta l’imite, d’abord pour le même résultat (52’), puis par un tir dans le petit filet après une habile feinte (53’). Jamais deux sans trois ? Pas cette fois. Récupérant un ballon porté par Dos Santos jusqu’à l’entrée de la surface, le joueur de Santos Laguna glisse le ballon entre les jambes du gardien européen (68’, 1:0).

Après 20 minutes passées à protéger cet avantage sans vraiment souffrir, le Mexique embarque pour les quarts de finale. Les Suisses, eux, rentrent à la maison, et n’arriveront même pas à temps pour se joindre aux festivités nationales. Sale journée…